De 6€ à 145€

Roméo et Juliette

Charles Gounod

13 au 21 décembre 2021

De 6€ à 145€
Changement de distribution : Jean-François Borras et Julie Fuchs sont remplacés par Pene Pati, Jesús León et Perrine Madoeuf
Illustration ©️ Julia Lamoureux
fr

Lors d’un bal, Roméo et Juliette tombent amoureux au premier regard. Mais ils vivent dans une société patriarcale et verrouillée, où se brise toute aspiration personnelle au bonheur.

2021_Video_BandeAnnonce_RomeoJuliette

Roméo et Juliette - La bande annonce

De tous les personnages de Shakespeare, Juliette et Roméo ont été les plus inspirants pour les musiciens, de Benda à Dusapin en passant par Bellini, Berlioz... À l’époque romantique, les amants de Vérone apportaient même à la scène théâtrale une fraîcheur et une intensité jusqu’alors inconnues.

Gounod composa son opéra alors que les Hugo père et fils revivifiaient la lecture de Shakespeare. Créé entre le Macbeth français de Verdi et l’Hamlet d’Ambroise Thomas, Roméo et Juliette triompha pendant l’Exposition universelle de 1867. Son mouvement théâtral, ses airs et ses duos intenses, ses atmosphères orchestrales en firent un succès populaire – le seul de Gounod. Il n’est plus programmé à Paris : l’émotion pure ferait-elle peur ?

Éric Ruf installe Gounod dans le décor conçu pour Shakespeare à la Comédie-Française – défi dramaturgique et écologique. Et Laurent Campellone ressuscite ce chef-d’œuvre, à la tête de l’orchestre de l’Opéra de Rouen, d'accentus et d’une distribution de rêve, menée par Julie Fuchs et Jean-François Borras.

Direction musicale, Laurent Campellone • Mise en scène et scénographie, Éric Ruf • Avec Jean-François Borras, remplacé par Pene Pati (13, 15, 19, 21 déc) / Jesús León (17 déc), Julie Fuchs, remplacée par Perrine Madoeuf (13, 15, 17, 19, 21 déc), Patrick Bolleire, Adèle Charvet, Philippe-Nicolas Martin, Jérôme Boutillier, Marie Lenormand, Yu Shao, Thomas Ricart, Arnaud Richard, Yoann Dubruque, Geoffroy Buffière, Julien Clément • Choeur accentus / Opéra de Rouen Normandie • Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie

Voir toute la distribution

3h (entracte inclus) / Salle Favart

145, 125, 100, 75, 50, 35, 15, 6 €

Spectacle en français, surtitré en français et anglais.

Audio description

Chaque année, des opéras sont accessibles en audio description. Un dispositif de « Souffleurs d’images » est aussi disponible sur demande.

Chaque année, des opéras sont accessibles en audio description. Un dispositif de « Souffleurs d’images » est aussi disponible sur demande.

Emplacements

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

Tout public

Argument

Acte I

Au bal masqué des Capulet, on admire la fille de la maison, Juliette, promise au comte Pâris mais désireuse de profiter d’abord de sa jeunesse.

Roméo Montaigu et ses amis sont venus, incognito, car la vieille rivalité des deux familles met sans cesse Vérone au bord de la guerre civile.

Roméo et Juliette tombent amoureux dès leur rencontre fortuite. Après coup, chacun identifie l’autre avec effroi… Le cousin de Juliette, Tybalt, jure qu’il tuera Roméo. Juliette se promet de mourir si son amour n’est pas exaucé. La fête continue dans une ambiance tendue.

Acte II

La nuit suivante, Roméo vient sous le balcon de Juliette. Ils échangent des serments passionnés, malgré la surveillance de la nourrice Gertrude et des valets de Capulet.

Acte III

Frère Laurent reçoit dans sa cellule Roméo et Juliette, qui veulent s’unir secrètement. Il accepte, voyant dans leur mariage une promesse de paix civile.

En ville, le valet de Roméo, Stéphano, provoque les Capulet. Le ton monte, il reçoit l’appui de Mercutio et de Benvolio, tandis que Tybalt rassemble le clan Capulet. Roméo tente de les séparer mais Tybalt l’insulte. Roméo refusant le combat, Mercutio veut le venger et affronte Tybalt qui le tue. Acculé, Roméo tue Tybalt.

