Limbus-Limbo

Limbus-Limbo

Limbus-Limbo

Stefano Gervasoni

OPERA BUFFA en sept scènes de Stefano Gervasoni, sur un texte de Patrick Hahn d'après Giordano Bruno, Carl von Linné.

Création mondiale les 22 et 23 septembre 2012 au Théâtre National de Strasbourg, dans le cadre du Festival Musica.

Introduction à l’œuvre par Agnès Terrier 40 minutes avant chaque représentation.

Direction artistique et musicale, Jean-Paul Bernard
Mise en scène, Ingrid von Wantoch-Rekowski

Les Percussions de Strasbourg
Direction, Jean-Paul Bernard 

Ensemble vocal Exaudi

Présentation

Un opéra bouffe contemporain

Les percussions de Strasbourg fêtent leurs 50 ans avec un opera buffa. Le genre renoue avec l’esprit provocateur des Italiens qui vinrent bousculer les traditions françaises au milieu du XVIIIe siècle. Il permet de relancer une réflexion sur l’art populaire et la place de l’humour dans l’opéra d’aujourd’hui.
Situés entre le Ciel et l’Enfer, les limbes chantés par Dante ont été rayés de la cartographie catholique en 2007. Le spectacle débute juste avant cet événement. Dans ce lieu d’interrogation et de doute, le naturaliste Carl von Linné et l’homme d’église Giordano bruno accueillent une milliardaire bien décidée à organiser un grand festin, quand la nouvelle de l’abolition des limbes parvient aux portes de l’Enfer... Musiciens, chanteurs et comédiens sont engagés dans le même processus d’interprétation, mais aussi de questionnement. 
Les limbes ne seraient-ils pas la patrie de tout dialogue fertile entre ce qui s’oppose, le pur et l’impur, le sacré et le profane ? S’ils disparaissent, par quoi seront-ils remplacés ?


Le spectacle sera surtitré en Français - Durée 1h30 sans entracte

Argument

Première Scène

Quelques bruits réguliers brisent la nuit. Il règne une ambiance de lassitude, une atmosphère d’attente sans fin. Carl cherche son chemin en quête de lumière. Il craque une allumette et se lamente de l’injustice divine et de la qualité de la bière dans les limbes, dont il semble déjà avoir abusé. 

Deuxième Scène

Avec un vacarme assourdissant, Tina est catapultée dans les limbes. Carl décide de se consacrer à la nouvelle arrivante avec une curiosité scientifique. Tina est une femme attirante, et sa tenue trahit sa richesse et sa réussite. À cause de ses transgressions et péchés, elle était destinée à l’Enfer. Elle a cependant réussi à soudoyer le garde, pour se retrouver dans les limbes. 

Troisième Scène 

Carl lui fait méticuleusement visiter l’endroit, lui montrant tour à tour le chœur des Damnés, les poètes, les enfants non baptisés et mort- nés, et les pécheurs tourmentés. Alors que Carl est fasciné par tout ce qu’il voit, Tina s’ennuie. Au loin, un chant merveilleux retentit, qui la sort de sa torpeur. 

Quatrième Scène

Carl mène Tina à la grotte de Bruno. Celui-ci est en train de chanter une mélodie : la vérité par rapport à la lumière et l’ombre. Tina se sent attirée par le chanteur et regarde ses sentiments. Carl disserte sur les différences entre les hommes et les animaux. 

Cinquième Scène

Tina et Bruno se retirent dans le jardin d’Eden, par une porte que ni Dante, ni Virgile n’ont encore trouvée. Après leurs ébats, ils essaient de trouver une langue commune. Tina parle des intrigues du monde d’aujourd’hui, les guerres qu’elle a menées, les luttes des marchés boursiers qu’elle a gagnées, et les présidents qu’elle a aimés. 

Sixième Scène 

Carl, qui les épiait du haut d’un arbre, tombe. Tina et Bruno se moquent du voyeur, qui, rougissant, explique qu’il cherchait à étayer sa théorie sur la sexualité des plantes. Vexé par les railleries, Carl se met en colère et les menace de la vengeance divine qui les mènera au Purgatoire. Alors que Bruno se gausse de cette tirade, Tina s’effondre, à bout de nerfs. Elle parle alors de son séjour en hôpital psychiatrique et de sa tentative de suicide. Tous s’unissent dans un chœur autour de la question : « Y a-t-il une vie avant la mort ? ».

Septième Scène

La nouvelle de l’abolition des limbes se répand, semant le désespoir. « Devons-nous vraiment mourir ? L’Éternité n’existe-t-elle plus ? Où allons-nous ? ». Tina se reprend et séduit le messager, qui leur indique le passage vers l’Enfer. Ils s’y dirigent, en dansant le Limbo.

Distribution

Direction artistique et musicale, Jean-Paul Bernard
Mise en scène, Ingrid von Wantoch-Rekowski
Assistante à la mise en scène, Janick Moisan
Scénographie et costumes, Laurence Bruley
Lumières, Felix Lefebvre

Les Percussions de Strasbourg
Direction, Jean-Paul Bernard 

Claude Ferrier, Bernard Lesage, Keiko Nakamura, François Papirer, Olaf Tzschoppe

Ensemble vocal Exaudi 

Soprano, Juliet Fraser
Contre ténor, Christopher Field
Baryton, Gareth John
Comédiens, Corinne Frimas, Luc Schillinger, Charles Zevaco

Cors, Olivier Darbellay
Flûtes à bec et Paetzold, Antonio Politano 
Cymbalum, Luigi Gaggero 
Électronique en temps réel, Carmine Emanuele Cella
Ingénieur du Son, Julien Guinard

Production déléguée, Les Percussions de Strasbourg  Diffusion, Laurence Dune 

Coproduction, Opéra Comique, KunstFestSpiele Herrenhausen, Festival Musica, Théâtre National de Strasbourg, Opéra National du Rhin, Festival de Marseille - FDAmM, GMEM - Centre national de création contemporaine, Opéra de Reims, Musica - Festival International des musiques d'aujourd'hui 

Avec le soutien de, Fonds de Création Lyrique (SACD), La Muse en Circuit - CIRM, La Spedidam

Avec la participation de l'Ircam - Centre Pompidou

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu

Salle Favart

Tarif

45, 35, 25, 17, 10, 6 €

Renseignements

0 825 01 01 23 (0,15 € la minute)

Réserver     fb     tw