Hippolyte et Aricie

Jean-Philippe Rameau

11 au 22 novembre 2020

Diffusion du spectacle en direct le 14 septembre 2020 et le 06 février 2022 sur Arte. Replay disponible sur Arte jusqu'au 6 mai 2022. Voir le replay
Hippolyte et Aricie Illustration : ©️ Julia Lamoureux
fr

Avec cette tragédie lyrique d’une intensité extraordinaire, Rameau produisait son premier opéra… et changeait le cours de la musique française. Jeanne Candel et Raphaël Pichon s’allient pour la première fois, autour de cette œuvre révolutionnaire.

Le prince Hippolyte aime Aricie, belle captive vouée au culte de Diane. En l’absence du roi Thésée, disparu aux Enfers, il fait appel à sa belle-mère, la reine Phèdre. Il ne peut se douter que Phèdre, qui l’aime en secret, veut lui proposer et sa main et le trône. Mais surtout, qui imaginerait que Thésée revienne un jour du royaume de Pluton ?

Le 1er octobre 1733 était créée, à l’Opéra, une tragédie lyrique d’une intensité si extraordinaire qu’elle changea le cours de la musique française. Hippolyte et Aricie tirait son sujet d’Euripide et de Racine. Rameau, organiste et théoricien peu connu, déjà quinquagénaire, produisait son premier opéra. Il allait désormais régner sur la scène musicale avec son orchestre descriptif et son harmonie inventive, toujours au service du drame.

Rameau modifia son chef-d’oeuvre à chacune de ses reprises. C’est la version de 1757, sans prologue, que Raphaël Pichon dirige à la tête de l’ensemble Pygmalion, dont l’orchestre joue sur instruments d’époque. Jeanne Candel, qui s’attache à faire de la musique un théâtre, ne pouvait que rencontrer Rameau le visionnaire.

Tragédie lyrique en cinq actes, sur un livret de l’abbé Pellegrin. Troisième version créée à l’Académie royale de musique (Opéra) le 25 février 1757.

Vignette interview de Jeanne Candel - Hippolyte et Aricie
Vignette interview de Raphael Pichon - Hippolyte et Aricie
Vignette bande annonce de Hippolyte et Aricie
Hippolyte et Aricie © Stefan Brion

Hippolyte et Aricie © Stefan Brion

Photos du spectacle Hippolyte et Aricie © Stefan Brion - Opéra Comique

Hippolyte et Aricie © Stefan Brion

Photos du spectacle Hippolyte et Aricie © Stefan Brion - Opéra Comique

Hippolyte et Aricie © Stefan Brion

Photos du spectacle Hippolyte et Aricie © Stefan Brion - Opéra Comique

Hippolyte et Aricie © Stefan Brion

Argument

ACTE I
À la cour de Thésée, le culte de Diane est célébré, sous l’égide du prince Hippolyte, par de chastes prêtresses. Princesse captive, Aricie doit intégrer cet ordre contre son gré. Alors que la cérémonie s’apprête, Hippolyte et elle s’avouent un amour réciproque. Il leur faut contrarier le culte et la reine Phèdre, garante de la volonté de Thésée.
Phèdre réagit avec une telle colère que Diane intervient, en protectrice de l’innocence et de la liberté de choisir.  Or Phèdre a un secret  : elle aime Hippolyte, le fils de son époux.
Quand Archas annonce que Thésée est parti chercher un ami dans l’empire des morts, la disparition du roi paraît inéluctable. La confidente de Phèdre, Œnone, lui suggère que son amour n’est plus adultère…


ACTE II
Aux enfers, Thésée doit renoncer à son ami Pirithoüs, voué à d’éternelles souffrances pour avoir voulu enlever Proserpine. Thésée faisant valoir sa vertu pour en réchapper, Pluton l’adresse aux juges infernaux. Mais les enfers recèlent de telles horreurs que Thésée réclame bientôt la mort.
Or les Parques lui annoncent que l’heure n’est pas venue. Thésée invoque alors son père Neptune qui lui devait trois vœux : après lui avoir ouvert les enfers, il doit l’aider à en sortir. Neptune envoie Mercure intercéder auprès de Pluton, qui relâche Thésée. Non sans que les Parques énoncent une terrible prédiction…


