60, 50, 40, 30, 25, 20, 12, 6 €

Schuberts Winterreise

23 au 24 novembre 2017

60, 50, 40, 30, 25, 20, 12, 6 € À chacun son tarif
Banniere Winterreise
fr

Le compositeur Hans Zender propose une version moderne du chef-d’œuvre de Schubert, à la fois ressourcé, mis en perspective et amplifié. Il nous invite à redécouvrir, sous la forme d’un voyage dans le temps, l’espace et l’interprétation, les textes de Wilhelm Müller – « à faire frémir» disait Schubert – et la partition du compositeur viennois. Musiciens, décors et vidéos participent autour de Julian Prégardien à une même performance destinée à offrir au spectateur une expérience émotionnelle, celle d’une immersion dans le Voyage d’hiver.

Extraits de Schuberts Winterreise

Tout le Winterreise («Voyage d’hiver») se transforme en un voyage dans le temps, un voyage qui définit la distance qui nous sépare aujourd’hui de Schubert.

Hans Zeder

Hans Zender à propos de son « interprétation composée »

« Winterreise est une icône de notre tradition musicale, c’est un des grands chefs-d’oeuvre européens. Est-ce réellement lui rendre justice que de l’exécuter exclusivement de la façon la plus conventionnelle qui soit, avec deux hommes en frac et un Steinway sur une immense scène? 

Du point de vue stylistique, les œuvres  tardives de Schubert renferment des germes, dont l’éclosion n’apparaît que plusieurs décennies plus tard chez Bruckner, Wolf et Mahler; et certains endroits du Winterreise semblent même déjà aviser l’expressionnisme de notre siècle... Ce sont entre autres ces perspectives de Schubert que j’essaie de mettre en exergue dans ma reconstruction, tout comme l’enracinement de son œuvre dans le folklore. 

[…] Le début du lied Gute Nacht («Bonne nuit») «Fremd bin ich eingezogen» («En étranger je suis venu») est une composition aux sons parfaitement contemporains. De ce début se dégage alors le premier motif de Schubert, orchestré tel un de ses quatuors à cordes. Dix mesures plus loin, il nous semble percevoir une légère nuance de Brahms, plus loin encore une touche de postromantisme. Et voilà que subitement, nous nous trouvons transposés au début du 20e siècle, pour aboutir en fin de compte dans le présent avec des sons quasiment disco. Tout le Winterreise («Voyage d’hiver») se transforme en un voyage dans le temps, un voyage qui définit la distance qui nous sépare aujourd’hui de Schubert. 

« Ma «lecture» du Winterreise («Voyage d’hiver») ne prétend pas créer une nouvelle interprétation expressive, mais se sert de manière systématique des libertés que les interprètes ont pour habitude de s’accorder de façon intuitive, telles qu’extension respectivement contraction du temps, transposition dans d’autres tonalités, dégagement des nuances de couleur caractéristiques. S’y ajoutent les différentes possibilités de «lire» la musique: sauter dans le texte, répéter certaines lignes à plusieurs reprises, interrompre la continuité, comparer différents modes de lecture d’une même partie. Une autre possibilité extrême, dont je me suis servi dans mon interprétation, est le déplacement des sons dans l’espace. C’est ici au plus tard qu’il devient évident que tous les artifices formels décrits ont également un côté poétique et symbolique. Les musiciens eux-mêmes sont invités à voyager, les sons «voyagent» à travers, voire au-delà de l’espace.

 Je vous chanterai un cycle de lieder qui vous donneront le frisson. J’ai hâte de savoir ce que vous en direz. Ils m’ont affecté plus qu’aucun autre lied.

Franz Schubert

Direction musicale : Thierry Fischer 
Mise en scène : Jasmina Hadziahmetovic 
Décors : Hella Prokoph 
Vidéo : Frieder Aurin 
Collaboration à la mise en scène : Wenzel U. Vöcks

Soliste : Julian Prégardien

Orchestre : Ensemble intercontemporain 
Sophie Cherrier, Emmanuelle Ophèle : flûtes 
Didier Pateau, Philippe Grauvogel : hautbois 
Martin Adámek, Alain Billard : clarinettes 
Loïc Chevandier *, Paul Riveauxbassons Jens McManamacor Jean Bollinger* : trompette Robinson Khoury * : trombone 
Gilles Durot, Samuel Favre, Jean-Baptiste Bonnard*, Othman Louati * : percussions 
Eva Debonne* : harpe 
Jean-Marc Zvellenreuther* : guitare 
Anthony Millet* : accordéon 
Hae-Sun Kang, Diégo Tosiviolons Odile Auboin, John Stulzaltos Pierre Straucg : violoncelle 
Nicolas Crosse : contrebasse
Production : Les Théâtres de la Ville de Luxembourg 
Coproduction : Opéra Comique

*musiciens supplémentaires

1h30 (sans entracte) - Salle Favart
60, 50, 40, 30, 25, 20, 12, 6 €
 

Emplacements

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

16 emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur réservation au guichet ou par téléphone. Ascenseur accessible par le 5 rue Favart.
01 70 23 01 44 | accessibilite@opera-comique.com

Tout public

À l’affiche

Voir tout
Opéra

Les Éclairs

Philippe Hersant et Jean Echenoz

Du mardi 2 au lundi 8 novembre 2021

Réserver
Evénement

Visitez l'Opéra Comique

Du samedi 16 octobre 2021 au samedi 31 décembre 2022

Réserver
Concerts et récitals

Mécanopéra

Du lundi 8 au mercredi 10 novembre 2021

Réserver
Concerts et récitals

À l'heure du déjeuner

9 novembre 2021

Réserver
Concerts et récitals

Chansons à partager

Du jeudi 21 janvier au dimanche 21 novembre 2021

Réserver
Opéra

Roméo et Juliette

Charles Gounod

Du lundi 13 au mardi 21 décembre 2021

Réserver
Concerts et récitals

Concert de Noël

Du jeudi 16 au samedi 18 décembre 2021

Réserver
Opéra

Hamlet

Ambroise Thomas

Du lundi 24 janvier au jeudi 3 février 2022

Réserver
Opéra

Coronis

Sebastian Duron

Du lundi 14 au jeudi 17 février 2022

Réserver
Opéra

La Périchole

Jacques Offenbach

Du dimanche 15 au mercredi 25 mai 2022

Réserver