Benjamin Alunni

Benjamin Alunni

Ténor / Alcindor dans Bohème, notre jeunesse
 
En décembre 2017, Benjamin Alunni fait paraître son premier album solo au coté de la pianiste Marine Thoreau la Salle et la violoncelliste Lydia Shelley du Quatuor Voce. Confluence{s} est un double album de mélodies françaises d’inspirations juives. Cet enregistrement et les recherches qui l’accompagnent sont remarqués pour l’originalité du thème et l’exhumation d’un patrimoine musical inédit.
Après ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris auprès de Pierre Mervant et Gerda Hartman, Benjamin obtient son Master à la Norges Musikkhøgskole d’Oslo dans la classe de Hakån Hagegård et Svein Bjørkøj. Il suit les master classes de Malcolm King, Yvonne Minton, Philippe Huttenlocher, Nathalie Stutzmann, Eric Schneider, Helmut Deutsch et prend part au Liedforum de l’Universität der Künste in Berlin.
Il se produit dans différentes formations en France comme à l’étranger avec Skip Sempé, Raphaël Pichon ou Benjamin Lazare pour le répertoire baroque. Au Théâtre Impérial de Compiègne sous la direction de Christophe Rousset, à l’Opéra Comique à plusieurs reprises avec le chef franco-américain William Christie et Les Arts Florissants pour Atys de J.B. Lully et David & Jonathas de M.A. Charpentier. Également à l’Opéra de Bordeaux, Opéra Royal de Versailles, Festival d’Edinburgh, Bozar de Bruxelles, Barcelone, Utrecht, Lincoln Center et à la BAM de New-York, ou encore à Paris au Théâtre des Champs Elysées au côté d’Edita Gruberova…
Devenu ténor, il chante dans Les Mamelles de Tirésias de Poulenc au Festival d’Art
Lyrique d’Aix-en-Provence, La Monnaie de Bruxelles et l’Opéra de Nancy. Dans Der Kaiser von Atlantis de Ullmann et L’Orfeo de Monteverdi à l’Opéra de Dijon. Le Stabat Mater de Haydn au Festival de La Chaise Dieu et à l’Auditorium de Lyon au coté de ’Orchestre des Pays de Savoie.
Passionné de musique contemporaine, il crée plusieurs oeuvres lyriques comme
Wonderful Deluxe de Brice Pauset pour les Théâtres du Luxembourg et Operadagen
Rotterdam, ou encore Désarmés d’Alexandros Markeas. Au concert c’est aux côtés du compositeur Brian Ferneyhough et l’Ensemble Namascae Lemanic Modern sous la direction d’Elena Shwartz qu’il crée une oeuvre du compositeur turc Mithatcan Öcal (Fondation Fondation Royaumont) ; au Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence The Sick Rose de Samy Moussa. Il collabore avec François David Moreau pour des compositions destinées à la danse contemporaine et Olivier Mélano pour le théâtre contemporain.
Entre 2012 et 2017 il collabore avec le chorégraphe Thomas Lebrun à deux pièces
chorégraphiques. Tout d’abord La Jeune fille et la Mort aux côtés du Quatuor Voce, créée au Théâtre National de Chaillot, qui remporte un fort succès, puis Lied Ballet, autour de Lieder de Gustav Malheur et la Seconde Ecole de Vienne, créé au Festival d’Avignon et en tournée en Asie.
Benjamin Alunni a reçu le Prix d’Honneur de l’oeuvre des Saints-Anges ; le Prix des amis du Festival d’Aix-en-Provence.

© A.Desforges-Tomski