Le duc de Vérone constate le double meurtre et exile Roméo.

Acte IV

Roméo est venu faire ses adieux à Juliette dans sa chambre. Elle lui pardonne le meurtre de Tybalt et ils échangent de nouveaux serments. Après le départ de son époux secret, le père de Juliette vient lui annoncer qu’il va l’unir à Pâris selon l’ultime souhait de Tybalt.

Chargé par Capulet de préparer Juliette à ce mariage, Frère Laurent lui propose un breuvage qui la fera passer pour morte et qui lui permettra, après sa mise au tombeau, de retrouver Roméo pour s’enfuir avec lui.

Elle boit, et s’effondre juste devant l’autel nuptial.

Acte V

Roméo n’a pas reçu le message de Frère Laurent car Stéphano a été agressé en chemin. Il est donc rentré à Vérone à la nouvelle de la mort de sa bien-aimée.

Dans la crypte des Capulet, il s’empoisonne sur la dépouille de Juliette, juste avant son réveil. Passé le bonheur de se retrouver, ils réalisent que la mort va les séparer. Elle se frappe de son poignard, et ils meurent ensemble.

 

À lire avant le spectacle

« L’amour ne peut pas donner une idée de la musique, la musique peut en donner une de l’amour... Pourquoi séparer l’un de l’autre ? Ce sont les deux ailes de l’âme. » 
Berlioz

L’Italie des cités médiévales, des palais peints à fresque, des tours crénelées et des balcons de marbre… Quelle promesse pour un théâtre au XIXe siècle, quand le caractère pittoresque des décors de scène comptait autant que l’éloquence des interprètes !

Lorsque cette perspective décorative se combinait à l’esprit de Shakespeare, un directeur de salle se frottait les mains. Car comme l’avait décrété Victor Hugo en 1827, dans la préface de Cromwell, Shakespeare « c’est la sommité poétique des temps modernes, c'est le drame qui peint la vie, qui fond sous un même souffle le grotesque et le sublime, le terrible et le bouffon, la tragédie et la comédie. » 

Au XIXe siècle, plus de deux cents ans après sa mort, Shakespeare fournit donc l’inspiration, sinon le sujet, de nombreuses pièces et opéras. 

Cependant, quoique populaire et romantique à souhait, l’histoire des amoureux Juliette et Roméo pose quelques difficultés à l’opéra. Elle requiert, pour rendre la représentation crédible, deux interprètes aussi jeunes que beaux. Berlioz estime aussi que, dans un répertoire depuis toujours dévolu aux passions du cœur et foisonnant de déclarations et de duos, « la sublimité de cet amour en rend la peinture dangereuse pour le musicien ». D’où sa propre transposition de la pièce en symphonie dramatique (1839), avec chœurs et solistes mais sans les voix des personnages éponymes… 

Au XVIIIe siècle, les amants de Vérone sont bien devenus des personnages lyriques mais… dans des comédies se concluant par leur mariage ! Benda a ouvert le bal en Allemagne en 1776, avec un singspiel créé à Gotha. Dalayrac et Steibelt lui ont emboité le pas à Paris, à l’Opéra-Comique et au Théâtre Feydeau, en pleine tourmente révolutionnaire. L’heure était alors à la célébration du contrat matrimonial, présenté comme socle et ciment pacificateur de la société républicaine. 

Comment renouer ensuite avec les amours « lamentables » de Roméo et Juliette ? Et comment traiter l’origine même du tragique, l’autorité paternelle des seigneurs Capulet et Montaigu, en un XIXe siècle où le Code civil renforce l’autorité patriarcale ?

Heureusement, si les personnages sont italiens, c’est aussi d’Italie qu’arrivent, dans cette capitale cosmopolite qu’est le Paris romantique, des opéras tragiques signés Zingarelli (1812), Vaccai (1827), Bellini (1833), tandis qu’une troupe anglaise vient y révéler les sombres couleurs dramatiques du théâtre shakespearien. 

