À lire avant Le Postillon de Lonjumeau

05 Mars 2019

Pourvu qu’un homme ait de l’esprit, une figure distinguée et de l’entregent, les femmes ne lui demandent jamais d’où il sort, mais où il veut aller.
Balzac,
Physiologie du mariage, 1829

En 1836, la première ligne de chemin de fer civile de France est en cours d’achèvement. Elle reliera l’année suivante, à toute vapeur et en moins d’une demi-heure, Paris au Pecq, une commune située au pied de la magnifique terrasse de Saint-Germain-en-Laye. On le pressent alors, cette adaptation au transport de passagers d’un moyen de locomotion développé pour le charbon va révolutionner le territoire. Bientôt on pourra contempler la mer en Normandie, prendre les eaux dans les Pyrénées, escalader le Mont-Blanc !

Il est donc temps, en 1836, de consacrer un opéra-comique – en forme de chant du cygne – à la figure familière du postillon : c’est en effet lui qui conduit les équipages des voyageurs, depuis plus de deux siècles, sur les routes de France. En ces années 1830, l’Opéra Comique engrange ainsi de bonnes recettes en célébrant métiers et conditions, avec des titres aussi attrayants que Le Marchand forain, Le Porte-faix, Le Luthier de Vienne, Le Brasseur de Preston, Le Perruquier de la Régence... En dépit de l’impossibilité de faire caracoler des chevaux sur le plateau de l’Opéra Comique, alors logé dans un petit théâtre sis place de la Bourse, mettre en scène un postillon est à trois titres un bon calcul.

D’abord ce personnage, que l’on croise à tous les carrefours, aura le méritede séduire le public des départements – un public auquel tient l’Opéra Comique qui fournit aux nombreux théâtres de province la majeure partie de leurs saisons.

Ensuite le prétexte du voyage, avec ses rencontres imprévues, est un merveilleux point de départ pour une comédie, dont la fonction reste de peindre la société dans tous ses états. Parmi les titres à succès du répertoire de l’Opéra Comique figure, depuis 1820, cet opus de Boieldieu, Les Voitures versées, où l’on voit un nobliau angevin laisser en piteux état une route longeant sa propriété afin de pouvoir recueillir les Parisiens accidentés et se tenir ainsi informé des dernières tendances…

Enfin, le costume et les attributs officiels (fouet et cor) du postillon n’ayant pas changé depuis l’Ancien Régime, d’habiles librettistes comme Brunswick et Leuven peuvent placer l’action sous le règne libertin de Louis XV. En 1836, cela ne peut qu’amuser le bon roi Louis-Philippe d’Orléans et cela permet de camper, dans un décor rococo, un postillon-joli coeur. Cette réputation avantageuse, les postillons la doivent à leur élégance, à leur autorité de cavalier et au fard qu’ils portent pour se protéger des intempéries.

S’il est séducteur, notre postillon ne peut s’exprimer qu’avec une voix de ténor – il en va ainsi dans la typologie vocale et théâtrale de l’opéra-comique. Et comme le public qui s’embourgeoise n’aime rien tant que les histoires d’ambition et d’ascension sociale, notre postillon d’Île-de-France, officiant à Lonjumeau (sans g) sur la route d’Orléans, montera à Paris pour devenir... un divo d’opéra. D’opéra et non d’opéra-comique, ce qui permet comme au XVIIIe siècle une parodie du grand genre.

Le postillon Chapelou (nom dérivé de chapelle ou de chapeau…) ne peut devenir un ténor de l’Opéra à l’époque des Lumières – ou plus exactement un « premier sujet de l’Académie Royale de Musique » – que sous la plume d’un compositeur fin connaisseur de l’Ancien Régime. Or Adolphe Adam est, en son temps, à peu près le seul à se passionner pour les prédécesseurs de Gluck : Rameau et ses contemporains. Ce répertoire baroque a disparu avec la Révolution. Adam, lui, retrouve les oeuvres à la Bibliothèque du Conservatoire, les étudie, les apprécie. Il arrange et programme maintes pages de Rameau en concert, en ville et à la cour. Il lui consacre aussi plusieurs essais, convaincu que s’est écrite au siècle précédent une grande page de la musique française, relativement isolée d’une Europe dont Paris, au XIXe siècle, est devenue la capitale culturelle.

