Emmanuelle de Negri

Emmanuelle de Negri

SOPRANO

Après ses débuts au Festival d’Innsbruck 2008 dans Pelléas et Mélisande et dans le rôle-titre de Sant’Agnese (Pasquini), Emmanuelle de Negri travaille avec W. Christie et Les Arts Florissants : The Fairy Queen, Dido and Aeneas, Susanna et Silete venti (Haendel), Selva morale e spirituale (Monteverdi),
Hippolyte et Aricie, Platée, Atys. Elle se produit avec les ensembles Pulcinella, Les Folies Françoises, Les Enfants d’Apollo, Pygmalion, Le Poème Harmonique, Le Banquet Céleste, Les Paladins et Les Accents. Pour E. Haïm et le Concert d’Astrée, elle chante Castor et Pollux à Lille, Montpellier et Beaune, Les Boréades (Rameau) à l’opéra de Dijon. Elle a chanté les rôles de la Musica (L’Orfeo - Monteverdi), Amastre (Serse - Cavalli), Cupidon (Orphée aux Enfers - Offenbach), Mélisande (Ariane et Barbe-Bleue - Dukas), Erinice (Zoroastre), Alminera (Rinaldo - Haendel), Papagena (Die Zauberflöte) et  Susanna (Le nozze di Figaro). En 2017, elle débute à l’Opéra de Paris en Nedda (Gianni Schicchi - Puccini). Elle s’est produite à Naples, au Concertgebouw, à la Philharmonie de Paris, au Wigmore Hall, au Festival de Beaune, d’Ambronay, d’Aix-en-Provence, à Versailles (Les Indes galantes), au Japon
et en Corée (le Messiah). Au disque, elle interprèteMaddalena ai piedi di Cristo de Caldara, Dardanus, Castor et Pollux, Bien que l’Amour (récital avec W. Christie), Orfeo ed Euridice (dir. L. Equilbey). Cette saison, elle reprend les rôles d’Amour et Clarine (Platée) à Vienne, Les Boréades (mise en scène B. Kosky) à Berlin. À l’Opéra Comique, elle a chanté Sangaride dans Atys (2011), ainsi que dans Platée (2014) et Les Fêtes Vénitiennes (2015).