Le Postillon de Lonjumeau

ADOLPHE ADAM

#LePostillonDeLonjumeau

Salle Favart

du 30 Mars
au 9 Avril 2019

Dates

30 Mars 2019 20h00

1 Avril 2019 20h00

3 Avril 2019 20h00

5 Avril 2019 audiodescription 20h00

7 Avril 2019 audiodescription 15h00

9 Avril 2019 20h00

Toutes les dates

Renseignements

01 70 23 01 31 (prix d'un appel local)

Spectacle enregistré

et diffusé par France Musique le dimanche 28 avril à 20h

Tout public

Prix

138, 122, 97, 75, 50, 34, 16, 6 €

Réserver

25 Avril 2019

Retrouvez le Postillon de Lonjumeau sur France Musique

Dimanche 28 avril à 20h, branchez-vous sur France Musique et plongez de nouveau dans Le Postillon de Lonjumeau...

02 Avril 2019

Un nouveau podcast est disponible.

29 Mars 2019

29 Mars 2019

Extraits du Postillon de Lonjumeau

Oh qu’il est beau ce postillon de Lonjumeau ! Et il vous attend du 30 mars au 9 avril 2019 à l’Opéra Comique Pour venir voir ce spectacle, laissez vos vitamines au placard, on vous les apporte sur un plateau !  Direction musicale, Sébastien Rouland Mise en scène, Michel Fau Avec Michael Spyres, Florie Valiquette, Franck Leguérinel, Laurent Kubla, Michel Fau, Yannis Ezziadi Choeur accentus / Opéra de Rouen Normandie Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie En savoir plus Réserver

27 Mars 2019

Rencontre avec Sébastien Rouland - Le Postillon de Lonjumeau

« Ce qui me touche dans la musique d’Adolphe Adam, c’est son élégance, sa finesse, son art du contraste… » Sébastien Rouland  Aujourd’hui directeur de la musique au Saarländische Staatstheater à Sarrebruck, Sébastien Rouland redonne vie au Postillon de Lonjumeau salle Favart. Un évènement majeur, pour lui. Le Postillon de Lonjumeau, du 30 mars au 9 avril, salle Favart En savoir plus Réserver

Chargement en cours

Michel Fau nous fait redécouvrir un ouvrage emblématique de l’Opéra Comique, joué pour la première fois à Paris depuis 1894. Une éblouissante comédie, avec le plus français des ténors américains, Michael Spyres.

Opéra-comique en 3 actes sur un livret d’Adolphe de Leuven et Léon-Lévy Brunswick.
Créé à l'Opéra Comique en 1836

Le jour de ses noces avec une jeune aubergiste de Lonjumeau, le postillon Chapelou est repéré par le directeur de l’Opéra qui l’engage comme soliste et l'emmène à Paris. Mais Madeleine entend récupérer son mari…
Est-ce le récit d'une ascension sociale sous l’Ancien Régime ? Ou bien un hommage souriant du XIXe siècle industriel au XVIIIe siècle galant ? Ou encore l’aventure d'un séducteur pris à son propre jeu ? C'est tout cela et bien plus, c’est le triomphe du chant : celui de Chapelou avec son air au contre-ré décisif, celui de Madeleine aux étourdissantes métamorphoses vocales.
L’ouvrage mythique d’Adolphe Adam retrouve l'Opéra Comique qui l'a vu naître : il enflamma durablement l'Europe mais n’avait plus été joué dans nos murs depuis 1894.
Il faut le talent et l’humour de Michael Spyres pour incarner ce héros aussi vaniteux que séduisant, l’entrain de Sébastien Rouland pour déployer cette partition signée du maître du ballet romantique, et la subtilité de Michel Fau pour rendre justice, après Ciboulette, à toutes les facettes de cette éblouissante comédie.

Spectacle en français, surtitré en français et en anglais.