ACTE III
Maudite par Vénus, la famille de Phèdre subit la fatalité de l’amour, et Phèdre n’a de cesse de supplier la déesse. Thésée disparu, elle doit faire la paix avec Hippolyte, prince héritier.
Comme elle lui assure sa bienveillance, il promet de garantir sa sécurité et celle de son jeune fils. Rassurée, elle lui offre le trône. Il propose de le laisser à l’enfant : il se satisfera d’aimer Aricie librement.
Confrontée à cette rivale, Phèdre s’emporte et avoue tout, au grand effroi d’Hippolyte. Elle le supplie de la tuer, puis tente de lui arracher son épée. C’est alors que Thésée réapparaît.
Les paroles sibyllines de Phèdre, les réticences d’Hippolyte et la rouerie d’Œnone convainquent le roi qu’Hippolyte a dû agresser sa belle-mère. Après l’accueil chaleureux de la population qui fête son retour, Thésée demande à Neptune – ultime vœu – de punir Hippolyte.


ACTE IV
Hippolyte banni fait ses adieux à Aricie et révèle la cause de son départ. Rester à la cour devient dangereux pour elle : il lui propose de fuir ensemble. Ils en appellent à Diane qui peut seule les unir.
En réponse surviennent les disciples de la déesse. Leurs réjouissances sont perturbées par un monstre marin. Hippolyte veut l’affronter mais il est englouti. Alertée par les plaintes, Phèdre découvre qu’Hippolyte a été puni à sa place. Elle sombre dans le remords.


ACTE V
Phèdre a tout avoué à Thésée avant de mourir. Il veut se suicider. Neptune l’arrête et lui apprend que Diane a sauvé Hippolyte. Le Destin le condamne cependant à ne jamais revoir son fils.
Aricie, qui s’était évanouie à la disparition d’Hippolyte, s’éveille dans un jardin délicieux. Hippolyte, sauvé par Diane, s’y trouve transporté. La déesse peut enfin les unir et ordonne les réjouissances.

 

À lire avant

« C’est à l’âme que la musique doit parler. L’expression de la pensée, du sentiment, des passions doit être le vrai but de la musique », affirmait Jean-Philippe Rameau en 1760.

Bien des penseurs des Lumières souscrivaient à cet idéal. Mais pour certains, Rameau le trahissait. Car s’il se flattait, dans sa musique, de « cacher l’art par l’art même », il poursuivait obstinément des recherches savantes sur le « corps sonore », au prix de publications arides – tel Le Code de musique pratique cité ici. Pourquoi ce besoin d’expliquer ce que son inspiration devait au travail ? Au fond, n’avait-il pas, comme disait Rousseau, « plus d'habileté que de fécondité, plus de savoir que de génie » ? Ses écrits fournissaient des armes à ses détracteurs…

Intellectuel et artiste, admiré ou contesté, cible de débats et de querelles, Rameau occupait la place aussi centrale qu’inconfortable de compositeur vivant le plus joué à l’Opéra. Depuis son premier opus, Hippolyte et Aricie, paru le 1er octobre 1733, il était programmé en moyenne deux années sur trois, pour de longues séries de représentations, soit d’un nouvel ouvrage, soit d’une reprise. Expressive parce qu’exigeante, sa musique faisait toujours sensation et allait rester populaire jusqu’à la Révolution.

En 1733, Hippolyte et Aricie avait presque fait scandale. L’Opéra – l’Académie royale de musique, en termes administratifs – lançait avec ce titre un débutant au profil original : alors âgé de 50 ans, Rameau était surtout réputé comme théoricien de l’harmonie. Or il briguait la reconnaissance publique, que les musiciens ne trouvaient que dans ce temple officiel.

L’Opéra rassemblait, dans sa salle du Palais-Royal, un remarquable orchestre, une troupe chantante, un ballet et des peintres de décor. Il fallait se plier aux contraintes du genre que le fondateur Lully, mort en 1687, avait baptisé « tragédie en musique ». Cela supposait de bien servir les vers du livret, et aussi de valoriser la danse dans la trame dramatique.

