Isabelle Druet, la mélodie romantique

Isabelle Druet, la mélodie romantique

Récital

Concert suivi d'un verre offert dans le théâtre

Après la compositrice, l’Opéra Comique évoque l’interprète que fut Pauline Viardot avec ce récital de mélodies contemporaines de la carrière de cette cantatrice qui incarna pour ses contemporains la poésie lyrique à travers ses figures emblématiques : Sapho et Orphée.

Mezzo-soprano, Isabelle Druet
Piano, Stéphane Jamin

En partenariat avec le Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française

Programme

Georges Bizet
Les Adieux de l’hôtesse arabe - Victor Hugo

Charles Gounod
Venise - Alfred de Musset
Où voulez-vous aller ? - Théophile Gautier
Boléro - Jules Barbier
Absence - Comte A. de Ségur
Ô ma belle rebelle - Jean-Antoine de Baïf

Henri Montan Berton
Les Adieux de Jane Gray - E. Monnais

Amédée de Beauplan
Savoir attendre - M. Melesville
J'ai peur

Camille Saint-Saëns
Allegro op 70
L’Attente
- Victor Hugo
Plainte - Madame A. Tastu

Gioachino Rossini
L’Orpheline du Tyrol - Émilien Pacini

Pierre-Jean de Béranger
Les Cinq Étages

Biographies

Amédée de Beauplan (1790-1853)
Poète, auteur dramatique, peintre et compositeur, il a peu de succès au théâtre (L’Amazone, 1830 ; Le Mari au bal, 1845). Ses romances le font connaître dans les salons. Leur caractère est redevable aux petits airs de la fin du XVIIIe siècle mais leur tournure musicale s’apparente parfois à l’esprit du lied germanique.

Pierre-Jean de Béranger (1780-1857)
Membre du Caveau moderne, auteur pamphlétaire, anticlérical, farouche opposant au royalisme, il est considéré comme le père de la chanson moderne et un des premiers auteurs engagés. Béranger fait éditer six recueils entre 1815 et 1833, dont deux lui valent à la fois la prison et l’admiration populaire.

Henri Montan Berton (1767-1844)
Ancien violoniste, il compose Les Rigueurs du cloître (1790), Montano et Stéphanie (1798), Le Délire (1799) puis Aline, reine de Golconde (1803). Professeur d’harmonie au Conservatoire, il devient chef d’orchestre au Théâtre-Italien (1807-1809), puis de chant à l’Opéra (1809-1815).

Georges Bizet (1838-1875)
Excepté quelques pièces pour piano (Jeux d’enfants) et de rares œuvres orchestrales (Symphonie « Roma », musique de scène de L’Arlésienne), Bizet se consacre à l’art lyrique (Les Pêcheurs de perles, 1863 ; La Jolie Fille de Perth, 1867 ; Djamileh, 1872) et crée Carmen à l’Opéra Comique trois mois avant sa mort prématurée.

Charles Gounod (1818-1893)
Avec Sapho (1851), La Nonne sanglante (1855), Le Médecin malgré lui (1858), Faust (1859), Philémon et Baucis (1860), La Reine de Saba (1862), Mireille (1864), Cinq-Mars (1877), Polyeucte (1878), Le Tribut de Zamora (1881) et ses nombreuses mélodies, Gounod marque son époque par sa sensibilité.

Gioachino Rossini (1792-1868)
Après une première carrière italienne très précoce, il devient directeur du Théâtre-Italien à Paris en 1824 et adapte ses anciens succès à l’Opéra (Le Siège de Corinthe, 1826 ; Moïse et Pharaon, 1827). Les créations du Comte Ory (1828) et de Guillaume Tell (1829) couronnent sa carrière car il cesse précocement de composer.

Camille Saint-Saëns (1835-1921)
Organiste, pianiste, il réhabilite les maîtres du passé, défend Wagner, parraine Fauré et Messager. Indépendant, il fonde en 1871, la Société nationale de musique. Il connait une renommée internationale grâce à ses opéras Samson et Dalila (1877) et Henry VIII (1883).

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu

Salle Bizet

Tarif

13 €

Renseignements

0 825 01 01 23 (0,15 € la minute)

Réserver     fb     tw