Histoire du soldat & El amor brujo

Histoire du soldat & El amor brujo

Histoire du soldat & El amor brujo

Igor Stravinky & Manuel de Falla

Histoire du soldat de Igor Stravinsky. Texte de Charles-Ferdinand Ramuz. Créé à Lausanne, 1918.

El Amor brujo de Manuel de Falla. Suite de ballet avec chant. Argument de Gregorio Martinez Sierra. Crée au Teatro Lara de Madrid, 1915.

Précédé de Romance de la Peine Noire, extrait du recueil Romancero Gitano de Frederico Garcia Lorca

Introduction à l’œuvre par Agnès Terrier 40 minutes avant chaque représentation

Direction musicale, Marc Minkowski
Mise en scène, Jacques Osinski
Chorégraphie, Jean-Claude Gallotta

Avec Olivia Ruiz, Johan Leysen, Arnaud Simon, Alexandre Steiger

Danseurs, Groupe Emile Dubois/ Centre chorégraphique national de Grenoble

Orchestre, Les Musiciens du Louvre Grenoble

Présentation

Ces œuvres de l’entre-deux guerre témoignent du « cosmopolitisme enraciné » de deux grands explorateurs de formules théâtrales nouvelles, alternatives à la scène lyrique : Manuel de Falla et Igor Stravinsky.

Bloqué en Suisse pendant la Première Guerre mondiale, Stravinsky se rappela d’un conte russe pour écrire avec Ramuz, écrivain de l’authenticité, un spectacle destiné aux lieux dénués d’opéra : L’Histoire du soldat. Le modeste soldat, confronté à des questions existentielles trop lourdes, doit recourir au diable. L’œuvre témoigne des influences, des goûts et des curiosités d’un compositeur ouvert au monde.

Inspiré du folklore d’Andalousie, L'Amour sorcier/ El amor brujo campe la gitane Candelas qui, séparée de son amant par ses soupirants morts, s’unit à lui par une autre forme de mal, la sorcellerie. Manuel de Falla transpose le flamenco dans l’ordre symphonique qu’il ouvre au théâtre et à la chanson.

Spectacle en français et espagnol sous-titré

Durée: 2h05 entracte compris
Introduction à l’œuvre par Agnès Terrier 40 minutes avant chaque représentation

Photos des répétitions © JeanLouisFernandez


Un dossier pédagogique disponible en consultation ou en téléchargement, permet aux professeurs et aux parents de préparer leur venue à l'Opéra Comique.

Pour le découvrir, cliquez ici


En partenariat avec :

tetu-logo.png   france2-logo20132.png

Distribution

Direction musicale, Marc Minkowski
Mise en scène, Jacques Osinski
Chorégraphie, Jean-Claude Gallotta
Décors, Christophe Ouvrard
Costumes, Hélène Kritikos
Lumières, Catherine Verheyde
Assistante à la chorégraphie, Mathilde Altaraz

Histoire du Soldat
Récitant, Johan Leysen
Le Soldat, Alexandre Steiger
Le Diable, Arnaud Simon

El amor brujo
Candelas, Olivia Ruiz
Récitant, Johan Leysen

Danseurs, Groupe Emile Dubois/ Centre chorégraphique national de Grenoble

Orchestre, Les Musiciens du Louvre Grenoble

Coproduction, MC2 : Grenoble, Les Musiciens du Louvre Grenoble, Centre dramatique national des Alpes, Centre chorégraphique national de Grenoble, Opéra Comique, Opéra de Lyon


En partenariat avec :

tetu-logo.png   france2-logo20132.png

Répétitions

Découvrez les photos des répétitions en cliquant ci-dessous :

galeriephotohsab_0.png

Argument

HISTOIRE DU SOLDAT
Le fantassin Joseph Dupraz quitte l’armée pour quinze jours de permission avec son seul trésor, un violon. En chemin, un vieil homme (le Diable) lui propose d’échanger l’instrument contre un livre qui prédit l’avenir. Bien qu’il ne sache pas lire, Joseph se laisse tenter. Et il accepte, avant de retrouver sa mère et sa fiancée, de passer trois jours chez l’homme afin de lui enseigner le violon.
Lorsque Joseph parvient à son village, trois années se sont en réalité écoulées et plus personne ne le reconnaît.

Le livre magique lui permet de s’enrichir considérablement. Mais la fortune ne lui rend pas le bonheur perdu. Le Diable lui rend un jour visite sous le costume d’une colporteuse qui lui propose un violon. Joseph ne peut en tirer un son. Furieux, il détruit le livre et reprend la route.
Parvenu dans un pays étranger, il entend le tambour du roi annoncer la maladie de la princesse et la promesse de sa main à qui la guérira.
Pour récupérer son violon, Joseph joue aux cartes avec le Diable et l’enivre. Il perd toute sa fortune mais parvient à dérober l’instrument.
À la princesse, il joue trois danses – un tango, une valse et un ragtime – qui la guérissent. Après s’être débarrassés du Diable, ils se marient.
Leur bonheur dure jusqu’au jour où la princesse demande à Joseph de l’emmener dans son village natal. À la frontière du royaume, le Diable reprend son pouvoir sur Joseph et l’emmène pour toujours.


EL AMOR BRUJO
Deux gitanes tirent les cartes. Candelas apprend de la sorte que son amoureux ne l’aime pas. Elle espère le rappeler à elle par un sortilège nocturne et par une danse rituelle du feu. À la vue d’un couple heureux, elle se désole. Elle chante tristement la Romance du pêcheur qui lui suggère de se rendre chez une sorcière.
L’accès à la grotte de la sorcière est terrifiant. Candelas affronte le feu follet, maître des enchantements. Elle peut alors procéder elle-même aux rites d’exorcisme qui lui permettront de reconquérir l’amour perdu. Lorsque paraît l’homme qu’elle aime, elle se fait passer pour une fausse sorcière et le conquiert à nouveau. Au lever du jour, il est envoûté par son amour.


En partenariat avec :

tetu-logo.png   france2-logo20132.png

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu

Salle Favart

Tarif

87, 70, 54, 30, 11, 6€

Renseignements

0 825 01 01 23 (0,15 € la minute)

Réserver     fb     tw