Le postillon Chapelou tient donc autant du ténor fétiche de Rameau, Jélyotte, que de son créateur de 1836, Jean-Baptiste Chollet. Au premier il doit son parcours professionnel, au second son tempérament charmeur et hâbleur, hérité des grandes créations de Chollet, le Fra Diavolo d’Auber et le Zampa d’Hérold.

Puisqu’à tout bon opéra-comique il faut de l’amour, auteurs et compositeur ont le bon goût d’opposer à leur postillon de grand chemin une remarquable figure de femme forte, Madeleine, comme on n’en trouve plus beaucoup depuis l’établissement du Code Napoléon. Il faudra peut-être attendre Carmen en 1875 pour revoir sur les planches de l’Opéra Comique une telle meneuse de jeu – et cela coûtera alors sa place à Leuven, devenu entretemps le directeur du théâtre. Cette Madeleine est créée par Zoé Prévost, alors en pleine crise matrimoniale avec Chollet, ce qui contribue probablement à la vérité de leur interprétation.

Comme elle, les autres interprètes issus de la troupe de l’Opéra Comique reçoivent des rôles sur mesure : c’est le cas d’Henry pour le charron Biju, de Ricquier pour le marquis de Corcy, mais aussi du couple Roy pour les rôles de Bourdon et de Rose. Les auteurs précisent, en tête de la partition publiée chez Delahante et dédiée au roi de Prusse, combien les rôles secondaires sont importants pour la réussite de cette comédie en trois actes, émaillée de treize numéros musicaux.

La création du 13 octobre 1836 remporte un succès formidable et essaime vite dans les régions puis en Europe. Dès 1837, Der Postillon von Lonjumeau est joué à Berlin, Vienne, Leipzig, Prague, partout dans le vaste Empire allemand, jusqu’à Riga où un jeune chef d’orchestre nommé Richard Wagner le dirige à plusieurs reprises, le fixant à vie dans sa mémoire… À l’Opéra Comique, l’oeuvre quitte le répertoire en 1894, peu avant avoir atteint les 700 représentations en moins de soixante ans.

En compagnie de Michael Spyres, aujourd’hui l’un des rares artistes capables d’endosser ce rôle-titre aux redoutables contreré, Sébastien Rouland et Michel Fau dépoussièrent et réhabilitent Le Postillon de Lonjumeau, avec l’amour qu’ils portent à ce répertoire élégant et insolent. Une insolence qui les pousse à convoquer Louis XV en scène – une apparition royale qu’interdisait la censure ! Mais en 2019, pourquoi se priver d’un hommage, en forme de clin d’oeil, au monarque qui donna à l’Opéra Comique le statut de troupe royale, et dont le ministre offrit à l’institution le terrain sur lequel s’élève toujours la salle Favart ?

Réagir à cet article


Pour réagir connectez-vous ou créez un compte dès maintenant !

Votre compte vous permettra d'accéder gratuitement à des actualités enrichies, intéragir et commenter. Il vous permet également de consulter votre historique d'achat, d’imprimer vos billets, de modifier vos coordonnées et vos préférences.

 


