165, 135, 110, 75, 50, 35, 15, 6 €

L'Autre Voyage

D'après Schubert

1 au 11 février 2024

165, 135, 110, 75, 50, 35, 15, 6 €
fr

Désireux d’offrir au compositeur viennois une scène qui le rapproche de nous, Raphaël Pichon et Silvia Costa exhument des partitions oubliées, joyaux de lyrisme et de mélancolie, où affleurent, dans un théâtre à la fois anatomique et psychique, les fantômes d’une œuvre.

Tableaux Lyriques sur des musiques de Franz Schubert et des textes de Heine, Goethe, Etc.

Schubert n’a mené à terme que la moitié de ses projets lyriques, dont bien peu ont été portés à la scène. De ces tentatives nous restent des morceaux épars, des éclats qui cachent d’extraordinaires trésors. Ce spectacle rend hommage à ces inachevés par un récit en forme de voyage – un de plus – mené par un être hanté par la finitude, à qui la musique sert d’outil de compréhension.

À la nuit tombée, un médecin légiste reçoit un corps qu’il reconnaît bientôt comme son propre double. Il s’engage alors dans une dissection morale et émotionnelle qui le confronte à ses souvenirs, à la mort et à l’oubli.

Désireux d’offrir au compositeur viennois une scène qui le rapproche de nous, Raphaël Pichon et Silvia Costa exhument des partitions oubliées, joyaux de lyrisme et de mélancolie, où affleurent, dans un théâtre à la fois anatomique et psychique, les fantômes d’une œuvre.
 

Opéra enregistré par France Musique et diffusé le samedi 09 mars à 20h dans Samedi à l’Opéra par Judith Chaine. Disponible en ligne sur le site de France Musique et l’application Radio France.

 

Télécharger le programme de L'Autre Voyage

 

À lire avant le spectacle

Les quelque six-cents lieder de Franz Schubert placent, au cœur du romantisme allemand, l’idéal de fusion de la poésie et de la musique. Cette extraordinaire rencontre ne semble cependant pas s’être produite pour lui à l’opéra, un domaine qui l’a pourtant régulièrement occupé.

Deux titres schubertiens, Alfonso und Estrella et Fierabras, sur des intrigues troubadour dans le goût de Weber et Boieldieu, ont un certain renom, tout en restant confidentiels. Depuis leur création posthume, ils sont considérés comme difficiles à monter, reposant sur des livrets traditionnels que son art peina à transcender.

La musique instrumentale de Schubert, aussi pléthorique que sa production lyrique, recèle des œuvres qui ont pu être célébrées de son vivant, mais aussi de nombreux inachèvements, en général révélés après sa mort, que ce soit dans son corpus de chambre, parmi ses compositions pour le piano (douze sonates achevées sur vingt-trois entamées…) ou pour l’orchestre (sept symphonies complètes sur une quinzaine mises en chantier).

Si bien qu’on a pu considérer que l’inachèvement caractérisait la démarche et l’œuvre d’un artiste dont la vie brutalement rompue à 31 ans obéit à la même trajectoire.

Bien moins connue, la production d’opéras de Schubert présente ce même trait caractéristique, encore accentué. De la vingtaine de projets scéniques dans lesquels il s’est lancé en une quinzaine d’années actives, seuls trois ont vu le jour de son vivant : deux musiques de scènes et un petit singspiel en un acte. Certains n’ont pas de titre, la plupart restèrent inaboutis.

Pourquoi tant d’essais ? Parce que dans les années 1820, à Vienne comme dans toute l’Europe, le théâtre, de répertoire parlé ou chanté, offrait aux musiciens des revenus, une visibilité et une forme de reconnaissance. Encouragé par son entourage, Schubert n’eut de cesse de se produire dans l’une des institutions viennoises, inspiré par leurs programmations – en premier lieu par les opéras-comiques français alors à la mode –, saisissant chaque occasion, mais souvent sans avoir reçu de commande.

Il faut explorer ces partitions lyriques plus ou moins complètes pour découvrir çà et là des pages de premier ordre.

Tel a été le projet de Raphaël Pichon, qui de cet ensemble a dégagé des pièces qu’il a mises en ordre, puis entremêlées à d’autres compositions de Schubert de façon à former une véritable partition, à laquelle les arrangements et orchestrations de Robert Percival ont apporté une unité. L’entreprise a été très précocement accompagnée par Silvia Costa qui s’est attachée à bâtir un récit mettant en situation scénique ces extraits d’une grande diversité de formes et de couleurs, avec l’apport de Raphaëlle Blin lorsqu’une réécriture textuelle s’imposait.

