La fille mal gardée / La provençale

La fille mal gardée / La provençale

Jean-Josph Mouret / Charles-Simon Favart et Egidio Duni

À l’occasion du tricentenaire de la naissance de Charles-Simon Favart, Jean-Luc Impe et les Menus-Plaisir du Roi présentent La Provençale, ballet de Mouret, et sa parodie, La Fille mal gardée, de Favart et Duni.

Mise en scène, Jean-Luc Impe
Chorégraphie, Guillaume Jablonka
Décors, Maurice Van den Broeck

Avec Stéphan Van Dyck, Aurélie Franck, Stéphanie Gouilly, Vincent Goffin, Thierry Vallier

Direction musicale, Jean-Luc Impe
Ensemble des Menus-Plaisirs du Roy

Présentation

La parodie est consubstantielle au drame, particulièrement au Siècle des Lumières. Monter dans un même spectacle une œuvre à succès et son double drolatique s'avère être aussi baroque que pédagogique pour qui veut comprendre l'esprit des premiers opéras-comiques/ Dès sa création à l'Opéra, La Provençale de Mouret séduisit son public. La Pompadour elle-même interprétait dans son petit théâtre les malheurs de Florine, à qui son vieux tuteur fait croire qu'elle est laideur mieux la dominer. Heureusement, un beau Léandre vient enlever la jeune fille avec l'aide de matelots provençaux...
La Fille mal gardée ou le Pédant amoureux de Favart témoigne que le succès d'une œuvre ne se mesure pas seulement au nombre de ses reprises, mais aussi aux parodies qu'elle génère. Plein de verve et de gaieté, Favart manie la caricature avec génie et permet à Duni de composer les ariettes des premiers opéras-comiques.


LE BALLET ET SA PARODIE

Dès sa création à l’Académie royale de musique (Opéra de Paris), La Provençale rencontre la faveur du public. Ajoutée en 1722 par La Font, le librettiste, et Jean-Joseph Mouret (1682-1738), le surintendant de la musique de la duchesse du Maine, aux « entrées » ou actes déjà existants de leur opéra-ballet Les Fêtes de Thalie créé en 1714 La Provençale connaît durant plusieurs décennies un incontestable succès tant sur la scène de l’Académie que sur celle de divers théâtres publics ou particuliers, la marquise de Pompadour interprétant le rôle-titre de l’œuvre en 1752 dans son petit théâtre privé.

Le succès d’une œuvre se mesure non seulement par le nombre de ses reprises mais aussi par la quantité de parodies ou de contrefaçons qu’elle génère. C’est ainsi qu’en 1758, quelques mois après une reprise de La Provençale à l’Académie, Charles-Simon Favart (1710-1792) offre à la Comédie-Italienne – appelée à fusionner avec l’Opéra-Comique – une petite satire de l’entrée la plus célèbre des Fêtes de Thalie.

Suivant pas à pas la trame du livret de La Provençale, cet acte en prose est agrémenté de vaudevilles (airs populaires) et d’ariettes (originales) signées Egidio Duni (1709-1775), un compositeur italien établi à Paris depuis un an et qui, grand pourvoyeur de l’institution en partitions pleines de charme, prendra la direction de la Comédie-Italienne en 1761. L’aspect caricatural des personnages et des situations, déjà présent dans l’original, est porté à son paroxysme.

Nul mieux que Favart, auteur dramatique, metteur en scène, directeur de troupe, époux d’une brillante comédienne qui participa à la réforme du jeu théâtral, ne pouvait revivifier un art qui s’appuie sur l’acteur et sur un jeu scénique partiellement improvisé. En butte aux attaques des théâtres patentés, les comédiens forains du premier Opéra-Comique avaient pour survivre employé les techniques de jeu les plus diverses : jargon ou gromelo, pantomime, marionnettes, écriteaux, vaudevilles. De ces procédés et des réminiscences de la commedia dell’arte, naquit un genre nouveau, la comédie en vaudevilles et ariettes, qui donna à son tour naissance à l’opéra-comique sous la plume de Philidor, Monsigny, Grétry et Dalayrac.

Distribution

Mise en scène, Jean-Luc Impe
Chorégraphie, Guillaume Jablonka
Décors, Maurice Van den Broeck
Costumes, Dominique Louis
Régie, Michel Gelinne

Léandre et Lindor, Stéphan Van Dyck
Nérine, Aurélie Franck
Florine, Stéphanie Gouilly
Bobinette, Vincent Goffin
Crisante et Le Magister, Thierry Vallier

Direction musicale, Jean-Luc Impe
Ensemble des Menus-Plaisirs du Roy

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu

Salle Favart

Tarif

30, 24, 19, 14, 10, 6 €

Renseignements

0 825 01 01 23 (0,15 € la minute)

Réserver     fb     tw