3 commentaires

Portrait de Anonyme

Jean-François LAVIGNE

Bonjour. Merci pour cette analyse concise et porteuse de découvertes originales (imaginer Wagner dirigeant Adam, par exemple, demeure savoureux). Ce très bel opéra-comique demeure aussi rare au disque que sur scène ; Malibran a réédité quelques archives fort intéressantes et chez EMI, on peut encore trouver une version d'extraits en allemand avec notamment Ruth-Margret Pütz et l'immense Nicolaï Gedda et une intégrale de fort bel aloi, dirigée par le regretté Thomas Fulton (avec John Aler, June Anderson...). Espérons que ces représentations à l'Opéra-Comique donneront naissance à un enregistrement (CD et DVD). Pour exemple, je pense à l'excellent enregistrement CD du" Pré-aux-Clercs" d'Hérold, malheureusement sans réalisation filmée apparemment. Enfin, beaucoup plus triste est le sort de "Zampa", du même Hérold, dont rien n'a été conservé (semble-t-il) des enthousiamantes représentations à la salle Favart, alors qu'au disque, ne subsiste à ce jour que l'ouverture, c'est bien maigre... En tout cas, merci sincèrement d'exhumer ce Postillon. Espérons qu'après "Le Toréador" du même Adam il y a quelques années au même endroit (l'espace d'une seule soirée) et le récent très bel enregistrement du "Chalet" chez Tympani, on va enfin comprendre que sa musique vaut le détour, autrement que via "Giselle". "Si j'étais roi" mériterait un réenregistrement aussi et "Giralda" serait une palpitante découverte... Des amateurs ? Merci de votre attention.

 

08 Mars 2019

Portrait de Anonyme

Gerard Desportes

Membre de l'Opéra Comique

Cher Jean-François,

Qu'il est revigorant de constater qu'Adam continue de susciter de l'intérêt et même davantage! 

Sur l'épineux problème de la captation, de la retransmission et de ses dérivés, je voudrai vous éclairer sur nos difficultés et du coup éclairer le public de l'Opérar Comique. Vous n'êtes pas le premier à nous interroger sur ces points et on peut même dire que chaque production fait l'objet ( et parfois massivement) des mêmes questions.Par qui et quand le spectacle nous parveindra, via nos écrans? Existera-t-il un DVD?

Evacuons la seconde question qui est purement économique. Les coûts de production, de droits et de commercialisation sont tels qu'il est trés difficile de trouver un montage, c'est-à-dire des partenaires pour rendre possible la sortie en DVD d'un spectacle et même ( soyons fous) d'une saison. Nous avons essayé à moulte reprises. En vain pour l'instant. Nous nous acharnons à trouver une solution.

La question de la retransmission est plus complexe, davantage politique qu'économique, même si l'argent rentre en ligne de compte. De quoi s'agit-t-il? Prenons le cas du Postillon. A l'heure ou j'écris ( mardi 12 mars, 12h20), personne ne veut retransmettre le spectacle. Pas plus le service public ( et nous entretenons d'excellents rapports avec France Télévision ou Arte) que les chaînes specialisées de la TNT ou du satelitte. Personne. Le Postillon est une oeuvre majeure du répertoire français, servie par un plateau artistique exceptionnel, réalisé par un des meilleurs spécilaistes (François Roussillon) et il se trouve personne pour proposer ce chef-d'oeuvre à un plus vaste public, via nos écrans. Le spectacle existe, il est capté, de l'argent public a été mobilisé pour se faire et l'on pourrait s'attendre qu'au nom de l'intérêt général et pour le moins la défense du patrimoine culturel français, le plus grad nombre puisse en bénéficier. En France et dans le monde. Et bien, non.

La encore nous n'avons pas dit notre dernier mot et sachez que nous nous battons pour que ceux qui aiment Adam et qui n'auront pas la chance d'assister salle Favart au spectacle puissent le regarder de leur salon. Mais qu'il faille se battre pour une telle cause est déjà un problème. Vous me direz que le service public de l'audiovisuel nous proposera sans doute de déposer notre film sur Cluturebox. Sans doute. Et c'est mieux que rien. Mais vous m'accodrerez qu'il y a une frustration à constater que nous ne sommes pas soutenus dans cette démarche par ceux qui comme nous concourent à l'élévation du niveau culturel.

J'espère que vous comprendrez et pardonnerez cette aigreur. Place à la musique!

12 Mars 2019

Portrait de Anonyme

Salomé Journeau

Membre de l'Opéra Comique

Petite mise à jour :

 

Le spectacle sera enregistré par France Musique. La diffusion est prévue le dimanche 28 avril 2019 à 20h.

03 Avril 2019