150, 125, 100, 75, 50, 35, 15, 6€

Zémire et Azor

André-Ernest-Modeste Grétry

23 juin au 1 juillet 2023

150, 125, 100, 75, 50, 35, 15, 6€
fr

Le conte de La Belle et la Bête transposé dans l’orient des Mille et Une Nuits, par l’un des plus importants compositeurs du répertoire de l’Opéra Comique et dirigé par son actuel directeur, Louis Langrée. Au plateau, Michel Fau et Hubert Barrère se font magiciens et conteurs, pour un spectacle riche en prodiges visuels et musicaux - tempête, apparitions, métamorphoses - qui ravira petits et grands.

Un marchand perse égaré trouve refuge dans un château inquiétant, à la fois luxueux et désert. Il n’a pas plutôt cueilli une rose à l’attention de sa fille Zémire qu’apparaît, furieux et effroyable, le seigneur des lieux. Le marchand mourra s’il ne livre à Azor l’une de ses enfants.

Marmontel adapta pour le compositeur favori de Marie-Antoinette le conte de La Belle et la Bête, en le transposant dans l’orient des Mille et une Nuits. Riche en prodiges visuels et musicaux – tempête, apparitions, métamorphoses –, tantôt poétique tantôt comique, l’œuvre suit le parcours initiatique de Zémire et célèbre la pureté de ses sentiments, amour filial et attachement amoureux. Dédicacée à la comtesse du Barry et créée devant la cour, elle connut ensuite un immense succès à l’Opéra Comique, puis dans toute l’Europe.

À la tête de la double formation Les Ambassadeurs - La Grande Écurie qui joue sur instruments d’époque, Louis Langrée, directeur de l’Opéra Comique, rend justice à l’un des plus importants compositeurs de notre répertoire. Au plateau, Michel Fau et Hubert Barrère se font magiciens et conteurs pour un spectacle qui ravira petits et grands.

Comédie-ballet en quatre actes. Livret de Jean-François Marmontel. Créé le 9 novembre 1771 au château de Fontainebleau.

À lire avant le spectacle

Par Agnès Terrier

« Je suis homme sous la figure d’une bête. Combien y a-t-il de bêtes sous la figure d’un homme ? »
Marie-Catherine d’Aulnoy

Si Charles Perrault et les frères Grimm semblent dominer l’avènement littéraire du conte de fées aux extrémités du XVIIIe siècle, le genre s’est en vérité épanoui sous la plume de femmes. Comme le roman épistolaire, le conte était plus accessible aux dames que les écritures nobles, en prose ou exposées (le théâtre) quasi réservées aux hommes. Conte et roman servaient l’expression de l’intime, périmètre féminin. Mais ils s’avéraient aussi de formidables lieux d’invention. Raison pour laquelle les hommes ont bientôt rejoint les femmes de lettres, pour les supplanter en notoriété comme en production.

Pour une Marie-Catherine d’Aulnoy remise en lumière en 2022 par l’Agrégation de Lettres, combien d’autrices de qualité oubliées ! Leurs écrits demeurent, qui sont souvent centrés sur de valeureuses protagonistes. La fiction leur a permis d’accorder l’héroïsme au féminin.

Il en va ainsi de La Belle et la Bête. Signé Mme de V*** à sa parution en 1740, ce conte est popularisé à partir de 1756 par la version de Mme Leprince de Beaumont – aïeule d’un conteur plus fameux, Prosper Mérimée.

Bien des mythes et des légendes ont mis en scène l’accouplement monstrueux d’une bête sauvage avec une femme, au point que l’association sexualité/bestialité structure notre imaginaire. À l’époque moderne, le conte est un « miroir magique qui reflète certains aspects de notre univers intérieur et des démarches qu’exige notre passage de l’immaturité à la maturité » (Bettelheim). Il se veut aussi outil moral. Face à la Bête, la Belle se révèle parée de trois vertus : la modestie, la fidélité et le courage. De quoi servir à l’éducation des filles, en un temps où elles ne choisissent guère leur mari.

