À la recherche du point zéro

30 Janvier 2018

Certains passent leur vie à chercher le point d’équilibre, le point du jour, le point G,… lui passe le plus clair de son temps professionnel à chercher et à trouver le point zéro.
Lui ? Rodolphe Thibaud, « maître glacier » de l’équipe artistique d’Et in Arcadia ego. On parle évidemment de zéro degré, le moment où l’eau hésite à rester liquide ou à devenir solide. « Sur un spectacle comme celui-là, il y a deux difficultés majeures » raconte celui qui était déjà avec Phia Ménard en 2008 sur son célèbre PPP, pour Position Parallèle au Plancher et qui – depuis - est de tous les pains de glace de la metteuse en scène, « D’abord il faut savoir accumuler du froid à l’intérieur de la chambre pour placer la matière sur la scène et organiser la fonte.
Dans une salle comme la salle Favart, un théâtre à l’italienne relativement ramassé avec une chaleur humaine proche, cela nécessite d’autant plus des calculs précis en fonction d’une température qui devra restée constante.
Ensuite, il faut que ce processus de transformation de la glace en eau et la grâce qui en résulte, accompagne la partition. Autrement dit, mon travail avec toute l’équipe consiste à faire que ce dialogue entre la musique et la matière en transformation soit le plus harmonieux et le plus impressionnant possible pour le spectateur. » 

Il aura fallu plusieurs jours aux équipes techniques pour transformer le fond de scène de l’Opéra Comique en gigantesque réfrigérateur. Jugez par vous-même : une chambre froide de 11,50 par 4,50 mètres, pour congeler - et donc recongeler après chaque représentation - tous les objets qui participent de la scénographie, le tout à -25°C. Techniquement, il faut 12 heures pour obtenir ce résultat. 12h pour congeler et modeler les quelques 350m2 de tissus qui servent aux éléments de décor. Pour prendre conscience de la prouesse, il faut savoir que les accessoiristes glaciers restent – emmitouflés dans leur combinaison –  une durée maximale de 30 à 35 minutes d’affilées dans la chambre froide et doivent faire des pauses d’au moins 30 minutes dans un lieu chauffé à 2O°C entre chaque cession de travail.
Quand on songe que l’essentiel des travaux tout au long de 2016 a constitué à installer un système d’aération salle Favart, on se dit que ce premier spectacle 2018 tombe à …point nommé !

Réagir à cet article


Pour réagir connectez-vous ou créez un compte dès maintenant !

Votre compte vous permettra d'accéder gratuitement à des actualités enrichies, intéragir et commenter. Il vous permet également de consulter votre historique d'achat, d’imprimer vos billets, de modifier vos coordonnées et vos préférences.

 


0 commentaire