Direction musicale, Sébastien Rouland
Mise en scène, Michel Fau

Avec Michael Spyres, Florie Valiquette, Franck Leguérinel, Laurent Kubla, Michel Fau, Yannis Ezziadi, Julien Clément

Choeur accentus / Opéra de Rouen Normandie
Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie

Direction musicale Sébastien Rouland

Mise en scène Michel Fau

Décors Emmanuel Charles

Costumes Christian Lacroix

Lumières Joël Fabing

Maquillage Pascale Fau

Assistante musicale Stéphanie-Marie Degand

Assistant à la mise en scène Damien Lefevre

Assistant costumes Jean-Philippe Pons

Chef de chant Cécile Restier

Chapelou / Saint-Phar Michael Spyres

Madeleine / Madame de Latour Florie Valiquette

Le marquis de Corcy Franck Leguérinel

Biju / Alcindor Laurent Kubla

Rose Michel Fau

Louis XV Yannis Ezziadi

Bourdon Julien Clément

Choeur Chœur accentus / Opéra de Rouen Normandie

Orchestre Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie

Nouvelle production Opéra Comique

Coproduction Opéra de Rouen Normandie

Avec le soutien de Monsieur G.F.

Argument

Acte I
Ville relai entre Paris et Orléans, Lonjumeau fête les noces du plus fringant de ses postillons, Chapelou, avec la jeune aubergiste Madeleine. Pour lui, elle renonce à l'héritage d'une riche tante ; pour elle, il abandonne sa vie de séducteur. Pourtant, à l’une comme à l’autre, on a prédit que le mariage serait malheureux...

L'arrivée d'un voyageur pressé fait tout basculer : c’est le marquis de Corcy, surintendant de l'Opéra. À la recherche d’un ténor sur l’ordre exprès de Louis XV, il est enthousiasmé par la voix naturelle de Chapelou. Le postillon cède vite aux sirènes de la gloire et abandonne Madeleine sans grand scrupule. Il entraîne dans son sillage Biju, le forgeron qu’elle avait éconduit pour lui.

 

Acte II
Dix ans plus tard, Madeleine a hérité de sa tante et refait sa vie sous le nom de Mme de Latour. Courtisée par le marquis de Corcy, elle a préféré séduire, du fond de sa loge à l'Opéra, le fameux ténor Saint-Phar – qui n'est autre que Chapelou, incapable de la reconnaître.

À l'occasion du séjour chez elle de la troupe lyrique, venue lui interpréter un hommage composé par Corcy, Mme de Latour piège Saint-Phar. Elle accepte de lui accorder ses faveurs mais, pour préserver son honneur, pose une condition : qu'il l'épouse.

Saint-Phar croit pouvoir organiser une parodie de mariage. Mais avertie par le marquis jaloux, Mme de Latour substitue au faux prêtre un authentique chapelain.

 

Acte III
La "nuit de noce" vire au cauchemar pour Saint-Phar. Biju lui révèle que le sacrement est avéré, ce qui fait de lui un bigame passible de la pendaison. Puis paraît une nouvelle servante au service de Mme de Latour : c'est Madeleine qui lui demande des comptes – tandis que dans l'obscurité qui gagne le château, sa nouvelle épouse fait l'outragée. Enfin, Corcy paraît avec des gardes pour appréhender le libertin.

Chapelou est sauvé in extremis par Madeleine et Mme Latour, qui parlent désormais d’une seule voix. Confondu et repentant, il n’en est que plus aimé.