La chance de Rameau fut d’obtenir un livret de Pellegrin. De vingt ans plus âgés, ce collaborateur expérimenté de Destouches, Desmarest et Montéclair était un abbé original : « Le matin catholique et le soir idolâtre / Il dîne de l’autel et soupe du théâtre » disait une épigramme.

Pellegrin savait construire une pièce équilibrée – en un prologue et cinq actes –, répartir scènes obligées et occasions musicales (cérémonie, tempête, apparitions, etc.), organiser les interventions des protagonistes, écrire des vers concis et harmonieux.

L’autre chance de Rameau fut que Pellegrin choisit d’adapter la Phèdre de Racine. Pari risqué : la pièce était jouée tous les ans à la Comédie-Française depuis sa création en 1677. Mais ne devait-elle pas un peu de son charme à l’influence d’Atys de Quinault et Lully, créé un an auparavant à l’Opéra ? Pellegrin justifiait surtout son choix en invoquant Euripide et le mythe : par sa composante merveilleuse, celui-ci était, au fond, moins approprié à la tragédie qu’à l’opéra, genre spécifiquement voué au spectaculaire.

Éclairé par les sources, Pellegrin fit de son livret la matrice d’un spectacle total. Déesses et dieux prennent part à l’action, ce qui permet le déploiement d’une féerie sonore et visuelle. Le point de vue des amoureux, qu’indique le titre, transforme la tragédie en pastorale, autorisant des scènes tendres, voire galantes, et une fin heureuse – de bon ton à l’opéra.

Diane connaît une métamorphose singulière : la déesse de la chasteté élargit son périmètre à l’amour vertueux – la chasseresse tendant vers l’abbesse éclairée. Thésée est corrigé. Chez Racine, il condamnait son fils Hippolyte sur un soupçon. Chez Pellegrin, il passe un acte entier aux enfers : de quoi renforcer son étoffe héroïque face à la magnétique Phèdre, et justifier sa cruauté par l’épreuve traumatique, tout en offrant au public une demi-heure de grand spectacle. Pellegrin multiplie enfin les personnages secondaires, singuliers et collectifs, chantants et dansants. Et comme l’opéra n’est pas soumis aux règles des unités, il varie les lieux – temple, enfers, palais, rivage et jardin – pour inspirer autant d’atmosphères.

Rameau accueillit ce canevas comme un magnifique terrain de jeu. Il y multiplia les prouesses en matière de construction musicale, d’usage dramaturgique de l’harmonie, d’invention mélodique, de couleurs instrumentales, d’expressivité chorégraphique. Avec des audaces, comme la conclusion de l’acte II, où il recourut à une enharmonie effroyable, proprement inouïe, pour matérialiser l’effet ravageur que produit la prédiction des Parques sur la raison de Thésée – un passage que l’orchestre de l’Opéra mit du temps à comprendre, puis à exécuter !

Hippolyte rénovait la tragédie en musique, lui offrant une forme plus organique, des moyens expressifs plus étendus. Les « symphonistes » de l’orchestre se sentirent vite flattés. Et les solistes de la troupe gratifiés. Phèdre et Aricie furent créées respectivement par Marie Antier – grande lullyste vieillissante, maîtresse de l’administrateur de l’Opéra – et Marie Pélissier, « à l’art délicat et au jeu pathétique » (dixit un portrait). Le beau Tribou, « parfait modèle de déclamation lyrique » (Le Mercure), prêta à Hippolyte sa voix de haute-contre. À Thésée, la basse-taille Chassé apporta un talent d’acteur admiré par Rousseau. Dans les petits rôles débutèrent de futures vedettes : Jélyotte – futur Hippolyte, puis Platée – en Amour ; Mlle Petitpas – transfuge de l’Opéra Comique, au « ramage de rossignol » – et la brillante Camargo – maîtresse d’un prince du sang – dans des apparitions respectivement chantées et dansées. Rameau allait les retrouver pour Les Indes galantes, puis pour les chefs-d’œuvre ultérieurs, tout comme pour les reprises d’Hippolyte.

