L'opéralab

operalab_dore.pngConnectons les expériences
La fermeture de la salle Favart a été l’occasion de tenter l’aventure des nouveaux usages quand ils croisent les technologies d’aujourd’hui avec les désirs des artistes. Qu’est-ce que l’opéra, si ce n’est un lieu d’expérience ? 

Pour continuer à ouvrir ce champ des possibles, en 2017, l’Opéra Comique saute le pas et invente « l’OpéraLab », observatoire culturel, lieu de pratique et incubateur de talents. 
Donner le goût de la scène par l’expérience et le faire, créer une alchimie entre ceux qui fabriquent le spectacle et ceux qui le découvrent, dresser des passerelles entre le numérique et l’analogique, le secteur public et les entreprises privées, la transmission des pratiques et le partage des connaissances, entre les générations aussi. Et ensemble, se projeter dans l’opéra de demain. 

Des appels à projets lancés par l’Opéra Comique permettront à tout le monde d’apporter sa pierre à l’édifice. Artistes, vidéastes, programmateurs, développeurs web, chercheurs, universitaires ou amateurs éclairés, tous les curieux qui veulent faire, expérimenter et partager leur savoir-faire. 

Des ressources numériques seront consultables à distance, mieux, elles pourront être utilisées pourvu que l’esprit de Favart soit préservé. Des tribunes seront données aux créateurs. Comme nous l’avons fait pour Kein Licht et Fantasio en 2016, nous poursuivrons la chronique de certaines créations lyriques. Nous préparons une plateforme résolument vivante, avec des prolongements numériques, irriguée de réseaux sociaux, un espace qui réunirait professionnels, artistes, néophytes et experts, étudiants et partenaires: un laboratoire. Les clés d’entrée seront plurielles, les formes hybrides pour inspirer, changer les idées, apprendre ou inventer. 

L’Opéra Comique se met en mode start-up, et se rêve incubateur, fédérant tous ceux qui, dans les entreprises, les institutions culturelles, poussent  les innovations dans le domaine du spectacle vivant et plus particulièrement du théâtre chanté. Cette intention, nous avons l’ambition de lui donner un lieu pour le second semestre de 2017, le kiosque, de l’autre côté de la place Boieldieu. 

Calendrier et informations seront donnés en continu sur le site, dans la newsletter et sur les réseaux sociaux. Ce qui ne vous empêche pas de prendre les devants. Toutes les (bonnes) idées sont les bienvenues. 


Retrouvez ci-dessous les premiers projets :

L'Opéra Comique dans les écoles de France

En février 2016, Le Mystère de l’écureuil Bleu marquait notre première création lyrique pour le web, signée Ivan Grinberg pour le texte et Marc-Olivier Dupin pour la musique.
Quelques mois plus tard, avec la complicité de Sodexo Education et de la société Upian, l’oeuvre pensée pour les 7-11 ans est désormais enrichie d’ateliers ludo-éducatifs numériques. Ces ateliers intègrent la série « T’as pas tout vu ».

Lire +

Chronique autour d'une création de Joël Pommerat

L’Opéra Comique développe un modèle de production qui accorde du temps à la maturation du travail de répétition et ouvre aux spectateurs les étapes du processus créatif. 

Après le succès de Au monde, opéra tiré de son spectacle par le compositeur belge Philippe Boesmans, Joël Pommerat, s’installe à l’Opéra Comique pour y écrire son premier livret d’opéra original. 
L’occasion unique de voir à l’œuvre un auteur travaillant sur le vivant, dans l’espace du plateau et en interaction avec les interprètes.

Lire +

Chronique autour de Donnerstag aus Licht

L’Opéra Comique développe un modèle de production qui accorde du temps à la maturation du travail de répétition et ouvre aux spectateurs les étapes du processus créatif. 

Le Balcon, dirigé par Maxime Pascal, propose des ateliers sur cette œuvre rare et réputée difficile du répertoire, créée en 1981 à la Scala de Milan, dont il sera possible d’appréhender progressivement toutes les dimensions. Ces rencontres tout public et jeune public permettront à tous de s’approprier cette journée du grand cycle de Karlheinz Stockhausen.

Lire +