Éric Ruf

© Brigitte Enguerand
© Brigitte Enguerand

Formé à l'École nationale supérieure des arts appliqués et des Métiers d'arts Olivier de Serres et au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, Éric Ruf est administrateur général de la Comédie-Française depuis août 2014. Acteur, metteur en scène et scénographe, il entre dans la Maison de Molière en tant que pensionnaire le 1er septembre 1993, en devient le 498e sociétaire le 1er janvier 1998 et sociétaire honoraire à sa nomination aux fonctions d’administrateur général. Il y mène une politique artistique où se côtoient grands maîtres de la mise en scène (Ivo van Hove, Deborah Warner, Alain Françon, Christiane Jatahy, Stéphane Braunschweig, Robert Carsen, Lars Norén…) et talents émergents (Julie Deliquet, Chloé Dabert, Marie Rémond, Maëlle Poésy, Louise Vignaud…). « La mission de l’administrateur, dit-il, est de rêver les mariages les plus fertiles entre le répertoire choisi et les visions d’artistes invités à les mettre en scène. On y pratique avec bonheur l’art de la mixité – antique, classique, moderne, contemporain, qu’importe – l’essentiel est que ce théâtre soit toujours plus disant que la réalité et qu’il nous y ramène à force de détours. Le spectacle est notre dessein commun, la part offerte de la ruche bourdonnante qu’est notre Maison ».

Metteur en scène et scénographe au théâtre comme à l’opéra ou au ballet, il a notamment coécrit et dirigé Du désavantage du vent (édition Les Solitaires Intempestifs) et Les belles endormies du bord de scène au Centre dramatique de Bretagne et Théâtre national de Chaillot, L'Histoire de l'an Un de Jean-Christophe Marti ainsi que le Récit de l'an Zéro de Maurice Ohana, La Cas Jekyll de Christiane Montalbetti au Théâtre national de Chaillot et Le pré aux clercs à l’Opéra Comique et Pelléas et Mélisande au Théâtre des Champs-Elysées pour lesquels il réalise également la scénographie. Pour la Comédie-Française, il met en scène et scénographie Bajazet de Racine (Théâtre du Vieux-Colombier - 2017), Roméo et Juliette de Shakespeare (Salle Richelieu – 2015), Peer Gynt d’Ibsen (Grand Palais – 2012).

En tant que scénographe, il collabore entre autres avec l’Opéra Comique (Fortunio de Messager, le Pré aux Clercs d’Hérold, et prochainement Le Comte Ory de Rossini), le Théâtre des Champs-Elysées (Dom Pascale de Donizetti, La Clemenza di Tito de Mozart, La Didone de Cavalli, Mithridate de Mozart), le Théâtre des Bouffes du Nord (Le Bourgeois gentilhomme de Molière), l’Opéra national de Paris (La Source, ballet de Jean-Guillaume Bart) qu’il retrouve en juin 2017 pour La Cenerentola de Rossini mise en scène par Guillaume Gallienne, et bien entendu la Comédie-Française où il a déjà réalisé les décors de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, Vie du grand dom Quichotte et du gros Sancho Pança de Da Silva, Troïlus et Cressida de Shakespeare, Lucrèce Borgia de Victor Hugo, George Dandin, La Critique de l'école des femmes et Le Misanthrope de Molière, Le Loup de Marcel Aymé, 20 000 lieues sous les mers d’après Jules Verne et Le Petit-Maître corrigé de Marivaux.

En tant qu’acteur, il travaille au théâtre sous la direction de metteurs en scène tels que Jacques Lassalle, Patrice Chéreau, Alain Françon, Denis Podalydès, Christian Schiaretti, Anatoli Vassiliev, Yves Beaunesne, Jean-Yves Ruf, Éric Vignier, Jean-Pierre Vincent, Jean-Luc Boutté, Jean Dautremay. Au cinéma et à la télévision, on a pu le voir dans des réalisations d’Yves Angelo, Nicole Garcia, Arnaud Desplechin, Nina Companeez, Josée Dayan, Valéria Bruni-Tedeschi, Guillaume Gallienne...

Prix Gérard-Philipe de la Ville de Paris (1999), il a reçu en 2007 les Molières du décorateur et du second rôle masculin pour Cyrano de Bergerac, en 2012 le Prix Beaumarchais du Figaro et le Grand Prix du syndicat de la Critique pour le meilleur spectacle théâtral de l'année pour Peer Gynt, en 2016 le Molière de la création visuelle pour 20 000 lieues sous les mers d’après Jules Verne et en 2017 le Molière du Théâtre public pour Les Damnés d’après Luchino Visconti et le Grand prix du syndicat de la critique pour Pelléas et Mélisande (Théâtre des Champs-Elysées). Éric Ruf est commandeur dans l’ordre des Arts et Lettres.