Deux académiciens font la fortune scénique de La Belle et la Bête, Nivelle de La Chaussée puis Marmontel, le premier à la Comédie-Française en 1742, le second à la Comédie-Italienne en 1771. Auteur de Contes moraux qui commencent à paraître en 1755, Marmontel reprend à Nivelle la transposition de l’intrigue dans l’Orient des Mille et Une Nuits : la Belle est devenue Zémire, la Bête Azor. Plutôt que Bagdad, Marmontel choisit le détroit d’Ormuz. Sa pièce est en effet destinée à être mise en musique, et l’univers marin favorise tempête, nuées, naufrage, des ingrédients prisés par la scène lyrique, toujours plus spectaculaire au XVIIIe siècle.

Composée par Grétry, l’œuvre de Marmontel est créée sous la forme d’une comédie-ballet en 1771, par les interprètes de la Comédie-Italienne.

La Comédie-Italienne, troupe officielle, a absorbé neuf ans plus tôt son rival l’Opéra-Comique, que son indépendance fragilisait, mais dont le dynamisme esthétique reste fécond. Le genre comique répond à l’esprit des Lumières, au goût croissant du public pour un art plus sensible et plus direct. De proportions d’abord modestes, l’opéra-comique – qu’on appelle plutôt « comédie mêlée d’ariettes » – a gagné en qualités littéraires et musicales.

Avec Marmontel et Grétry, ce genre neuf, qui alterne parlé et chanté, prétend désormais se hausser au niveau de l’opéra : Zémire et Azor présente quatre actes, des ballets, des scènes spectaculaires, des dialogues parlés versifiés, et une partition aussi raffinée que variée.

L’officialisation/absorption de l’Opéra-Comique lui permet de produire certaines de ses premières à la Cour, où l’administration des Menus-Plaisirs a, en deux siècles, transformé les distractions du monarque en véritable politique culturelle. Ainsi, témoigne Casanova, « Louis XV conduit avec lui tout ce qui peut contribuer aux plaisirs des ministres et de sa Cour : il se fait suivre par les Comédiens-Français, les Comédiens-Italiens, et par ses acteurs et actrices de l’Opéra. Pendant six semaines, Fontainebleau est beaucoup plus brillant que Versailles ». À Fontainebleau, où l’on passe la saison de la chasse, une salle aménagée dans l’aile de la Belle Cheminée accueille les pièces nouvelles des trois troupes royales, qui font ensuite les beaux soirs des théâtres de la capitale.

Grétry, qui a rejoint le dispositif en 1770, dédie Zémire et Azor à madame du Barry. La favorite du vieux roi s’implique moins dans la vie culturelle que jadis la Pompadour, mais c’est habile : d’après la pièce, la Belle est sage et le Monstre vertueux. Dédier l’œuvre à la dauphine de 16 ans, Marie-Antoinette, eût de mauvais goût : il est notoire que son mariage avec l’héritier du trône n’a pas encore été consommé

Les rôles-titres sont interprétés par les étoiles de la troupe comique, la soprano Marie-Thérèse Laruette (née Villette) et la haute-contre Clairval, tandis que les non moins fameux Joseph Caillot et Jean-Louis Laruette interprètent Sander et Ali. Comme Marie-Jeanne Trial née Milon et Pétronille-Rosalie Beaupré, respectivement sœurs de Zémire, tous sont des comédiens aguerris et des chanteurs émérites, qui ont l’âge de leurs personnages. Le costumier Louis-René Boquet et le chorégraphe Gaëtan Vestris parachèvent la distribution.

Le lendemain de la première, le 9 novembre 1771, la petite dauphine félicite Grétry. Elle lui avoue avoir rêvé de sa famille, lointaine et éparpillée, apparue par magie dans le reflet d’un tableau, comme Zémire en fait l’expérience à l’acte III. C’est Marmontel qui a mis au point ce trucage, véritable préfiguration de nos rendez-vous en visio. Cette scène aussi féerique qu’émouvante va enthousiasmer les Parisiens à la Comédie-Italienne à partir du 16 décembre. Tout comme, dans un autre esprit, la mise en musique des bâillements d’Ali, osée par Grétry au début de l’acte I. Magie et trivialité, intempéries et lyrisme, action et méditation : le genre prend tout en charge.

