Hippolyte et Aricie en replay

L'Opéra Comique depuis chez vous

#CultureChezNous

du 14 Novembre 2020
au 13 Mai 2021

Hippolyte et Aricie sera créé à huis clos et en direct depuis la salle Favart le samedi 14 novembre à 20h sur Arte Concert et France Musique. Durée estimée 3h.
Dès 19h15 : "Les clés du spectacle" par Agnès Terrier en direct sur Zoom. Durée 20 min. À revoir ici

Regardez le spectacle en direct ou en replay sur Arte Concert 

Vous pouvez également écouter ce spectacle sur France Musique

Écouter à la radio

 

Cette diffusion est rendue possible grâce à Arte, France Musique et Fra Prod.

   logo_fraprod_400x400.jpg

 


Avec cette tragédie lyrique d’une intensité extraordinaire, Rameau produisait son premier opéra… et changeait le cours de la musique française. Jeanne Candel et Raphaël Pichon s’allient pour la première fois, autour de cette œuvre révolutionnaire.

Le prince Hippolyte aime Aricie, belle captive vouée au culte de Diane. En l’absence du roi Thésée, disparu aux Enfers, il fait appel à sa belle-mère, la reine Phèdre. Il ne peut se douter que Phèdre, qui l’aime en secret, veut lui proposer et sa main et le trône. Mais surtout, qui imaginerait que Thésée revienne un jour du royaume de Pluton ?

Le 1er octobre 1733 était créée, à l’Opéra, une tragédie lyrique d’une intensité si extraordinaire qu’elle changea le cours de la musique française. Hippolyte et Aricie tirait son sujet d’Euripide et de Racine. Rameau, organiste et théoricien peu connu, déjà quinquagénaire, produisait son premier opéra. Il allait désormais régner sur la scène musicale avec son orchestre descriptif et son harmonie inventive, toujours au service du drame.

Rameau modifia son chef-d’oeuvre à chacune de ses reprises. C’est la version de 1757, sans prologue, que Raphaël Pichon dirige à la tête de l’ensemble Pygmalion, dont l’orchestre joue sur instruments d’époque. Jeanne Candel, qui s’attache à faire de la musique un théâtre, ne pouvait que rencontrer Rameau le visionnaire.

Tragédie lyrique en cinq actes, sur un livret de l’abbé Pellegrin. Troisième version créée à l’Académie royale de musique (Opéra) le 25 février 1757.

 

Direction musicale, Raphaël Pichon
Mise en scène, Jeanne Candel

Avec Reinoud van Mechelen, Elsa Benoit, Sylvie Brunet-Grupposo, Stéphane Degout, Séraphine Cotrez, Arnaud Richard, Eugénie Lefebvre, Lea Desandre, Edwin Fardini, Constantin Goubet, Arcas Martial Pauliat, Virgile Ancely, Guillaume Gutierrez, Victor Gkoritsas, Yves-Noël Genod, Iliana Belkhadra, Leena Zinsou Bode-Smith

Choeur et orchestre, Pygmalion

Distribution

Direction musicale Raphaël Pichon

Mise en scène Jeanne Candel

Dramaturgie et direction d'acteurs Lionel Gonzalez

Décors Lisa Navarro

Costumes Pauline Kieffer

Lumières César Godefroy

Collaboration aux mouvements Yannick Bosc

Assistante à la mise en scène Valérie Nègre

Assistante décors Margaux Nessi

Assistante costumes Nathalie Saulnier

Hippolyte Reinoud van Mechelen

Aricie Elsa Benoit

Phèdre Sylvie Brunet-Grupposo

Thésée Stéphane Degout

OEnone Séraphine Cotrez

Neptune/Pluton Arnaud Richard

Diane Eugénie Lefebvre

Prêtresse de Diane, Chasseresse, Matelote, Bergère Lea Desandre

Tisiphone Edwin Fardini

1re Parque Constantin Goubet*

2e Parque Arcas Martial Pauliat*​

3e Parque Virgile Ancely*

Mercure Guillaume Gutierrez*

Pirithoüs Victor Gkoritsas

Prologue, Cerf Yves-Noël Genod

Cupidon Iliana Belkhadra et Leena Zinsou Bode-Smith (de la Maitrise Populaire de l’Opéra Comique)

Choeur et orchestre Pygmalion

Production Opéra Comique

Coproduction Opéra Royal – Château de Versailles Spectacles

*artistes issus du choeur Pygmalion

Avec le soutien

Cette production est soutenue par Madame Aline Foriel-Destezet, Grande Donatrice de l’Opéra Comique

En partenariat avec

Vos réactions


Pour réagir connectez-vous ou créez un compte dès maintenant !

Votre compte vous permettra d'accéder gratuitement à des actualités enrichies, intéragir et commenter. Il vous permet également de consulter votre historique d'achat, d’imprimer vos billets, de modifier vos coordonnées et vos préférences.

 


0 commentaire