Épris du sujet depuis son séjour de jeunesse à la Villa Médicis – récompense du Grand Prix de Rome –, Charles Gounod décide de s’y consacrer vingt-cinq ans plus tard, en pleine maturité, porté par les succès de Faust (1859) et de Mireille (1864). Lui qui a mis en musique Goethe, Mistral et Molière ne s’effraie d’aucun auteur majeur, et il entend bien relever le défi lancé par l’ami Berlioz. Les couleurs italiennes, la peinture amoureuse et l’expression sincère l’enthousiasment. Enfin et surtout, il a des collaborateurs idéaux. 

Ses librettistes, les habiles Jules Barbier et Michel Carré, lui offrent un livret assez affranchi de l’original pour comporter un personnage de page, confié à une mezzo en travesti, un grand bal, deux scènes de mariage et… un record de quatre duos d’amour. Le dernier, au dénouement, respecte la longue tradition britannique, et non l’original shakespearien que révèlera bientôt la belle et fidèle traduction de François-Victor Hugo, le fils du poète. 

Le Théâtre-Lyrique, scène de création concurrente de l’Opéra-Comique et de l’Opéra sous le Second Empire, a produit les succès de Gounod et lui est acquis. Son directeur Léon Carvalho, génial metteur en scène, a initié le compositeur aux ficelles du théâtre. Formations musicales, peintres décorateurs et artistes sont de premier ordre, à commencer par l’épouse de Léon, Caroline Miolan-Carvalho, brillante créatrice de Marguerite et de Mireille, et le ténor Michot. Car contrairement aux opéras italiens, le Roméo français ne peut être chanté que par un homme. 

Gounod compose d’une traite, au printemps 1865, ce qui doit d’abord être un opéra-comique puis qui devient un opéra, sans qu’on connaisse les raisons de ce revirement. Orchestrer prend plus de temps en raison d’une grave crise dépressive, qui amène Gounod à se convaincre que Roméo sera son dernier opéra. Pourtant, il est élu à l’Académie des Beaux-Arts et, dans la foulée, l’œuvre entre en répétitions en août 1866. Sous la direction du maestro Deloffre, Caroline et Michot entourent Cazaux, naguère créateur de Méphistophélès, désormais converti en Frère Laurent. Gounod a fait imprimer sa partition, ce qui laisse à Carvalho toute liberté de la couper, ce qu’il ne manque jamais de faire. Sans doute est-ce nécessaire car la première du 27 avril 1867 dure presque 4h45, dont 1h15 de changements de décors…

Le contexte de création est absolument idéal : l’Exposition universelle a ouvert le 1er avril sur le Champ-de-Mars, attirant à Paris le monde des arts, des sciences et des techniques. Le Théâtre-Lyrique se place à la hauteur de ses concurrents, en particulier l’Opéra, qui affiche Don Carlos de Verdi depuis le 11 mars, et les Variétés, qui ont lancé La Grande Duchesse de Gerolstein d’Offenbach le 12 avril. Le 27, Roméo remporte un immense succès, au retentissement aussitôt international. Il est joué dans l’année même à Bruxelles (en français), à Dresde et Vienne (en allemand), à Londres, Milan et New York (en italien). Roméo s’impose et restera comme le titre le plus populaire de Gounod.

En 1868, la ruine de Carvalho arrête l’exploitation du spectacle après 102 représentations. Une reprise à l’Opéra échoue. Mais l’Opéra-Comique des années 1870 récupère les chefs-d’œuvre du Théâtre-Lyrique disparu, en particulier ceux de Gounod, tout en engageant Miolan-Carvalho (d’où la présence de son profil en médaillon dans le foyer de notre théâtre). Roméo y reparait en 1873, avec un éclat particulier. C’est en effet la première fois que la salle Favart joue un titre qui n’est plus un opéra-comique, ceci à double titre : il est dépourvu de dialogues parlés et il s’achève tragiquement. Prenant lui-même la tête de l’Opéra-Comique en 1876, Carvalho porte le nombre de représentations à 391, jusqu’au coup d’arrêt du terrible incendie qui ravage le théâtre en 1887. 

