Fra Diavolo ou l'hôtellerie de Terracine

Fra Diavolo ou l'hôtellerie de Terracine

Daniel François Esprit Auber

OPÉRA-COMIQUE en trois actes de Daniel François Esprit Auber. Livret d’Eugène Scribe.
Créé à l’Opéra Comique le 28 janvier 1830

 

Direction musicale, Jérémie Rhorer
Mise en scène, Jérôme Deschamps

Avec Kenneth Tarver, Sumi Jo, Antonio Figueroa, Doris Lamprecht, Marc Molomot, Vincent Pavesi, Thomas Dolié, Thomas Morris, Pierre Jeannot, Jean-Yves Ravoux

Chœur Les Eléments
Le Cercle de l’Harmonie

Présentation

Un nouveau brigand romantique, positif et souriant, succède au sombre Zampa sur la scène de l’Opéra Comique. Ce séduisant « Frère Diable » est inspiré d’un authentique bandit qui s’engagea avec bravoure au côté des insurgés napolitains contre les troupes françaises menées par Napoléon, avant d’être pendu en 1806. Il inspire à Auber une partition d’une variété et d’une délicatesse qui, après une création triomphale, enchanta des générations de spectateurs dans toute l’Europe.

Durée: 2h30 avec deux entractes


agf-site.gifallianz-logo13-14.jpg

Distribution

Direction musicale, Jérémie Rhorer
Mise en scène, Jérôme Deschamps
Décors, Laurent Peduzzi
Costumes, Thibaut Welchlin
Lumières, Rémi Nicolas
Assistant mise en scène, Pierre-Emmanuel Rousseau
Assistant décors, Olivier Peduzzi

Fra Diavolo, Kenneth Tarver
Zerline, Sumi Jo
Lorenzo, Antonio Figueroa
Lady Pamela, Doris Lamprecht
Lord Cockburn, Marc Molomot
Mathéo, Vincent Pavesi
Giacomo, Thomas Dolié
Beppo, Thomas Morris
Francesco, Pierre Jeannot
Un Soldat, Jean-Yves Ravoux

Chœur Les Eléments
Le Cercle de l’Harmonie

Production, Opéra Comique
Coproduction, Opéra Royal de Wallonie, Liège


agf-site.gifallianz-logo13-14.jpg

Argument

Acte I

Terracine est une jolie ville des États romains située au bord de la mer Tyrrhénienne. Redécouvrant le tracé de l’antique voie Appia, les touristes commencent à affluer dans la région en ce début de XIXe siècle et l’hôtellerie se développe.
Témoin l’établissement de Mathéo, où festoie une troupe de carabiniers sur le point de partir en découdre avec les bandits qui infestent la région. Seul leur commandant Lorenzo n’a pas le cœur à boire : amoureux et aimé de Zerline, la fille de l’aubergiste, il se voit supplanté dans l’esprit intéressé du père par un riche fermier.

Les adieux des amoureux sont troublés par l’arrivée d’un couple de touristes anglais, bouleversés d’avoir été détroussés par le fameux Fra Diavolo et sa bande de brigands. Pamela a perdu ses diamants dans l’embuscade et elle en veut à Lord Cockburn, qui l’a enlevée, d’avoir si mal organisé leur cavale amoureuse. Il a d’autres griefs à son égard : ne fait-elle pas les yeux doux au seigneur qui suit la même route qu’eux? Lorsque le marquis entreprenant arrive à son tour, il est reçu à la hauteur de son riche équipage. Zerline renseigne le marquis sur la personnalité de Fra Diavolo : le bandit paraît hardi et galant. Le marquis aussi a du panache : il donne à deux pèlerins de quoi passer la nuit à l’auberge… Il n’est autre que Fra Diavolo et les pèlerins sont ses complices. S’ils pourchassent les Anglais, c’est qu’à leur butin manque une cassette pleine d’or. Fra Diavolo intensifie donc ses galanteries avec Pamela pour arracher à la coquette d’ultimes renseignements : changé en billets, l’or est dissimulé dans leurs vêtements.

Au soir, Lorenzo et son escadron reviennent: ils ont mis les brigands en déroute, mais le chef court toujours. Lorenzo gagne la récompense promise et, tandis que les amoureux se réjouissent, Fra Diavolo rumine sa vengeance. Aussitôt les soldats repartis à sa recherche, il récupérera les diamants et compensera la perte de ses hommes avec la dot de Zerline.

 

Acte II

Zerline installe les Anglais dans leur chambre. Le faux marquis entonne une barcarolle, un signal pour faire venir ses complices Beppo et Giacomo, qu’il dispose aux points stratégiques. Sans se douter de leur présence, Zerline range la somme qui lui servira de dot et s’apprête à se coucher. Lorsqu’elle est endormie, les brigands décident de l’assassiner avec les touristes.

Mais les carabiniers tambourinent à la porte de l’auberge. Pendant que les brigands regagnent leur cachette, Zerline se lève et fait entrer Lorenzo. Alors que Milord s’apprête à rassurer Milady, un bruit dénonce la présence des intrus. Fra Diavolo se montre dans son costume de marquis. Il invoque un rendez-vous galant sans dire avec qui, ce qui amène chaque homme à soupçonner sa dulcinée. Comptant sur la confusion des couples pour parfaire son guetapens, Fra Diavolo accepte même un duel avec Lorenzo, ce qui lui permettra de venger la défaite de sa troupe.

 

Acte III

Près de l’auberge, Fra Diavolo prépare l’ultime guetapens avec la joie sauvage d’un vrai forban : Lorenzo sera assassiné sur le lieu du duel tandis qu’il enlèvera à l’Anglais sa femme et ses bijoux. La noce paysanne arrive, escortant l’aubergiste Mathéo et Francesco, le gendre qu’il s’est choisi. Alors que Lorenzo s’apprête pour le duel avec le désespoir d’un amant trompé, Zerline tente de se disculper avant d’éviter son mariage avec Francesco. Quelques mots échangés par Beppo et Giacomo lui font comprendre qu’elle a été épiée dans sa chambre la veille au soir. Elle dénonce aussitôt les deux pèlerins, que Lorenzo arrête. Entre leurs mains, un billet de Fra Diavolo révèle les plans du bandit. Un piège est préparé et à son retour, Fra Diavolo est appréhendé, au grand dam de Lady Pamela.


agf-site.gifallianz-logo13-14.jpg