Pour prolonger le plaisir

En partenariat avec

Avant-spectacle

Rencontrez les artistes, mardi 12 mars à 19h
Au parterre de la salle Favart, avec Michel Fau, metteur en scène, Emmanuel Charles, décorateur, Michael Spyres, interprète du rôle-titre, Florie Valiquette, interprète de Madeleine / Madame de Latour et Franck Leguérinel, interprète du marquis de Corcy.
Rencontre animée par Agnès Terrier

Inscrivez-vous

Ou si vous ne pouvez pas vous déplacer, connectez-vous sur notre page Facebook pour suivre la rencontre et poser vos questions en direct

Retrouvez le replay ici


Les jours de spectacle : introductions au spectacle, 45 min. avant la représentation :
- Les clés du spectacle, salle Bizet
- Chantez Le Postillon de Lonjumeau, Foyer Favart

  • Samedi 30 Mars – 20h – Iris Thion Poncet
  • Lundi 1er avril – 20h - Iris Thion Poncet
  • Mercredi 3 avril – 20h – Geneviève Boulestreau
  • Vendredi 5 Avril – 20h - Geneviève Boulestreau
  • Dimanche 7 avril – 15h - Iris Thion Poncet
  • Mardi 9 avril – 20h - Geneviève Boulestreau

Durée estimée

2h45, entracte compris

Ouverture des portes Opéra165 min Fin du spectacle

Le spectacle voyage

Opéra de Rouen Normandie 13, 15, 17 décembre 2019

Actualités associées

Art lyrique : roucoulades et rococo au menu royal de l’Opéra Comique.
Le Monde |1er avril 2019 | Pierre Gervasoni
Une nouvelle production du « Postillon de Lonjumeau » triomphe à la salle Favart. Créé avec succès en 1836 à l’Opéra-Comique, Le Postillon de Lonjumeau, d’Adolphe Adam, figure dans toutes les histoires de la musique comme référence de l’art lyrique en France. Cependant, à la différence du ballet Giselle, l’autre enseigne très courue du compositeur au XIX° siècle, il est aujourd’hui rarement monté. Son retour, après 125 ans d’absence, sur la scène qui l’a vu naître constitue donc un événement.
Lire l'article

« Le Postillon de Lonjumeau » fait caracoler l’Opéra Comique
Les Echos|1er avril 2019 | Philippe Venturini
Des chanteurs et des musiciens convaincus, la fantaisie de Michel Fau, l'imagination colorée de Christian Lacroix : cet opéra pétillant fait un retour réussi dans sa maison natale après plus de cent vingt ans d'absence. « Oh ! oh ! oh ! oh ! Qu'il était beau, le postillon de Lonjumeau », lance le ténor avant de risquer des contre-ré, notes terriblement aiguës, susceptibles d'en asphyxier plus d'un. Cet air, à la fois vaillant et lyrique, est sans doute un des derniers vestiges dans la mémoire populaire d'un opéra créé à l'Opéra-Comique en 1836 et fort de près de 600 représentations en son siècle. Son auteur, Adolphe Adam (1803-1856), ne reste familier qu'aux amateurs de ballets, grâce à « Giselle », les catholiques ayant sans doute oublié qu'il signa aussi la musique de « Minuit, chrétiens ».
Lire l'article

En voiture avec « Le Postillon de Lonjumeau »
La Croix|1er avril 2019 | Emmanuelle Giuiliani
Une partition épatante, une production enjouée et un plateau vocal enthousiaste et enthousiasmant… À l’Opéra-Comique, le petit joyau signé Adolphe Adam renaît avec brio. Quoi de plus agréable que de sortir d’un théâtre la joie au cœur, le sourire aux lèvres et des mélodies plein la tête ? En ces premiers jours du printemps, la Salle Favart nous offre un joli cadeau en ravivant avec charme, soin et fantaisie, les attraits d’un ouvrage qui connut un immense succès… avant de rejoindre les « réserves » des maisons lyriques.
Lire l'article

Le Postillon de Lonjumeau pose son contre-ré à l’Opéra Comique.
Olyrix |2 avril 2019 | Damien Dutilleul
L’Opéra Comique ressort de ses cartons le Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam, dont la partition nécessite une grande performance de son ténor (un nouveau défi pour Michael Spyres), mais aussi de sa soprano (rôle ici confié à Florie Valiquette).
Lire l'article