Celles-ci parurent d’abord compromises. Habitué à la noble simplicité de Lully et aux grâces de l’opéra-ballet, le public fut à la fois étourdi et subjugué. Bientôt s’opposèrent les conservateurs « lullystes » et les progressistes « ramistes » … Le fameux Campra fit au prince de Conti ce rapport : « Monseigneur, il y a dans cet opéra assez de musique pour en faire dix : cet homme nous éclipsera tous… ». À un ami, Voltaire confia : « J’assistais hier à la première d’Hippolyte et Aricie. La musique est d’un nommé Rameau, homme qui a le malheur de savoir plus de musique que Lully. C’est un pédant. » En octobre, Le Mercure loua « une musique mâle et harmonieuse, d’un caractère neuf », mais au mois de mai suivant, on y lisait : « Au lieu de la gaieté, du turbulent ; rien qui peut aller au cœur. Lorsque par hasard il s’y rencontre deux mesures qui peuvent faire un chant agréable, l’on change bien vite de ton, de mode et de mesure. Le singulier est du baroque, la fureur du tintamarre ».

Les représentations de 1733-1734 furent suivies de reprises en 1742-1743, puis en 1757. À chaque fois, Rameau peaufina son opéra inaugural, qui fut encore donné après sa mort, en 1767. Le goût changea radicalement avec Gluck, à la veille de la Révolution. Si bien qu’Hippolyte ne revint à l’Opéra qu’en 1908 : véritable redécouverte alors, orchestrée par Messager, d’Indy et Saint-Saëns, applaudie par Fauré et Debussy. La véritable renaissance eut lieu en 1983, à Aix-en-Provence, dans une production signée Pier Luigi Pizzi, qui fut présentée en 1985 à l’Opéra Comique, sous la baguette de William Christie. Deux ans avant la résurrection d’Atys.

Partant de la version de 1757, fruit de vingt-quatre années de maturation, donnée alors sans prologue, Raphaël Pichon et Jeanne Candel rendent justice à l’audace de Rameau tout en remontant aux sources de la tragédie.

Les masques et le respect des règles sanitaires, dont témoignent les photographies des répétitions à l’Opéra Comique, n’empêchent pas la musique et le théâtre de s’y épanouir en cette période de pandémie. Peut-être Rameau nous guide-t-il, lui qui savait mieux que personne tourner les règles les plus intransigeantes au profit de l’art.

Agnès Terrier

Et pour aller plus loin, (ré)écoutez les clés du spectacle pour tout savoir sur la naissance de l'œuvre, son histoire, son contexte historique, Agnès Terrier vous dit tout > Les clés du spectacle : Hippolyte et Aricie

 

Direction musicale, Raphaël Pichon • Mise en scène, Jeanne Candel • Avec Reinoud van Mechelen, Elsa Benoit, Sylvie Brunet-Grupposo, Stéphane Degout, Séraphine Cotrez, Arnaud Richard, Eugénie Lefebvre, Lea Desandre, Edwin Fardini, Constantin Goubet, Arcas Martial Pauliat, Virgile Ancely, Guillaume Gutierrez, Victor Gkoritsas, Yves-Noël Genod, Iliana Belkhadra, Leena Zinsou Bode-Smith • Choeur et orchestre, Pygmalion

 

Voir toute la distribution

3h (entracte inclus) - Créé à huis clos et diffusé en direct Salle Favart le 14 novembre 2020
145, 125, 100, 75, 50, 35, 15, 6 €

 

Audio description

Chaque année, des opéras sont accessibles en audio description. Un dispositif de « Souffleurs d’images » est aussi disponible sur demande.

Chaque année, des opéras sont accessibles en audio description. Un dispositif de « Souffleurs d’images » est aussi disponible sur demande.