L’année suivante, l’Opéra Garnier récupère solennellement l’œuvre. À chaque fois, elle a fait l’objet d’adaptations – supervisées par Bizet en 1873 – et à chaque fois Gounod a publié une nouvelle version, sans trancher en faveur d’une seule. Si bien que c’est à partir de celle de 1888 que chaque chef élabore aujourd’hui sa version, en fonction des impératifs de production et de ses options dramaturgiques. 

Hormis deux soirées de gala dans l’entre-deux guerres, l’Opéra-Comique a repris l’œuvre en 1959-1960 (pour 26 représentations), avec Janine Micheau et Marcel Huylbrock dirigés par Jésus Etcheverry, et en 1994 (pour 8 représentations), avec Nuccia Focile et Roberto Alagna dirigés par Michel Plasson. Avec Julie Fuchs et Jean-François Borras, nous reprenons donc Roméo et Juliette à sa 426e représentation. 

L’originalité de notre projet, confié à la baguette de Laurent Campellone, est de confronter l’opéra au drame de Shakespeare, pour injecter dans celui-là l’urgence, la fulgurance, l’âpreté et la violence de celui-ci. D’où l’idée d’inviter Éric Ruf à reprendre ses magistrales mise en scène et scénographie de 2015, qui ont remis la pièce au répertoire de la Comédie-Française, dans une vision jeune et actualisée, débarrassée de sa lourde tradition décorative. 

Retour à Shakespeare, avec de grands interprètes lyriques, pour une double utopie : en explorant les voies de mutualisation possibles de nos productions, faire dialoguer les œuvres. 

Ecouter la présentation du spectacle par Agnès Terrier

Lire le programme de salle de Roméo et Juliette

45 minutes avant le spectacle

Pour découvrir

15 minutes pour tout savoir sur l'œuvre et le contexte de sa création avec la dramaturge du théâtre.

Salle Bizet | Gratuit sur présentation du billet

Pour chanter

Rendez-vous décomplexé avec un chef de chœur pour découvrir en chantant quelques airs de l’opéra que vous vous apprêtez à voir !

Foyer Favart | Gratuit sur présentation du billet

Pour se détendre

Le bar propose une restauration légère et des rafraîchissements dès l’ouverture des portes du théâtre.

Retrouvez nos restaurants et bars partenaires

 

Pour les enfants des spectateurs

Dimanche 19.12 à 15h, venez avec vos enfants, on s'occupe d'eux pendant le spectacle, grâce à notre partenaire Little Io.

Tarif 15€ / enfant, dès 4 ans | En savoir plus
Réservations : billetterie@opera-comique.com | 01 70 23 01 31

Information | séance du 19 décembre à 15h

Cette date est un séance inclusive Relax

Ce dispositif d’accueil inclusif vise à faciliter la venue au théâtre de personnes dont le handicap (autisme, polyhandicap, handicap mental, handicap psychique, maladie d’Alzheimer…) peut entraîner des comportements atypiques et imprévisibles. Pour que chacun profite de l’émotion du spectacle sans crainte du regard des autres.