Michel Fau, amoureusement lyrique.
Resmusica |29 mars 2019 | Steeve Boscardin
Acteur et metteur en scène prolifique, dénicheur d’œuvres inconnues ou méprisées, Michel Fau impose depuis quelques années son univers baroque et à contre-courant sur les scènes lyriques françaises. Après le triomphe de son Ariane à Naxos au Capitole de Toulouse, il donne à redécouvrir Le Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam à l’Opéra-Comique.
Lire l'article

Le Postillon de Lonjumeau, Fau et le trop
Musikzen |31 mars 2019 | François Lafon
A l’Opéra Comique, 570ème représentation du Postillon de Longjumeaud’Adolphe Adam, la 569ème datant de 1894. Du prolifique Adam, les balletomanes connaissent la musique de Giselle, et un public beaucoup plus large a en tête celle du cantique Minuit chrétien … sans savoir qu’elle est de lui.
Lire l'article

« Le Postillon de Lonjumeau » : un bigame à l’Opéra Comique.
Artistik Rezo |31 mars 2019 | Hélène Kuttner
Disparue du répertoire de l’Opéra Comique depuis plus d’un siècle, cette opérette d’Adolphe Adam nous revient revigorée par l’acteur et metteur en scène Michel Fau. Avec Christian Lacroix pour les costumes et Emmanuel Charles pour les décors, il nous amuse avec ce livret d’un parvenu devenu bigame sous le règne de Louis XV. Dans ce rôle, Michael Spyres, un des rares ténors à atteindre le « contre ré », est aussi un artiste caméléon, merveilleux, dont la prestation est un vrai bonheur.
Lire l'article

Michael Spyres et Florie Valiquette resplendissent dans Le Postillon de Lonjumeau à l’Opéra Comique
Opéra Online |1er avril 2019 | Thibault Vicq
Proche de Paris, Longjumeau est jusqu’à la moitié du XIXe siècle une étape majeure du transport hippomobile. L’acheminement de voyageurs entre deux relais, opéré par les postillons, se trouve menacé par le développement des voies ferrées dès les années 1830. Le compositeur Adolphe Adam immortalise ce métier sur le déclin dans son Postillon de Lonjumeau (sans « g »), qui triomphe à l’Opéra Comique de 1836 à 1894, ainsi que sur de nombreuses scènes européennes. La Salle Favart 2019 retrouve ainsi, comme à son habitude, une œuvre-phare de son histoire (ici en coproduction avec l’Opéra de Rouen Normandie), après l’avoir perdue de vue pendant plus de cent ans.
Lire l'article

À l'Opéra Comique, qu'il est beau Le Postillon de Lonjumeau !
Bachtrack |1er avril 2019 | Apolline Gouzi
Madeleine est sens dessus dessous : on lui a arraché son mari Chapelou le jour de ses noces pour en faire le plus grand chanteur de la cour de Louis XV. De simple postillon, il est devenu le célèbre ténor Saint-Phar. Pourtant Madeleine ne se résigne pas. Elle s'enhardit jusqu'à le suivre à Paris pour le conquérir de nouveau et se venger. Entre vaudeville et histoire d'une ascension sociale, Le Postillon de Lonjumeau narre les aventures d'un homme qui épouse deux fois la même femme, le tout sur une toile de fond Ancien Régime que le XIXe siècle voulut libertin. Lire l'article

Le Postillon de Lonjumeau
Authéâtreetailleurs |1er avril 2019 | Annie Chenieux
A l’Opéra-Comique, Michel Fau redonne des couleurs à une opérette oubliée. Un spectacle au charme fou. A sa création en 1836, l’opéra d’Adolphe Adam remporte un succès formidable et sera joué dès l’année suivante dans l’Empire allemand, jusqu’à être dirigé par Richard Wagner à Riga. Jamais remonté à l’Opéra-Comique depuis 1898, on doit à Sébastien Rouland et Michel Fau cette redécouverte. Adolphe Adam (1803-1856), admirateur et spécialiste de Rameau, est l’auteur oublié d’une cinquantaine d’opéras, d’opérettes, de vaudevilles et de ballets (Giselle), de cantates et cantiques (Minuit, chrétiens).
Lire l'article

