Porgy and Bess

Porgy and Bess

de George Gershwin, DuBose Heyward, Dorothy Heyward et Ira Gershwin

The Gershwins’ ®

OPÉRA en trois actes. Créé à Boston le 30 septembre 1935

Avec le soutien d'Air France

Direction musicale, Wayne Marshall
Mise en scène, Robyn Orlin
Scénographie, Alexandre de Dardel
Costumes, Olivier Bériot
Vidéo, Philippe Lainé

Avec Kevin Short, Indira Mahajan, Daniel Washington, Angela Simpson, Laquita Mitchell, Bonita Hyman, Eric Greene, Jermaine Smith, Chauncey Packer Calvin Lee, Barron Coleman, Uzee Brown, Jr. , Justin Lee Miller, Dominic Gould , Tercelin Kirtley , Maxime Tortelier, David Stanley, Clement Ishmael

The Atlanta Opera Chorus
New World Symphony, America’s Orchestral Academy

Présentation

Jusqu'en 1935, le répertoire lyrique du vieux continent fait les beaux soirs des opéras américains tandis que, dans les théâtres du Nouveaux Monde, les charmes et la gaieté de la comédie musicale made in USA attirent des spectateurs toujours plus nombreux. Mais cette année-là, des Noirs Américains font irruption sur un scène de Boston. Non seulement Porgy, Bess et leurs amis y dressent le décor et la misère du ghetto mais ils y chantent. Dans leur amère condition, tout est autant prétexte au chant que dans un opéra. Les exclus aussi ont leurs drames et leurs joies, leurs trahisons et leurs héroïsmes.
Soixante-dix ans après l'abolition de l'esclavage aux États-Unis, mais bien avant la fin de la ségrégation raciale, George Gershwin invente avec « Porgy and Bess » la forme et le langage de l'art lyrique américain.

Argument

Acte I
À la fin du XVIIIe siècle, de nombreuses cités allemandes sont dépourvues de théâtre et ne connaissent, en matière de spectacles, que ceux produits par des troupes itinérantes. C’est ainsi que Wilhelm Meister, jeune bourgeois en voyage de formation, rencontre dans une petite ville de la Forêt Noire un vieux chanteur errant et amnésique, une bande de bohémiens et des acteurs en mal de projets. Le chef des bohémiens s’apprêtant à battre Mignon, Wilhelm s’interpose. Il attire l’attention d’une sémillante comédienne, Philine, qui le charme aussitôt tandis qu’il sympathise avec son collègue, le caustique Laërte. Mignon est une enfant volée, étrange et attachante. Pour la protéger, Wilhelm la rachète et la prend à son service. Philine reçoit du seigneur local une invitation à jouer au château avec sa troupe et invite Wilhelm à les suivre.

Acte II
Premier tableau – Au château, les comédiens préparent Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare. Restée seule dans le boudoir de Philine, Mignon essaie des parures féminines. Frédérick, un étudiant épris de la comédienne, entre par effraction. Il est surpris par Wilhelm et les deux rivaux s’affrontent. L’apparition de Mignon transfigurée par une robe trouble Wilhelm qui décide de s’en séparer.

Second tableau – Désespérée, Mignon se réfugie au fond du parc pendant le spectacle. Le vieux musicien Lothario la réconforte mais l’ovation qui leur parvient inspire à Mignon une parole de malédiction. Avec son esprit dérangé, Lothario part la mettre à exécution. Tandis que Philine sort triomphalement du théâtre en chantant, le feu allumé par Lothario embrase le bâtiment. Sur l’ordre de Philine, Mignon était partie y chercher un bouquet. Wilhelm vole à son secours.

Acte III
Au bord du lac de Garde, Wilhelm et Lothario installent Mignon convalescente dans le palais Cypriani, que Wilhelm souhaite racheter pour elle. Quinze ans plus tôt, l’enfant de la maison a disparu et après la mort de sa mère et le départ de son père fou de douleur, le lieu reste sous la garde d’un serviteur. La raison revient à Lothario : il est le marquis de Cypriani. Les reliques qu’il apporte de son enfant disparue ravivent la mémoire de Mignon : elle est sa fille Sperata. Philine arrive avec sa troupe, à la poursuite de Wilhelm. Devant leur bonheur, elle pardonne à sa rivale et tandis que le retour du marquis est fêté par les villageois, Mignon et Wilhelm, qui ont accédé à la vérité, peuvent enfin s’unir.

Distribution

Direction musicale, Wayne Marshall
Mise en scène, Robyn Orlin
Scénographie, Alexandre de Dardel
Costumes, Olivier Bériot
Vidéo, Philippe Lainé
Lumières, Marion Hewlett
Assistant musical, Geoffrey Styles
Assistant mise en scène, Emile Soulier
Assistant costumes, Luc Gering
Assistante vidéo, Stéphanie Magnant
Assistant Lumières, Patrice Lechevallier
Chef de chœur , Walter Huff
Pianiste Chef de chant, Morgane Fauchois

Porgy, Kevin Short
Bess, Indira Mahajan
Crown, Daniel Washington
Serena, Angela Simpson
Clara, Laquita Mitchell
Maria, Bonita Hyman
Jake, Eric Greene
Sportin’ Life, Jermaine Smith
Mingo, Chauncey Packer
Peter, Calvin Lee
Robbins, Barron Coleman
Frazier, Uzee Brown, Jr.
Jim / Undertaker, Justin Lee Miller
Detective (comédien), Dominic Gould
Mr Archdale (comédien), Tercelin Kirtley
Coroner (comédien), Maxime Tortelier
Policeman (comédien), David Stanley
Jasbo Brown, Clement Ishmael

The Atlanta Opera Chorus
New World Symphony, America’s Orchestral Academy


Production, Théâtre national de l’opéra-comique
Coproduction , Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, 7, 9, 11 octobre 2008
Coproducteurs associés, Théâtre de Caen, 26, 28 et 30 juin 2008, Festival Internacional de Musica y Danza de Granada, version de concert 22 juin 2008