Roméo et Juliette

Roméo et Juliette

Conte musical

De Serge Prokofiev

Conte musical d’après l’histoire originale de William Shakespeare.
Adaptation libre et poétique de Carl Norac. Orchestration de Fabrice Pierre.

Inspirée par la pièce de Shakespeare, l’histoire de Roméo et Juliette est racontée en musique. Les suites pour orchestre que Prokofiev composa en 1938, chef-d’œuvre du répertoire chorégraphique, sont adaptés pour l’Ensemble Agora.

Irène Jacob et Jérôme Kircher, récitants
Ensemble Agora

Le dessinateur Bastien Vivès créera les illustrations en direct.
Textes : Carl Norac

 

Présentation

Inspirée du mythe de Pyrame et Thisbé rapporté par Ovide, la tragédie de Roméo et Juliette a été imprimée par William Shakespeare à la toute fin du XVIe siècle. Elle n’a cessé sous cette forme dramatique d’inspirer des œuvres de tous genres : littéraires, musicales, plastiques et plus récemment cinématographiques.

Parmi les principaux titres musicaux figurent la symphonie dramatique d’Hector Berlioz (Roméo et Juliette, 1839), la comédie musicale West Side Story de Leonard Bernstein (1957) ainsi que plus de trente opéras dont ceux de Vincenzo Bellini (I Capuleti e i Montecchi, 1830), Charles Gounod (Roméo et Juliette, 1867) et, plus récemment, Pascal Dusapin (Roméo & Juliette, 1989). Il a pourtant fallu attendre les années 1930 et le plein épanouissement du ballet comme spectacle complet – indépendant de l’opéra – pour voir paraître la première grande adaptation chorégraphique. Serge Prokofiev (1891-1953) s’inscrivait avec cette partition dans la grande tradition de la musique de ballet russe initiée par Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893), compositeur du Lac des cygnes et de Casse-Noisette.

Prokofiev a écrit Roméo en Juliette en 1935, peu après son retour en Union Soviétique après des années passées en France et aux États-Unis. Destinée au Théâtre Kirov de Leningrad puis au Théâtre Bolchoï de Moscou, l’œuvre devait se terminer par une « happy end », ce qui dut être corrigé en raison de l’hostilité que manifestait alors le régime soviétique à l’égard de toute innovation ou audace artistique. Jugé « indansable » par les artistes russes, le ballet fut finalement créé en 1938 à Brno, dans la Tchécoslovaquie d’alors.

La partition de Prokofiev a connu un immense succès non seulement comme accompagnement de l’action scénique mais aussi sous la forme de pièces indépendantes regroupées par son compositeur dans trois suites d’orchestre (op. 64 bis, op. 64 ter et op. 101). Grâce à sa force de suggestion, cette musique a été par la suite réutilisée par plusieurs groupes de rock, pop, électro et métal, ainsi qu’au cinéma et même dans la publicité.

Ce sont des extraits de ces trois suites, arrangés par Fabrice Pierre pour les six musiciens de l’ensemble Agora, qui sont présentés dans ce concert, sur un texte adapté par Carl Norac, auteur de poésie, de théâtre et de livres pour enfants. Accompagnées par la musique, les voix des deux récitants retracent l’histoire de Roméo et Juliette. La danse est remplacée par la création d’un décor en temps réel dessiné par Bastien Vivès, auteur de plusieurs bandes dessinées récompensées en France et à l’étranger.

Les extraits musicaux sont issus du ballet original pour orchestre de Serge Prokofiev.

Spectacle sans entracte, durée : 1h

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu

Salle Favart

Tarif

11€ (5 € pour les moins de 18 ans)

Renseignements

0 825 01 01 23 (0,15 € la minute)

Réserver     fb     tw