Ni reconstitution, ni nouvel opéra, L’Autre Voyage est une proposition théâtrale originale. Elle nous permet de découvrir des musiques inconnues de Franz Schubert, au fil d’un récit où s’ordonnent les principaux affects qui l’inspiraient : le doute, la fantaisie, la solitude, l’élan spirituel.

L’Opéra-Comique continue ainsi à valoriser toutes les formes de rencontres de la musique avec la poésie, à la faveur cette fois du regard neuf que ces jeunes interprètes posent, avec l’ensemble Pygmalion et la Maîtrise Populaire de l'Opéra-Comique, sur un monument du patrimoine musical.

« Personne qui comprenne la douleur d’autrui, et personne la joie d’autrui ! On croit toujours aller l’un vers l’autre et on ne va jamais que l’un à côté de l’autre. Ô douleur pour celui qui s’en rend compte ! Mes créations en musique existent de par l’intelligence de ma douleur ; celles que seule la douleur a engendrées semble faire le plus de plaisir au monde. »

Franz Schubert, Journal, 27 mars 1824

Par Agnès Terrier

Argument

Une femme est assise au rouet. Comme une Parque, elle tire de son instrument un long fil et, armée de ciseaux, en coupe un fragment.

Sur un talus éclairé par la lune, un corps est découvert. Saisis par la scène, des policiers balaient l’espace de leurs lampes-torches.

Un médecin reçoit le corps à autopsier. Il découvre avec terreur qu’il s’agit du sien, sorte de double macabre dont il accomplit, tourmenté, la dissection.

Guidé par la voix de son ami et collègue, cet homme assiste à des funérailles où alternent des moments d’affection et des visions cauchemardesques. Serait-il le témoin fantôme de son propre enterrement ? Il croise le regard de son enfant.

L’enfant est au piano. Ses parents lui font souffler ses bougies d’anniversaire. La scène se répète. Le temps passe. Progressivement l’enfant disparaît, laissant une place vide devant le piano.

L’homme prend conscience que les funérailles étaient celles de son fils, parti trop tôt. Il comprend qu’avec cette disparition une partie de lui-même est morte – celle-là même, double défunt, à laquelle il s’était trouvé confronté, dans son refus d’admettre la perte de son fils.

L’homme et la femme entament leur deuil. Ils se confrontent aux traces que le passé a laissées dans le mobilier de leur foyer, la chambre d’enfant, les photos… Ce cheminement douloureux fait rejaillir entre eux d’anciennes frustrations et incompréhensions. La tension culmine lorsque passe un groupe d’enfants, riant et jouant, qui rendent manifestes l’absence de leur fils, leur désarroi et leur sentiment de culpabilité.

Soutenu par la voix de l’ami compatissant, l’homme s’engage dans un processus de réconciliation. À son enfant disparu il promet une arrivée apaisée dans un monde de lumière. Lui, resté parmi les vivants et nostalgique d’une innocence irrévocablement perdue, accepte enfin la nature toujours changeante et inachevée de l’existence humaine.

Antonio Cuenca Ruiz

Direction musicale Raphaël Pichon • Mise en scène et décors Silvia Costa • Avec Stéphane Degout, Siobhan Stagg, Laurence Kilsby, Chadi Lazreq • Orchestre et Chœur Pygmalion • Chœur d'enfants Maîtrise Populaire de l’Opéra-Comique

Voir toute la distribution

1h40, sans entracte - Salle Favart
165, 135, 110, 75, 50, 35, 15, 6 €

Spectacle en allemand surtitré en français et en anglais

L'ouverture des portes du théâtre se fait 45 minutes avant le début du spectacle.

Annonce pour la représentation du lundi 5 février :

Siobhan Stagg souffre dune pharyngite  qui ne lui permet pas d'assurer la représentation de ce jour. Nikola Hillebrand la remplacera dans le rôle de l'Amour. Nous la remercions d'avoir accepté de chanter ces inédits. Siobhan Stagg demeurera  sur scène pour jouer le rôle de l'Amour. Tandis que Nikola Hillebrand chantera depuis la fosse.

Audio description

Chaque année, des opéras sont accessibles en audiodescription. Des programmes en braille et en gros caractères sont disponibles gratuitement sur place. Un dispositif de « Souffleurs d’images » est aussi disponible sur demande.

Chaque année, des opéras sont accessibles en audiodescription. Des programmes en braille et en gros caractères sont disponibles gratuitement sur place. Un dispositif de « Souffleurs d’images » est aussi disponible sur demande.

Emplacements

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

Sourds ou malentendants

Le théâtre est équipé de casques et boucles magnétiques, à retirer gratuitement au contrôle les jours de représentation, en échange d’une pièce d’identité.

Le théâtre est équipé de casques et boucles magnétiques, à retirer gratuitement au contrôle les jours de représentation, en échange d’une pièce d’identité.

