La Chauve-Souris

La Chauve-Souris

La Chauve-Souris

Johann Strauss

OPÉRETTE en 3 actes créée à Vienne, 1874. Nouvelle version française de Pascal Paul-Harang.
Une opérette viennoise dans toute sa splendeur.

Le 25 décembre, passez un Noël d'exception avec La Chauve-Souris à l'Opéra Comique
Ce jour-là, pour toute place achetée, l’Opéra Comique vous offre une série de surprises.

Mécènes de la production :
amocnb-bd.pnget Charlotte Liébert Hellman

Direction musicale, Marc Minkowski
Mise en scène, Ivan Alexandre

Avec Stéphane Degout, Chiara Skerath, Sabine Devieilhe, Philippe Talbot, Florian Sempey, Franck LeguérinelKangmin Justin Kim, Christophe Mortagne, Jodie Devos, Atmen Kelif, Jacques Gomez, Delphine Beaulieu

Orchestre et chœur, Musiciens du Louvre Grenoble

Présentation

OPÉRETTE de Johann Strauss en trois actes sur un livret de Karl Haffner et Richard Genée.
D’après Le Réveillon de Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Créée au Theater an der Wien le 5 avril 1874.
Nouvelle version française de Pascal Paul-Harang.

C’est à l’Opéra Comique qu’il faut conclure l’année 2014 avec l’opérette viennoise dans toute sa splendeur - et dans une production qui souligne ce qu’elle doit à la culture française : son esprit, introduit dans la capitale des Habsbourg par Offenbach en personne ; ses sources, empruntées au florissant vaudeville parisien.
Dans sa villégiature des environs de Vienne, le prince Orlofsky organise un bal masqué que Me Falke va mettre à profit pour se venger de son ami Eisenstein, lui-même sous le coup d’ennuis judiciaires. Lors de la fête, complots et mensonges emportent dans un tourbillon tous les acteurs de la société – mais ne faut-il pas être un peu faussaire pour profiter de l’existence ?
Le chef-d’œuvre de Strauss sera interprété en français grâce au travail mené sur les sources par Marc Minkowski, Ivan Alexandre et Pascal Paul-Harang. Plus viennoise et endiablée que jamais, notre Chauve-Souris conjuguera l’inspiration musicale à l’insolence d’une satire… très actuelle.

Introduction à l’œuvre par Agnès Terrier 40 minutes avant chaque représentation.
Durée du spectacle : 3h environ, entracte compris

Spectacle diffusé par France Musique le 3 janvier 2015 à 19h


Mécènes de production :

logo_amoc_2013-2.jpg

et Charlotte Liébert Hellman

 

En partenariat avec :

f-musique-site-2.gif


 

Distribution

Direction musicale, Marc Minkowski
Mise en scène, Ivan Alexandre
Décors, Antoine Fontaine
Costumes, Jean-Daniel Vuillermoz
Chorégraphie, Delphine Beaulieu
Lumières, Hervé Gary

Assistant mise en scène, Florent Siaud
Assistant costumes, Séverine Demaret
Assistant chef orchestre, Julien Vanhoutte
Chef de chant, Alphonse Cemin
Chef de chœur, Nicholas Jenkins
    
Gabriel von Eisenstein, Stéphane Degout
Rosalinde, Chiara Skerath
Adele, Sabine Devieilhe
Alfred, Philippe Talbot
Me Falke, Florian Sempey
Frank, Franck Leguérinel
Prince Orlofsky, Kangmin Justin Kim
Me Miro, Christophe Mortagne
Ida, Jodie Devos*
Frosch, Atmen Kelif
Ivan, Jacques Gomez

Danseuse, Delphine Beaulieu

Orchestre et chœur, Musiciens du Louvre Grenoble

Production, Opéra Comique
Partenaire associé, Musiciens du Louvre Grenoble

*Chanteuse de l’Académie de l’Opéra Comique

Spectacle diffusé par France Musique le 3 janvier 2015 à 19h


Mécènes de production :

logo_amoc_2013-2.jpg

et Charlotte Liébert Hellman

 

En partenariat avec :

f-musique-site-2.gif


 

Noël d'exception

 nlvisuel-25dec.png

UN NOËL LYRIQUE AU CŒUR DE PARIS

Venez passer un 25 décembre inoubliable et pétillant à l’Opéra Comique avec La Chauve-Souris de Johann Strauss !

Tout le monde a déjà entendu l’ouverture de cette opérette, mais découvrez-en la gaîté et l’humour, le rythme endiablé et les rebondissements,  à l’occasion d’une journée de Noël divertissante.

Ce jour-là, pour toute place achetée, l’Opéra Comique vous offre une visite exceptionnelle de ses espaces, un rafraichissement à l’entracte et en clou final, de merveilleux costumes à gagner!

Programme des festivités  

  • Visites guidées : à 11h ou 12h en français et en anglais (durée 45 min) - complet
  • « Les clés du spectacle en 20 minutes » présentées par notre dramaturge à 14h20
  • Lever de rideau sur La Chauve Souris à 15h (durée 2h30)
  • Entracte : un rafraîchissement vous est offert, en clin d’œil au personnage principal du 3ème acte…
  • Tombola : 20 costumes ou accessoires de théâtre à gagner : à l’issue de la représentation (18h) : tirage parmi tous les spectateurs présents dans la salle !

En direct de son bureau, le directeur de l'Opéra Comique pioche de sa main impartiale les 20 billets gagnants de la tombola de Noël.

