Gaëlle Arquez

Gaëlle Arquez

MEZZO-SOPRANO

Révélation lyrique aux Victoires de la Musique en 2011, elle a fait ses débuts dans le rôle-titre de La Belle Helene au Théâtre du Châtelet. Parmi ses projets, elle incarnera Carmen, Xerses, Pelleas et Mélisande et Armide. Diplômée d’un master en musicologie, et après avoir étudié le piano pendant 15 ans, Gaëlle Arquez poursuit son apprentissage au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Tout au long de ses études, elle se produit en récitals dans de nombreuses salles prestigieuses. Citons par exemple le Teatro Marcello à Rome, la Salle Pleyel (dans le cadre de la série Prélude au Concert), le Louvre ou encore le Musashimo Cultural Foundation de Tokyo.

Elle a fait ses débuts à l’Opéra de Paris dans Don Giovanni (Zerlina) sous la direction de Philippe Jordan et mis en scène par Michael Haneke. Invitée à l’Opéra de Lille pour Cendrillon de Massenet, elle chante également à l’Opéra de Paris (Falstaff et L’Incoronazione di Poppea), à l’Opéra de Frankfort (Teseo et L’Incoronazione di Poppea), au Theater an der Wien (Idomeneo), au Théâtre du Capitole à Toulouse (Castor et Pollux) ou encore au Bayerische Staatsoper (Falstaff et Così fan tutte).

Récemment, elle interprète Hänsel (Hänsel und Gretel) à la Monnaie et Idamante dans Idomeneo sous la direction de René Jacobs au Theater an der Wien. La production a notamment été donnée au Mostly Mozart Festival New York en 2016. 

En concert, Gaëlle Arquez chante le rôle-titre de Cenerentola au Beaune Festival et le Poème de l’Amour de la Mer de Chausson sous la direction de Louis Langrée au Théâtre des Champs-Élysées et Conception dans L’Heure Espagnole avec le Bayerische Rundfunk.

Dernièrement, elle chante à l’Opéra de Paris et  à l’Opéra de Frankfort pour Radamisto, fait ses débuts au Komische Opera Berlin avec Castor et Pollux et au Vienna Staatsoper sous la direction de Marc Minkowski avec Armide de Gluck.