Entretien avec Michel Fau
Delacouraujardin |1er avril 2019 | Yves Poey
Juste avant la première du Postillon de Lonjumeau, Michel Fau qui met en scène cette œuvre jamais jouée Salle Favart depuis 1898, a répondu à mes questions. Il revient sur sa vision de cet opéra comique, et sur ses parti-pris de metteur en scène.
Lire l'article

Le postillon de Lonjumeau
Delacouraujardin |29 mars 2019 | Yves Poey
« Faites des élèves, cherchez des voix ! »
Tel est l'ordre intimé par sa Majesté Louis le Quinzième à son intendant des menus plaisirs, le ci-devant Marquis de Corcy. Celui-ci va en trouver une, de voix, et une belle, même. Celle du postillon de Lonjumeau.
Lire l'article

Le postillon de Lonjumeau
Chanteur.net |30 mars 2019 | Alain Zürcher
« Faites des élèves, cherchez des voix ! »
L'Opéra Comique offre à une salle comble une production visuellement superbe du Postillon de Lonjumeau, succès d'Adolphe Adam. Colorés et gais, les décors d'Emmanuel Charles s'harmonisent avec les riches costumes de Christian Lacroix.
Lire l'article

Le postillon de Lonjumeau
France Inter « Classic & Co » |Diffusé le 31 mars 2019 | Anna Sigalévitch
« Faites des élèves, cherchez des voix ! »
A la Salle Favart se joue jusqu'au 9 avril l'opéra comique en trois actes d'Adolphe Adam dans la mise en scène de Michel Fau, sous la direction de Sébastien Rouland, avec dans le rôle titre l'excellent Michael Spyres.
Ecoutez le reportage
Lire l'article

Le postillon de Lonjumeau
BFM « Scènes sur seine» |Diffusé le 30 &31 mars 2019 | Christophe Combarieu « Faites des élèves, cherchez des voix ! »
Regardez (annonce à 9’45’’)
Lire l'article

Interview de Michel Fau dans le journal de 8h
Europe 1 |Diffusé le 1er avril 2019 | Thierry Geffrotin
Ecoutez l’interview
Lire l'article

Le Postillon de Lonjumeau selon Michel Fau à l’Opéra Comique
Concertclassic |1er avril 2019 | Alain Cochard
Le revoilà ! Créé en 1836 à l’Opéra-Comique (alors installé depuis 1832 au théâtre des Nouveautés, place de la Bourse), le Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam (1803-1856) connut un immense succès durant tout le XIXe siècle (569 représentations au total), avant de disparaître de l’affiche de l’établissement en 1894.
Lire l'article

Un kitchissisme Postillon de Lonjumeau
Sceneweb | 2 avril 2019 | Christophe Candoni
A l’Opéra-Comique, Michel Fau signe la renaissance du Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam dans une mise en scène d’un épais ringardisme. Un seul bonheur : l’étincelant Michael Spyres, le ténor au fameux contre-ré.
Lire l'article

Le Postillon de Lonjumeau
Avant Scène Opéra |1er avril 2019 | Chantal Cazaux
Pour son grand retour dans la maison (sinon le bâtiment) qui vit son triomphe au XIXe siècle (569 représentations de sa création en 1836 à la dernière en 1894), Le Postillon de Lonjumeau emprunte la voi(e) royale : rien que pour le Chapelou de Michael Spyres, le voyage à Paris vaudrait le détour.
Lire l'article

Le Postillon de Lonjumeau de retour à Paris
Classique C Cool | 2 avril 2019 | Hugues Rameau-Crays
L’Opéra comique de Paris est l’une des rares maisons capables de surmonter la désuétude. En programmant le fameux opéra-comique d’Adolphe Adam Le Postillon de Lonjumeau, a-t-elle redoré le genre ? Réponse…
Lire l'article

