Tous à l'Opéra

Tous à l'Opéra

Édition 2016

Dans le cadre de la 10e édition de Tous à l'Opéra, l'Opéra Comique vous invite à répéter l'Opéraoké. Vous êtes également invités à découvrir les ateliers « Berthier » que l’Opéra Comique a l’habitude d’utiliser pour ses répétitions et qui, pendant la période de fermeture, sont investis par ses services couture et technique.

Rendez-vous aux Ateliers Berthier, samedi 7 mai de 10h30 à 18h. L'entrée est libre au 5, rue Albert Roussel - 75017 Paris

Les activités de la journée sont gratuitement ouvertes à tous. Venez nombreux !

Programme & accès

600 personnes environ ont défilé tout au long de la journée pour chanter, se promener dans les ateliers, se filmer dans un vidéomaton chantant ou se faire maquiller. En famille, voisins curieux ou fidèles participants de l’Opéraoké nous ont rejoints sous le soleil de mai, pour entonner, entre autres et en chœur l’air du muguet. 
Tous, nous l’espérons, viendront chanter avec nous le 18 juin pour ce grand karaoké sur des airs d’opéra, « l’Opéraoké », qui aura lieu sur le Champ-de-Mars. L’événement est gratuit et accessible à tous. Participez, vous aussi à ce grand karaoké le 18 juin : « Tous à l’Opéraoké ! »

En attendant, retrouvez les photos de cette journée :

20160509-tao_album_0.png


Samedi 7 mai : Ouverture des portes de 10h30 à 18h.
Les Ateliers Berthier : 5, rue Albert Roussel 75017 Paris

Dans le cadre de Tous à l’Opéra, vous êtes invité à découvrir les ateliers « Berthier » que nous avons l’habitude d’utiliser pour ses répétitions et qui, pendant la période de fermeture, sont investis par ses services couture et technique.

Vous pourrez visiter ces lieux et participer à des répétitions de l’Opéraoké. En effet, pour ce grand karaoké lyrique et populaire, notre envie est de rassembler ceux qui aiment chanter (familles, mélomanes, néophytes et fans de ballon rond) sur le Champ-de-Mars le 18 juin 2016. D’Offenbach à Bizet, les hits du répertoire seront entonnés en chœur par le public grâce aux écrans géants. Cet événement est organisé en partenariat avec la Mairie de Paris à l’occasion de l’EURO 2016 de football.

D’autres activités sont également prévues pour petits et grands tout au long de la journée.

EN ACCÈS LIBRE TOUTE LA JOURNEE

→ DECOUVRIR LES ATELIERS BERTHIER
Toute la journée
Visite libre des ateliers. Parcours fléché.

→ SELFIE VIDEO
Une cabine vidéo d’enregistrement sera à disposition pour chanter des airs d’opéras. Repartez avec un souvenir vidéo de votre expérience.
Toute la journée

→  ATELIER MAQUILLAGE
Vos enfants pourront profiter de cette journée pour repartir avec un maquillage, réalisé par une maquilleuse professionnelle du spectacle. 
Toute la journée

SUR INSCRIPTION (en amont ou le jour même)

→ CHANTEZ EN CHŒUR !
Ateliers d'initiation au « chanter ensemble » avec Geneviève Boulestreau. Les airs choisis seront ceux de l’Opéraoké 

De 11h à 17h30
11h-11h30 répétition pour les familles
14h-15h15 répétition tout public
15h30-16h répétition pour les familles
16h-17h30 répétition tout public

Vous pouvez réserver vos places sur internet pour les ateliers chant mais des places sont disponibles sur place pour toutes les activités tout au long de la journée.

 

COMMENT S'Y RENDRE ?

 


Métros : Porte de Clichy (ligne 13 / sortie av de Clichy / Bd Berthier- côté Timhôtel) +10 minutes à pieds & Wagram (ligne 3) + 15 minutes à pieds
RER : Porte de Clichy (RER C, sortie av. de Clichy).
Bus : PC3, 138, 173, 54, 74, N15 et N51
Vélib' station 17106

 

Les ateliers Berthier

Petit historique

Après le terrible incendie de 1887, et alors que la troisième salle Favart est en cours de construction, c’est un autre drame qui touche de près l’Opéra Comique. Le 6 janvier 1894, le feu ravage pour la deuxième fois les entrepôts et les décors de l’Opéra de Paris et de l’Opéra Comique, situés rue Richer dans le 9e arrondissement. Quatre pompiers périssent dans la catastrophe.

L’exiguïté des lieux provoquant l’entassement des décors, l’humidité et la poussière sont mis en cause. Après le sinistre, les médias accusent et réclament des solutions. D’autant plus que ces entrepôts sont situés dans un quartier fortement peuplé, le risque d’incendie est donc un réel danger pour tous les riverains. La décision est prise de déménager.

Le ministère de la Guerre offre deux terrains (les bastions 44 et 45) de l’enceinte fortifiée de Thiers, respectivement à l’Opéra de Paris et à l’Opéra Comique. L’un des avantages est l’absence de voisinage. La construction est confiée à un certain Charles Garnier.

De 1895 à 1898, Charles Garnier, accompagné de Gustave Eiffel, décide d’aménager de façon simple et à moindre coût ces nouveaux ateliers destinés aux peintres, aux serruriers et aux menuisiers. Les façades sont en meulière, agrémentées de pilastres en pierre et d’éléments décoratifs en brique. À cela s’ajoutent les bâtiments de stockage de décors et les ateliers des couturières. Les normes de sécurité modernes permettent de contenir tout départ de feu en 5 minutes.

Si l’ensemble des entrepôts et ateliers sont desservis par le tramway d’Asnières-Opéra en seulement 25 minutes, les décors eux ne peuvent bénéficier de la même facilité de transport. Il faut compter 2h-aller de marche pour apporter un décor.

En 1901, les travaux de clôture sont terminés. En 1958, l’architecte Michel Roux-Spitz rajoute deux édifices en béton armé.

En 1990, les ateliers sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Il s’agit de la seule œuvre à caractère industriel de Charles Garnier qui est aujourd’hui, comme hier, utilisée dans le même but.

En 1999, le ministère de la culture autorise l’Odéon Théâtre de l’Europe à installer une salle de répétition et des ateliers dans un des bâtiments.

En 2003, l’Odéon entreprend une grande phase de travaux de 4 ans et s’installe provisoirement dans un autre bâtiment du boulevard Berthier. Cette salle devient pérenne à partir de 2005.

Aujourd’hui, et pendant les 18 mois de travaux de l’Opéra Comique, les ateliers Berthier permettent d’entreposer une partie du matériel technique, de reconstituer un atelier de costumes pour les spectacles qui continuent à tourner, ainsi qu’à construire des éléments de décors pour les événements et  spectacles organisés pendant la fermeture.