Divertissements à la fois royaux et populaires, les opéras-comiques sont diffusés par l’Opéra-Comique, mais aussi par des diplomates et des correspondants, comme Charles-Simon Favart qui remplit cette fonction pour les théâtres de Vienne. En France, Zémire et Azor devient pour un quart de siècle le cinquième opéra-comique le plus joué en province. Il envahit aussi les salons grâce à la publication par dizaines d’airs séparés, de transcriptions et d’arrangements pour toutes sortes de formations de chambre, tandis que circulent des éditions illustrées du livret, qui inspirent à leur tour gravures et cartons de tapisseries. En Europe, Zémire et Azor est traduit, ou monté en français, avec la musique originale ou une nouvelle composition locale, dans les théâtres urbains comme devant les monarques. Mozart en possède la partition ; sa belle-sœur Aloysia Weber chante Zémire.

Conte de fée – une Fée cruciale mais discrète comme les aiment les Lumières –, l’œuvre annonce les pièces dites « à sauvetage » qui feront florès à l’époque révolutionnaire : celles où la vertu et la fidélité triomphent des coups du sort et de l’arbitraire. Ce qui explique que l’ex-Comédie-Italienne redevenue l’Opéra-Comique la maintient à l’affiche jusqu’en 1802. À l’époque romantique en revanche, elle n’est plus portée que par le désir des premiers ténors de se grimer en monstre, tandis que l’Opéra y puise en 1824 l’argument d’un ballet-pantomime sans lendemain, écrit par Scribe et composé par Schneitzhoeffer.

Adolphe Adam a beau le réorchestrer au goût du jour en 1846, le titre disparaît peu après de la programmation. Lorsque Mady Mesplé l’enregistre plus d’un siècle plus tard, en 1974, ce n’est pas à l’Opéra-Comique, mais avec le Chœur et l’Orchestre de chambre de la Radio-Télévision Belge, en hommage à la naissance liégeoise du compositeur.

Avec Zémire et Azor, l’opéra-comique s’est affirmé au XVIIIe siècle comme la production esthétique la plus à même de rallier les publics du continent. On y voit une jeune fille faisant le lien entre un marchand, un esclave et un prince, une âme passant de l’enfance à l’âge adulte, assumant sa vie intérieure dans les épreuves de la réalité. Jalon de notre histoire culturelle, l’œuvre a conservé la puissance du conte.

Surtout servie par les artisans du rêve et de la magie que sont Michel Fau, Hubert Barrère et Louis Langrée, à la tête d’interprètes complets, tous désireux de faire de la rencontre des vers, des broderies et des sonorités instrumentales un langage commun et sensible.

Argument

Acte I

Au retour d’un voyage dans le golfe d’Ormuz, Sander, un négociant perse, est surpris par un orage. Il se réfugie avec son esclave Ali dans un palais aussi somptueux que désert, où leur est servi un festin. Avant de lever le camp, Sander veut cueillir une rose pour sa fille Zémire quand apparaît un homme effrayant, à l’allure bestiale. C’est le prince Azor, roi de Kamir et maître des lieux. Sander devra payer de sa vie le vol de la rose. Il obtient cependant le droit de revoir ses filles, à la condition que l’une d’elles se livre à sa place au terrible Azor.

Acte II

Zémire, Fatmé et Lisbé attendent leur père Sander en rêvant aux cadeaux qu’il leur a promis. Fatmé et Lisbé ont des désirs très matériels tandis que Zémire n’a demandé qu’une rose en gage d’affection. Hélas, Sander rentre ruiné. Seule à recevoir son présent, Zémire comprend que son père n’est pas uniquement affecté par ses affaires. Elle fait avouer à Ali l’affreux pacte, puis force l’esclave à l’accompagner chez Azor, tandis que Sander, qui a décidé de se sacrifier, s’effondre de sommeil. 