2014.12.23-actu-jdtombola.png

3 bonnes raisons d’assister à la Chauve-Souris le 25 décembre

Une journée festive et pleine de surprises

Une œuvre enjouée et joyeuse, dont l’ouverture figure parmi les plus belles pages musicales de l’opérette

Une mise en scène décapante servie par de brillants solistes-comédiens.

Réservez votre journée du 25 décembre


 

Audio-description

Personnes handicapées sensorielles

La Chauve-Souris sera en audio-description les :
dimanche 21 décembre 2014 à 15h
mardi 23 décembre 2014 à 20h


Avec le soutien de :

logo_gecina.jpg


 

Argument

Acte I

Adele, la jolie femme de chambre des Eisenstein, reçoit un message signé Ida, sa sœur quadrille à l’Opéra, l’invitant au bal du fastueux prince Orlofsky. Comment obtenir un congé ? Sa maîtresse, Rosalinde, a d’autres soucis : le ténor Alfred, un ancien amant dont la fuite a entraîné son mariage avec le rentier Gabriel von Eisenstein, annonce son retour en chantant sous ses fenêtres. Et le mari qui doit purger une peine de prison pour s’être battu avec un huissier ! Mais le voilà justement qui rentre à la maison avec  son avocat, Maître Miro : non seulement il a pris huit jours, mais il doit se rendre à la prison sur-le-champ. Le condamné commande un bon souper afin d’affronter cette épreuve le ventre plein. Son vieil ami, le notaire Falke, vient discrètement lui proposer de l’accompagner au bal d’Orlofsky, juste avant de se présenter à la prison.  Ils n’en seront pas à leur première facétie, même si Falke garde de la dernière un souvenir amer. C’est dit : avant la geôle, Eisenstein ira se griser dans les bras des «petits rats» d’Orlofsky. Rosalinde voit son mari partir pour la prison en habit de soirée...  Du coup, elle accorde son congé à Adele afin de recevoir Alfred. Celui-ci n’a pas plus tôt entamé le souper en tête à tête que survient le nouveau directeur de la prison, Frank, venu en personne appréhender Eisenstein. Alfred se laisse arrêter à la place du mari pour sauver l’honneur de Rosalinde.

Acte II

Dans la somptueuse villa du prince Orlofsky, la fête est agrémentée par les danseuses de l’Opéra. Au jeune prince russe qui s’ennuie, Falke, chargé de l’organisation de la soirée, promet la représentation d’une pièce inédite, «La Vengeance de la Chauve-souris». C’est lui, en effet, qui a écrit à Adele, charmante dans une robe volée à sa patronne Rosalinde, et qui ménage l’entrée d’Eisenstein qui se fait passer pour un noble Italien sous le nom de Marquis Calzone. Eisenstein croit reconnaître Adele mais, chez Orlofsky, les rôles peuvent s’inverser : la vedette, à présent, c’est elle. Frank, le directeur de la prison, se présente sous le nom italien de Cavaliere Lamento et sympathise avec Calzone, en qui il ne peut identifier le condamné Eisenstein, qui, à cette heure, devrait languir sous ses verrous. Lorsque Rosalinde, avertie par Falke, arrive en comtesse hongroise masquée, elle reconnaît tout le monde, à commencer par son mari, parfaitement libre et badinant au bras d’Adele.  La supposée beauté hongroise accapare l’attention d’Eisenstein et parvient à lui prendre la jolie montre qui lui sert régulièrement de piège à filles. Pour lever les soupçons sur son identité, Rosalinde chante une csardas traditionnelle, hymne à sa prétendue Hongrie. Puis Falke fait raconter à Eisenstein l’histoire de la Chauve-souris… L’humiliation qu’Eisenstein a infligée à son ami au lendemain d’un bal, trois ans plus tôt, peut-elle être vengée ? Falke chante la «fraternité» des jouisseurs et des jouisseuses.  Le prince chante la suprématie du roi Champagne. À la fin des danses sonne l’heure de se rendre à la prison
– pour le prisonnier Eisenstein comme pour le directeur, Frank.

Acte III

La prison où le ténor Alfred continue sa sérénade à Rosalinde est gardée par Frosch, geôlier imbibé de schnaps. Frank rentre à son poste, dans le même état que Frosch mais à cause du champagne. Sur le conseil de Falke, Adele et sa sœur Ida viennent solliciter le puissant fonctionnaire : la femme de chambre veut devenir actrice, accepterait-il d’être son protecteur ? Frank les cache dans une cellule car Eisenstein sonne à la porte. Frank lui avoue que le Cavaliere Lamento n’existe pas. Eisenstein fait le même aveu à son ami d’un soir, mais Frank refuse de l’incarcérer : un homme arrêté sous son nom ne vocalise-t-il pas dans la cellule 12 ? L’avocat Miro se présentant pour remplir son office, Eisenstein lui prend son habit afin d’identifier l’homme qui s’est fait arrêter chez lui dans les bras de sa femme. Venue supplier Alfred de ne pas la compromettre, Rosalinde plaide sa cause devant ce nouvel avocat. Elle accuse son mari d’infidélité et exhibe la preuve : la montre. Eisenstein reconnaît alors la Hongroise qui lui a tourné la tête. Comme Eisenstein refuse de remplacer Alfred en cellule, Orlofsky et ses invités font irruption, célébrant le plan démoniaque de la Chauve-souris. Tout paraît si bien manigancé, et Rosalinde semble si innocente, qu’Eisenstein accepte la prison – tandis qu’Orlofsky décide de prendre en main la carrière d’Adele…

INFORMATIONS PRATIQUES