Plus d'informations

Distribution

Laurent Campellone
Direction musicale
Laurent Campellone
Lire plus
Eric Ruf
Mise en scène et scénographie
Éric Ruf
sociétaire de la Comédie-Française
Christian Lacroix © Patrick Swirc
Costumes
Christian Lacroix
Lire plus
Bertrand Couderc
Lumières
Bertrand Couderc
Lire plus
Glyslein Lefever
Chorégraphie
Glyslein Lefever
Collaboration artistique
Léonidas Strapatsakis
Assistant musical
Mathieu Charrière
Lire plus
Assistante à la mise en scène
Céline Gaudier
Assistante décors
Dominique Schmitt
Assistante costumes
Jennifer Morangier
Assistant costumes
Jean-Philippe Pons
Assistant lumières
Sébastien Böhm
Chef de chant
Thomas Palmer
Second chef de chant
Marine Thoreau La Salle
Jean-François Borras © Youness Taouil
Roméo
Jean-François Borras
Remplacé
Lire plus
Pene Pati © Mark Leedom
Roméo
Pene Pati
Les 13, 15, 19, 21.12
Lire plus
DR Jesus Leon
Roméo
Jesús León
Le 17.12
Lire plus
Julie Fuchs © Capucine de Chocqueuse
Juliette
Julie Fuchs
Remplacée
Lire plus
Perrine Madoeuf © Arturs Lacis
Juliette
Perrine Madoeuf
Les 13, 15, 17, 19, 21.12
Lire plus
Patrick Bolleire © Loïc Fontaine
Frère Laurent
Patrick Bolleire
Lire plus
Adèle Charvet © Marco Borggreve
Stephano
Adèle Charvet
Lire plus
Philippe-Nicolas Martin
Mercutio
Philippe-Nicolas Martin
Lire plus
Jérôme Boutillier
Comte Capulet
Jérôme Boutillier
Lire plus
Marie Lenormand © Fabrice Robin
Gertrude
Marie Lenormand
Lire plus
Tybalt
Yu Shao
Lire plus
Thomas Ricart © Gabrielle Malewski
Benvolio
Thomas Ricart
Lire plus
Arnaud Richard
Pâris
Arnaud Richard
Membre du choeur accentus
Yoann Dubruque © Cyril Cosson
Gregorio
Yoann Dubruque
Lire plus
Geoffroy Buffière © Tristan Raynaud
Duc de Vérone
Geoffroy Buffière
Frère Jean
Julien Clément
Membre du choeur accentus

Danseurs
Camille Brulais, Laurent Côme, Rafael Linares Torres, Sabine Petit
 

Chœur
accentus / Opéra de Rouen Normandie
Lire plus
Orchestre
Orchestre de l'Opéra de Rouen Normandie
Lire plus

Production
Opéra Comique

Coproduction
Opéra national de Washington, Opéra de Rouen Normandie, Théâtre de la Ville de Berne, Fondation Théâtre Petruzzelli de Bari

Avec le soutien de

Cette production est soutenue par Madame Aline Foriel-Destezet, Mécène principale de l’Opéra Comique

La fabrique du spectacle

Voir plus
Répétitions de Roméo et Juliette - Julie Fuchs (Juliette) et le choeur Accentus © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec Julie Fuchs (Juliette) et le choeur Accentus © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec Jérôme Boutillier (Comte Capulet) © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec Jérôme Boutillier (Comte Capulet) © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec Adèle Charvet (Stephano) © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec Adèle Charvet (Stephano) © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec Marie Lenormand (Gertrude) © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec Marie Lenormand (Gertrude) © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec le choeur Accentus © Stefan Brion

Photo de répétition de Roméo et Juliette avec le choeur Accentus © Stefan Brion

Roméo et Juliette - La bande annonce

Répétitions de Roméo et Juliette © Stefan Brion

Répétitions de Roméo et Juliette © Stefan Brion

Répétitions de Roméo et Juliette © Stefan Brion

Répétitions de Roméo et Juliette © Stefan Brion

Roméo et Juliette en répétition © S.Brion (Opéra Comique)

Roméo et Juliette en répétition © S.Brion (Opéra Comique)

Partenaires

Logo de France Musique

Remerciements

Editions Kalmus

Le décor a été initialement réalisé dans les ateliers de la Comédie-Française pour le spectacle Roméo et Juliette de William Shakespeare mis en scène par Éric Ruf.

À l’affiche

Voir tout
Opéra

Lakmé

Léo Delibes

Du mercredi 28 septembre au samedi 8 octobre 2022

Réserver
Concerts et récitals

Mécanopéra

Du mercredi 26 janvier au mercredi 14 décembre 2022

Réserver
Concerts et récitals

À l'heure du déjeuner

Du mardi 25 janvier au mardi 13 décembre 2022

Réserver
Concerts et récitals

Carmen in Tap

Du samedi 12 février au dimanche 16 octobre 2022

Réserver
Opéra

Armide

Christoph Willibald Gluck

Du samedi 5 au mardi 15 novembre 2022

Réserver
Concerts et récitals

Chantez maintenant

Du samedi 5 février au samedi 10 décembre 2022

Réserver
Opéra

La Petite Boutique des Horreurs

Alan Menken et Howard Ashman

Du samedi 10 au dimanche 25 décembre 2022

Réserver