Séances relax Séance relax

Des représentations inclusives et accueillantes pour les personnes avec autisme, polyhandicap, handicap mental ou psychique, maladie d’Alzheimer…

Des représentations inclusives et accueillantes pour les personnes avec autisme, polyhandicap, handicap mental ou psychique, maladie d’Alzheimer…

À partir de 10 ans

Les pléiades

Autour du spectacle
Chaque production lyrique est accompagnée de « pléiades » qui prolongent et enrichissent le contenu des œuvres à l'affiche.

Avant le spectacle

Pour découvrir

45 minutes avant la représentation, retrouvez la dramaturge du théâtre durant 15 minutes pour tout savoir sur l'œuvre et le contexte de sa création.
Salle Bizet | Gratuit sur présentation du billet

Pour se détendre

Le bar propose une restauration légère et des rafraîchissements dans le Foyer, dès l’ouverture des portes du théâtre.

Accessibilité

Représentations en audiodescription | Vendredi 09 février à 20h et Dimanche 11 février à 15h
Ce spectacle est accessible en audiodescription et un dispositif de « Souffleurs d'images » est disponible sur demande.

Séance Relax | Dimanche 11 février à 15h
Une représentation inclusive et accueillante pour les personnes dont le handicap peut entraîner des comportements atypiques et imprévisibles pendant la représentation.
Avant chaque opéra Relax, un guide FALC est disponible pour permettre de comprendre le contexte de création de l’opéra et son histoire. Il permet également d’anticiper les points de vigilance pendant la représentation qui pourraient surprendre les spectateurs.

Distribution

Raphaël Pichon
Direction musicale
Raphaël Pichon
Lire plus
Mise en scène et décors
Silvia Costa
Lire plus
Collaboration aux décors
Michele Taborelli
Lire plus
Dramaturgie
Antonio Cuenca Ruiz
Lire plus
Adaptation des textes
Raphaëlle Blin
Lire plus
Costumes
Laura Dondoli
Lire plus
Lumières
Marco Giusti
Lire plus
Réalisation vidéo*
Laura Dondoli
Lire plus
Jordan Gudefin
Assistant musical
Jordan Gudefin
Lire plus
Biographie Laura Ketels
Assistante mise en scène
Laura Ketels
Assistante costumes
Léonor Boyot-Gellibert
Mathieu Pordoy © Tatyana Vlasova
Chef de chant
Mathieu Pordoy
Lire plus
L'Homme
Stéphane Degout
Lire plus
L'Amour
Siobhan Stagg
Lire plus
L'Amitié
Laurence Kilsby
Lire plus
L'Enfant
Chadi Lazreq
Lire plus
Ensemble Pygmalion
Orchestre et chœur
Ensemble Pygmalion
Lire
Concert de la Maîtrise Populaire © Quentin Croisard
Chœur d'enfants
Maîtrise Populaire de l'Opéra-Comique
Lire plus
Production
Opéra-Comique
Coproduction
Opéra de Dijon
Nikola Hillebrand ©DR
L'Amour, doublure chant
Nikola Hillebrand
Lire plus

*En collaboration avec Home Movies - Archivio Nazionale di Famiglia - Italie

à partir des fonds amateurs de Alberto Bianchi, Attilio Carugati, Carlo Cialoni, Famiglia Crippa, Famiglia Fantin, Giovanna Frabboni, Giovanni Ianiello, Giorgio Marcuzzi, Giorgio Martelli, Famiglia Ranza, Nadia Rappini, Marisa Romani, Luigi Tinelli, Famiglia Toscani Pecorini.

En partenariat avec

À l’affiche

Voir tout
Opéra

Pulcinella & L'Heure espagnole

Igor Stravinsky / Maurice Ravel

Du samedi 9 au mardi 19 mars 2024

Réserver
Événement

Nocturne L'Heure espagnole

Du vendredi 15 au dimanche 17 mars 2024

Réserver
Concerts et récitals

Voyage au pays de Maurice Ravel

23 mars 2024

Réserver
Concerts et récitals

Maestro !

22 mars 2024

Réserver

Les spectacles à l'affiche

Ne manquez rien de notre programmation. Pour tout découvrir, rendez-vous ici !

Opéra

Archipel(s)

Isabelle Aboulker

Du jeudi 25 avril au dimanche 5 mai 2024

Réserver
Événement

Visites guidées de l'Opéra Comique

Du mardi 26 octobre 2021 au mercredi 24 juillet 2024

Réserver
Opéra

Armide

Jean-Baptiste Lully

Du lundi 17 au mardi 25 juin 2024

Réserver
Concerts et récitals

Chasing rainbows

21 mai 2024

Réserver