Emplacements

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

Tout public

Distribution

Raphaël Pichon
Direction musicale
Raphaël Pichon
Lire plus
Jeanne Candel
Mise en scène
Jeanne Candel
Lire plus
Dramaturgie et direction d'acteurs
Lionel Gonzalez
Lire plus
 Lisa Navarro
Décors
Lisa Navarro
Lire plus
Pauline Kieffer
Costumes
Pauline Kieffer
Lire plus
Lumières
César Godefroy
Lire plus
Collaboration aux mouvements
Yannick Bosc
Assistante à la mise en scène
Valérie Nègre
Assistante décors
Margaux Nessi
Assistante costumes
Nathalie Saulnier
Reinoud Van Mechelen
Hippolyte
Reinoud van Mechelen
Lire plus
Elsa Benoit
Aricie
Elsa Benoit
Lire plus
 Sylvie Brunet-Grupposo
Phèdre
Sylvie Brunet-Grupposo
Lire plus
Stéphane Degout © Jean-Baptiste Millot
Thésée
Stéphane Degout
Lire plus
Séraphine Cotrez
Oenone
Séraphine Cotrez
Lire plus
Arnaud Richard
Neptune/Pluton
Arnaud Richard
Lire plus
 Eugénie Lefebvre
Diane
Eugénie Lefebvre
Lire plus
Lea Desandre
Prêtresse de Diane, Chasseresse, Matelote, Bergère
Lea Desandre
Lire plus
Edwin Fardini
Tisiphone
Edwin Fardini
Lire plus
1re Parque
Constantin Goubet
Membre du choeur Pygmalion
2e Parque
Arcas Martial Pauliat
Membre du choeur Pygmalion
3e Parque
Virgile Ancely
Membre du choeur Pygmalion
Guillaume Gutierrez
Mercure
Guillaume Gutiérrez
Membre du choeur Pygmalion
Pirithoüs
Victor Gkoritsas
 Yves-Noël Genod
Prologue, Cerf
Yves-Noël Genod
Lire plus
Cupidon
Iliana Belkhadra
Membre de la Maîtrise Populaire
Lire plus
Cupidon
Leena Zinsou Bode-Smith
Membre de la Maîtrise Populaire
Lire plus
Ensemble Pygmalion
Choeur et orchestre
Ensemble Pygmalion
Lire plus

Production
Opéra Comique

Coproduction
Opéra Royal – Château de Versailles Spectacles

Mécènes et partenaires

Cette production est soutenue par Madame Aline Foriel-Destezet, Mécène principale de l’Opéra Comique

Arte
France Télévisions
Transfuge
France Musique
Logo de France Musique
Les inrockuptibles

À l’affiche

Voir tout
Opéra

Lakmé

Léo Delibes

Du mercredi 28 septembre au samedi 8 octobre 2022

Réserver
Concerts et récitals

À l'heure du déjeuner

Du mardi 25 janvier au mardi 13 décembre 2022

Réserver
Concerts et récitals

Carmen in Tap

Du samedi 12 février au dimanche 16 octobre 2022

Réserver
Opéra

Armide

Christoph Willibald Gluck

Du samedi 5 au mardi 15 novembre 2022

Réserver
Concerts et récitals

Chantez maintenant

Du samedi 5 février au samedi 10 décembre 2022

Réserver
Opéra

La Petite Boutique des Horreurs

Alan Menken et Howard Ashman

Du samedi 10 au dimanche 25 décembre 2022

Réserver
Opéra

Le voyage dans la Lune

Jacques Offenbach

Du mardi 24 janvier au vendredi 3 février 2023

En savoir plus
Opéra

L'inondation

Francesco Filidei | Joël Pommerat

Du lundi 27 février au dimanche 5 mars 2023

En savoir plus
Opéra

Le Bourgeois gentilhomme

Molière | Jean-Baptiste Lully

Du jeudi 16 au dimanche 26 mars 2023

En savoir plus
Opéra

Carmen

Georges Bizet

Du lundi 24 avril au jeudi 4 mai 2023

En savoir plus
Opéra

Breaking the waves

Missy Mazzoli et Royce Vavrek

Du dimanche 28 au mercredi 31 mai 2023

En savoir plus
Opéra

Zémire et Azor

André-Ernest-Modeste Grétry

Du vendredi 23 juin au samedi 1 juillet 2023

En savoir plus
Evénement

Visites guidées de l'Opéra Comique

Du mardi 26 octobre 2021 au samedi 24 décembre 2022

Réserver