La renaissance du Postillon de Lonjumeau
Toutelaculture | 2 avril 2019 | Victoria Okada">Lire l'article
L’Opéra-Comique a encore ressuscité une œuvre que personne ou presque n’a jamais entendue mais tout le monde connaissait dans toute l’Europe au 19e siècle. Le Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam renaît grâce à un dépoussiérage radical et un lifting puissant de Michel Fau.
Lire l'article

Le retour du Postillon de Lonjumeau à l’Opéra Comique
Resmusica | 2 avril 2019 | Catherine Scholler
Créé en 1836 à l’Opéra-Comique, Le Postillon de Lonjumeau, qui revient aujourd’hui à Paris, fut un triomphe mondial jusqu’à la fin du XIXe siècle, puis tomba complètement dans l’oubli.
Lire l'article

Le Postillon de Lonjumeau
Anaclase| 30 mars 2019 | Michel Slama
Créé en 1836 à la Salle de la Bourse où résidait alors la troupe de l’Opéra Comique, Le postillon de Lonjumeau, malgré un succès triomphal du vivant d’Adolphe Adam, ne fut jamais repris en France, alors qu’il fut souvent donné à l’étranger où le compositeur, amateur de grands voyages, était adulé.
Lire l'article

Ah qu’il est beau le postillon
Musicologie.org | 30 mars 2019 | Alfred Caron
Peut-être pensiez-vous comme moi que le célèbre Postillion de Lonjumeau (sans « g », je vous prie) pouvait se résumer à sa fameuse ronde, cheval de bataille des ténors aigus qui nous en ont gardé la mémoire depuis sa quasi-disparition des scènes françaises en 1936.
Lire l'article

« Le Postillon de Lonjumeau », d’Adolphe Adam, Opéra Comique à Paris
Les Trois Coups | 2 avril 2019 | Maxime Grandgeorges
Michel Fau et Sébastien Rouland ressuscitent avec fantaisie « Le Postillon de Lonjumeau » d’Adolphe Adam, un titre emblématique de la production lyrique française du début du XIXème siècle. L’Opéra Comique accueille cette œuvre à mi-chemin entre théâtre et opéra, dans une version rafraîchissante et délicieusement kitsch.
Lire l'article

Actualités associées

Vos réactions


Pour réagir connectez-vous ou créez un compte dès maintenant !

Votre compte vous permettra d'accéder gratuitement à des actualités enrichies, intéragir et commenter. Il vous permet également de consulter votre historique d'achat, d’imprimer vos billets, de modifier vos coordonnées et vos préférences.

 


4 commentaires

Portrait de Anonyme

ALVES DE STEPHANE

Formidable, un des plus beaux opéras comiques auxquels j'ai pu assister. Un beau ténor très à l'aise, bien timbré, et qui joue bien son rôle, une bonne équipe de chanteurs et un choeur de qualité. Et en plus de tout celà une très belle mise en scène et de magnifiques costumes. Merci à toute l'équipe pour le plaisir que nous avons pris à cette représentation de ce dimanche. 

08 Avril 2019

Portrait de Anonyme

Juliette Tissot-Vidal

Membre de l'Opéra Comique

Bonjour, merci pour votre commentaire. Nous sommes ravis que vous ayez apprécié ce spectacle. A très bientôt

09 Avril 2019

Portrait de Anonyme

Laurent TIROUL

Très beau spectacle, puissant

30 Avril 2019

Portrait de Anonyme

Salomé Journeau

Membre de l'Opéra Comique

Merci pour votre commentaire. Nous sommes ravis que ce spectacle vous ait conquis autant que nous !

30 Avril 2019

Activités associées

Rencontres avec les artistes

du 12 Mars au 25 Novembre 2019

Tout le calendrier