À lire avant Hamlet

Publié le 20 décembre 2021
Illustration Hamlet de Julia Lamoureux

© Julia Lamoureux

fr

Ambroise Thomas fut en son temps un trait d’union entre l’Opéra Comique et l’Opéra. En deux ans, de 1866 à 1868, il donna à chaque théâtre un chef-d’œuvre, respectivement Mignon et Hamlet. Des titres que réclamait le public ! C’est ainsi que l’Opéra s’apprêtait déjà à fêter la 100e d’Hamlet, le 28 octobre 1873… lorsqu’il fut ravagé par les flammes. À l’Opéra Comique, la routine avait peut-être pris le dessus lorsqu’en pleine 745e de Mignon, le 25 avril 1887… éclata l’incendie qui détruisit la deuxième salle Favart.

Que le public de 2022 se tranquillise ! Nous avons sans encombre réhabilité Mignon en 2010. De même pour Hamlet en 2018, dont le rôle-titre est aujourd’hui si recherché par les barytons que l’œuvre reparaît partout : à New York, Marseille, Vienne, Bruxelles, Göteborg ces dernières années, l’an prochain à Barcelone et Berlin.

Inspirés respectivement de Goethe et de Shakespeare, Mignon et Hamlet s’associent dans la production de Thomas à Françoise de Rimini d’après… Dante. Ce triplé lui fut reproché, alors que ses contemporains en faisaient autant depuis le triomphe parisien de l’Otello de Rossini en 1821. Les sujets littéraires régénéraient l’art lyrique en inspirant des partitions d’autant plus audacieuses que les originaux étaient connus du public.

Aucun relent nationaliste dans le reproche. Sous le Second Empire, on sait que le personnage d’Hamlet est d’abord français, né sous la plume de Belleforest dont les Histoires tragiques, imprimées en 1570, sont traduites en anglais au moment où Shakespeare produit sa pièce.

C’est après 1751 et le séjour parisien de l’acteur anglais David Garrick, qui joue Hamlet dans les salons, qu’érudits et acteurs se passionnent pour Shakespeare. Sa « barbarie » – dixit Voltaire – flatte autant qu’elle épice le classicisme français. Traduit et adapté, aux vers alexandrins comme aux règles dramatiques, Hamlet entre à la Comédie-Française en 1769. Il y brûle les planches sous les traits de Talma de 1803 à 1826.

En 1827, une troupe anglaise vient présenter à l’Odéon son Hamlet et d’autres Shakespeare. Berlioz, Hugo, Delacroix, Vigny, Dumas, Gautier, etc. sont éblouis. « Son éclair, en m’ouvrant le ciel de l’art avec un fracas sublime, m’en illumina les plus lointaines profondeurs » raconte Berlioz… qui épousera Ophélie. Prenant Hamlet pour emblème du drame nouveau, les romantiques le revisitent à leur tour. Alexandre Dumas et Paul Meurice programment Hamlet, prince de Danemark en 1847 au Théâtre-Historique. Le jeu de Rouvière chavire Baudelaire, les chansons d’Ophélie et du fossoyeur, signées Ambroise Thomas, sont plébiscitées. Au gré des reprises, Dumas testera plusieurs dénouements pour rendre acceptable l’hécatombe prévue par Shakespeare…

Sous le Second Empire, François-Victor Hugo prépare à Guernesey une nouvelle traduction intégrale de Shakespeare tandis qu’à Paris, les opéras fleurissent : Béatrice et Bénédict de Berlioz, Le Saphir de Félicien David, Macbeth de Verdi, Roméo et Juliette de Gounod… Dans ce contexte, Thomas revient à Hamlet avec les excellents adaptateurs de Faust et de Roméo et Juliette de Gounod, Jules Barbier et Michel Carré. Il le destine au Théâtre-Lyrique, mais en 1866 Mignon triomphe à l’Opéra Comique. L’Opéra (sis  rue Le Peletier) sollicite donc Thomas – et comment lui résister ? Le discret Aristide Hignard, qui achève alors son propre Hamlet, en fait les frais : son œuvre attendra vingt ans pour voir le jour.