Acte III

En son palais, Azor déplore le sort dont l’a frappé une Fée : seul l’amour pourrait le délivrer de sa monstruosité. Il se cache à l’arrivée de Zémire, dont le courage se mue en confiance lorsqu’elle découvre le goût de son hôte. L’apparition d’Azor la fait défaillir d’horreur : il la prie donc de l’écouter sans le regarder. Émue par sa dignité, sa douceur et sa générosité, elle accepte de chanter pour lui. Il lui offre en retour de revoir sa famille dans un tableau magique, lequel révèle à Zémire que son père meurt d’inquiétude. Elle obtient de rentrer une heure chez elle, contre la promesse de revenir.  

Acte IV

Après avoir rassuré son père, Zémire veut retourner auprès celui qu’elle qualifie désormais d’ami. Sander redoute un piège maléfique et elle a bien du mal à échapper à sa famille.  
Cependant Azor resté seul dépérit. Zémire parvient à le retrouver dans son jardin et lui avoue son amour. Aussitôt, le charme est rompu : Azor redevient un beau prince et lui offre de partager son trône. La Fée ramène sa famille à Zémire, et proclame la supériorité de la bonté sur la beauté.
 

Direction musicale, Louis Langrée (23, 25, 26, 28 et 29 juin) | Théotime Langlois de Swarte (1er juillet) • Mise en scène, Michel Fau • Décors et costumes Hubert Barrère • Avec Julie Roset, Philippe Talbot, Marc Mauillon, Sahy Ratia, Margot Genet, Séraphine Cotrez, Michel FauAlexandre Lacoste, Antoine Lafon, danseurs • Orchestre Les Ambassadeurs - La Grande Ecurie

Voir toute la distribution

2h15 (entracte inclus) - Salle Favart
150, 125, 100, 75, 50, 35, 15, 6€
Spectacle en français, surtitré en français et anglais.

L'ouverture des portes du théâtre se fait 45 minutes avant le début du spectacle.

Audio description

Chaque année, des opéras sont accessibles en audiodescription. Des programmes en braille et en gros caractères sont disponibles gratuitement sur place. Un dispositif de « Souffleurs d’images » est aussi disponible sur demande.

Chaque année, des opéras sont accessibles en audiodescription. Des programmes en braille et en gros caractères sont disponibles gratuitement sur place. Un dispositif de « Souffleurs d’images » est aussi disponible sur demande.

Emplacements

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

Séances relax Séance relax

Des représentations inclusives et accueillantes pour les personnes avec autisme, polyhandicap, handicap mental ou psychique, maladie d’Alzheimer…

Des représentations inclusives et accueillantes pour les personnes avec autisme, polyhandicap, handicap mental ou psychique, maladie d’Alzheimer…

Tout public

Autour du spectacle

Pour découvrir

45 minutes avant la représentation, retrouvez la dramaturge du théâtre durant 15 minutes pour tout savoir sur l'œuvre et le contexte de sa création.

Salle Bizet | Gratuit sur présentation du billet

Pour chanter

45 minutes avant la représentation, assistez à un rendez-vous décomplexé avec un chef de chœur pour chanter quelques airs de l’opéra que vous vous apprêtez à voir !

Foyer Favart | Gratuit sur présentation du billet

Pour se détendre

Le bar propose une restauration légère et des rafraîchissements dans le Foyer, dès l’ouverture des portes du théâtre.

