Thomas Jolly

© Olivier MetzgerModds

METTEUR EN SCÈNE

Né à Rouen, Thomas Jolly intègre en 2001 la formation professionnelle d’ACTEA, tout en préparant une licence d’études théâtrales à l’Université de Caen.

Deux ans plus tard, il entre à l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre National de Bretagne, à Rennes. À l’issue de sa formation, il fonde avec quelques compagnons de route la Piccola Familia. Il met en scène Arlequin poli par lamour (Marivaux) en 2007 et, en 2009, Toâ (Guitry), couronné par le Prix du public du Festival Impatience au Théâtre de l’Odéon à Paris, et Piscine (pas deau) de Mark Ravenhill.

À partir de 2010, il travaille sur la pièce Henry VI de William Shakespeare, un spectacle-fleuve de dix-huit heures dont il crée les deux premiers épisodes en 2012. Le 3e épisode voit le jour en 2013.Il crée le 4e et dernier épisode d’Henry VI en 2014 ; ce spectacle fleuve de 18 heures est alors donné dans son intégralité au Festival d’Avignon. En 2015, il entreprend la création de Richard III, concluant ainsi ce cycle shakespearien. La même année, il reçoit le Grand Prix de l’association professionnelle de la critique et le Molière de la mise en scène d’un spectacle de Théâtre Public pour Henry VI.

En 2016, il présente à Avignon, avec la Piccola Familia, Le Ciel, la nuit et la pierre glorieuse, un feuilleton théâtral en plein air retraçant l’histoire du Festival en 16 épisodes. En parallèle, il conçoit avec Damien Gabriac Les Chroniques du Festival dAvignon, un programme court diffusé sur France Télévisions. En 2018, il crée Thyeste de Sénèque, en ouverture de la 72e édition du Festival d’Avignon dans la Cour d’honneur du Palais des Papes.

Depuis janvier 2020 il dirige Le Quai - Centre Dramatique National d’Angers. À l’opéra, Thomas Jolly ouvre la saison 2016-17 de l’Opéra de Paris avec Eliogabalo (Cavalli). À l’Opéra Comique, il a ouvert la saison 2017 avec Fantasio, production présentée au Théâtre du Châtelet et reprise en décembre 2020 à la Salle Favart.