Hamlet © Vincent Pontet

Hamlet © Vincent Pontet

Dans ce contexte, on comprend que ce n’est pas, non plus, l’adaptation d’un classique à la scène lyrique qui dérange. Que l’Opéra impose un baryton à la place du ténor prévu ne convient que mieux à la mélancolie d’Hamlet. Surtout qu’il s’agit de l’excellent Jean-Baptiste Faure, formé à l’Opéra Comique. Que l’institution, voulant propulser une diva scandinave, demande aux auteurs de développer le rôle d’Ophélie et de l’agrémenter d’une mélodie suédoise, est du meilleur effet : le public s’enthousiasme pour la charismatique Christine Nilsson.

Que l’Opéra réclame de grandes scènes collectives, avec le chœur que dirige Victor Massé, permet de ne pas trop trahir la portée politique de l’original. L’implication obligée du ballet, dirigé par Marius Petipa, est aisée : rien de mieux qu’une fête paysanne pour dramatiser une intrigue. Quant au spectre qu’on évitait au début du siècle, il pimente désormais le spectacle. Rien ne manque : formidables seconds rôles, dont la mezzo Pauline Lauters-Gueymard (créatrice de l’Eboli de Verdi) en Gertrude criminelle, chœur a capella, chanson à boire, marche, et même une grande scène de folie, pour concurrencer Lucie de Lammermoor.

La suppression de plusieurs personnages et le choix d’un dénouement à la violence contenue sont d’autant moins reprochés à Thomas que son orchestration, variant les atmosphères, jouant de la spatialisation, valorisant les vents, dont le cor anglais et le tout nouveau saxophone, sublime l’orchestre et son chef Georges Hainl.

Longuement mûrie, superbement montée, la soirée du 9 mars 1868 est un triomphe. Un an après le Don Carlos français de Verdi d’après Schiller, cette nouvelle appropriation tombe sous le sens. Si bien que Thomas est cette année-là le premier musicien à être élevé à la dignité de commandeur de la Légion d’honneur.

À sa mort en 1896, Hamlet aura été joué 276 fois à l’Opéra, créé à Londres dès 1869 (avec un dénouement plus conforme à l’original), puis donné les décennies suivantes dans les principaux opéras européens, et rapidement dans les deux Amériques.

L’œuvre n’a pourtant atteint que 367 représentations dans la ville qui l’a vue naître et a quitté l’affiche en 1938 – Mignon en 1967. Alors que reprochait-on à Thomas, qui a fini par affecter la postérité de sa musique ?

D’aborder avec assurance, et dans le respect des règles, ce que Berlioz, Verdi et d’autres s’étaient approprié en s’inspirant des audaces de Shakespeare. « Il faut du courage pour être romantique, car il faut hasarder » disait Stendhal. Artiste scrupuleux et respectueux du public, des institutions et des chanteurs, Thomas ne laissait rien au hasard. Équilibrés et poétiques, ses titres semblaient trop beaux pour être honnêtes, inspirant à Chabrier la terrible formule : « Il y a trois sortes de musique : la bonne, la mauvaise et celle d’Ambroise Thomas. »

Aujourd’hui Thomas illustre, comme Verdi, l’âge d’or de l’opéra en Europe : un art d’une haute culture, exigeant mais accessible, nourri de pratiques multiples, sachant aller à la rencontre des publics du monde entier.

C’est l’art lyrique que l’Opéra Comique est fier de promouvoir, en reprenant cette production de 2018 avec les mêmes artistes, mise en scène par Cyril Teste et dirigée par Louis Langrée, aujourd’hui à la tête de notre institution.

Hamlet

Ambroise Thomas

24 janvier au 3 février 2022

Louis Langrée et Cyril Teste reprennent leur succès de 2018, l’une des plus belles partitions du répertoire français et métaphore éblouissante du pouvoir du théâtre.

En savoir plus