Accessibilité

Séance Relax | Dimanche 25 juin à 15h
Une représentation inclusive et accueillante pour les personnes dont le handicap peut entraîner des comportements atypiques et imprévisibles pendant la représentation.
Avant chaque opéra Relax, un guide FALC est disponible pour permettre de comprendre le contexte de création de l’opéra et son histoire. Il permet également d’anticiper les points de vigilance pendant la représentation qui pourraient surprendre les spectateurs.
Consultez le dossier Facile à lire et à comprendre (FALC) de Zémire et Azor ici

Représentations en audiodescription | Vendredi 23 juin à 20h et dimanche 25 juin à 15h
Ce spectacle est accessible en audiodescription et un dispositif de « Souffleurs d'images » est disponible sur demande.
Consulter le programme de l'audiodescription de Zémire et Azor ici
 
Introductions tactiles de l'oeuvre | Vendredi 23 juin à 20h et dimanche 25 juin à 15h
Avant la représentation en audiodescription, nous proposons une introduction adaptée et tactile à tous les spectateurs déficients visuels.
Sur inscription : +33(0)1 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

Distribution

Direction musicale
Louis Langrée
23, 25, 26, 28 et 29 juin
Lire plus
Théotime Langlois de Swarte © Jean-Baptiste Millot
Direction musicale
Théotime Langlois de Swarte
1er juillet
Lire plus
Mise en scène
Michel Fau
Lire plus
Biographie Hubert Barrere
Décors
Hubert Barrère
Lire plus
Biographie Citronelle Dufay
Décors
Citronelle Dufay
Lire plus
Biographie Hubert Barrere
Costumes
Hubert Barrère
Lire plus
Joël Fabing
Lumières
Joël Fabing
Lire plus
Théotime Langlois de Swarte © Jean-Baptiste Millot
Assistant musical
Théotime Langlois de Swarte
Lire plus
Biographie Benoît Hartoin
Chef de chant
Benoît Hartoin
Lire plus
Alexandre Lacoste
Participation à l’écriture chorégraphique
Alexandre Lacoste
Lire plus
Antoine Lafon
Participation à l’écriture chorégraphique
Antoine Lafon
Lire plus
Assistant à la mise en scène
Mohamed El Mazzouji
Lire plus
Biographie Angelina Uliashova
Assistante costumes
Angelina Uliashova
Lire plus
DR Julie Roset
Zémire
Julie Roset
Lire plus
Azor
Philippe Talbot
Lire plus
Sander
Marc Mauillon
Lire plus
Ali
Sahy Ratia
Lire plus
Lisbé
Margot Genet
Lire plus
Séraphine Cotrez
Fatmé
Séraphine Cotrez
Lire plus
Une fée
Michel Fau
Lire plus
Alexandre Lacoste
Un Génie (danseur)
Alexandre Lacoste
Lire plus
Antoine Lafon
Un Génie (danseur)
Antoine Lafon
Lire plus
Orchestre
Les Ambassadeurs – La Grande Ecurie
Lire plus
Production
Opéra-Comique
Coproduction
Atelier Lyrique de Tourcoing
Coproduction
Les Ambassadeurs – La Grande Ecurie

En partenariat avec

La fabrique du spectacle

Voir tout

À l’affiche

Voir tout
Opéra

Pulcinella & L'Heure espagnole

Igor Stravinsky / Maurice Ravel

Du samedi 9 au mardi 19 mars 2024

Réserver
Événement

Nocturne L'Heure espagnole

Du vendredi 15 au dimanche 17 mars 2024

Réserver
Concerts et récitals

Voyage au pays de Maurice Ravel

23 mars 2024

Réserver
Concerts et récitals

Maestro !

22 mars 2024

Réserver

Les spectacles à l'affiche

Ne manquez rien de notre programmation. Pour tout découvrir, rendez-vous ici !

Opéra

Archipel(s)

Isabelle Aboulker

Du jeudi 25 avril au dimanche 5 mai 2024

Réserver
Événement

Visites guidées de l'Opéra Comique

Du mardi 26 octobre 2021 au mercredi 24 juillet 2024

Réserver
Opéra

Armide

Jean-Baptiste Lully

Du lundi 17 au mardi 25 juin 2024

Réserver
Concerts et récitals

Chasing rainbows

21 mai 2024

Réserver