Fortunio

Fortunio

André Messager

COMÉDIE LYRIQUE en 4 actes, 1907.
Livret de Gaston Arman de Caillavet et Robert de Flers d’après Le Chandelier d’Alfred de Musset

Introduction à l'oeuvre par Agnès Terrier 40 minutes avant chaque représentation.
 

Direction musicale, Louis Langrée
Mise en scène, Denis Podalydès

Avec Joseph Kaiser, Virgine Pochon, Jean-Maire Frémeau, Jean-Sébastien Bou, Jean-François Lapointe, Philippe Talbot, Jean Teitgen, Sarah Jouffroy, Jérôme Varnier, Éric Martin-Bonnet, Clémentine Margaine

chœur de chambre les éléments
Orchestre de Paris

Présentation

Comment conserver son idéal à l'épreuve de la vie ? La question, qui hanta Alfred de Musset, traverse tout son théâtre où elle ne trouve de réponse que dans la sincérité et l'humour, ce pourquoi son oeuvre étonne aujourd'hui de façon si moderne. C'est ainsi que le tendre Fortunio, recruté par deux amants pour détourner la jalousie d'un mari, fera triompher la jeunesse jusque dans l'âme de sa séductrice. Après le succès de son étourdissante mise en scène de Fantasio à la Comédie-Française, Denis Podalydès poursuit en compagnie de Louis Langrée l'exploration de cet univers en demi-teintes.

France Musique, partenaire de l'Opéra Comique présente :

L'émission Etonnez-moi Benoit fête ses 10 ans en direct du Foyer Favart, le samedi 12 décembre de 10h30 à 12h (entrée libre et gratuire dans la limite des places disponibles)

Et du 16 au 20 décembre, retrouvez :
André Messager dans l'émission Grands Compositeurs avec Marc Dumont de 16h à 14h30
Louis Langrée dans Grandes Figures avec Alain Pâris de 14h30 à 16h

Fortunio sera diffusé le 3 janvier à 14h30 dans Matinée Opéra avec Renaud Machart


Avec le soutien de :

palazzetto-logo13-14.jpg

Distribution

Direction musicale, Louis Langrée
Mise en scène, Denis Podalydès de la Comédie Française
Décors, Éric Ruf de la Comédie Française
Costumes, Christian Lacroix
Lumières, Stéphanie Daniel
Assistant musical, Nicolas Kruger
Direction du chœur, Joël Suhubiette
Chef de chant, Nathalie Steinberg
Collaborateur artistique du metteur en scène, Emmanuel Bourdieu
Second collaborateur artistique du metteur en scène, Laurent Podalydès
Stagiaire à la mise en scène, Tami Troman
Assistant décors, Domnique Schmitt
Coiffure/Maquillage, Laure Talazac

Fortunio, Joseph Kaiser
Jacqueline, Virgine Pochon
Maître André, Jean-Marie Frémeau
Clavaroche, Jean-Sébastien Bou
Landry, Jean-François Lapointe
Lieutenant d'Azincourt, Philippe Talbot
Lieutenant de Verbois, Jean Teitgen
Madelon, Sarah Jouffroy
Maître Subtil, Jérôme Varnier
Guillaume, Éric Martin-Bonnet
Gertrude, Clémentine Margaine

Enfants (en alternance) : Lila Bourdieu, Antoine Langrée, Céleste Langrée, Aliosha Ruf
Musiciens sur scène : Mayot Kajikawa (piccolo), Adriana Ferreira (piccolo), Hélène Boulègue (piccolo), François Garnier (tambour), Frédéric Gauthier (tambour) chœur de chambre les éléments
Orchestre de Paris

Production, Opéra Comique
Coproducteur associé, Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française


Avec le soutien de :

palazzetto-logo13-14.jpg

Argument

Acte I
Devant l’église d’une ville de province, un dimanche matin, on déambule quand on n’assiste pas à la messe. Parmi les joueurs de boules Landry, un jeune clerc de notaire, invite les flâneurs à boire à la santé de son patron Maître André et de sa charmante épouse, Dame Jacqueline. Maître Subtil et son neveu Fortunio arrivent de la campagne. L’oncle veut faire entrer le jeune homme dans l’étude de Maître André. Fortunio rêve d’amour mais Landry compte lui apprendre à profiter de la vie. Parmi les soldats, le capitaine Clavaroche s’enquiert des femmes à séduire. Il jette son dévolu sur Jacqueline. Sous couvert de résistance, elle avoue une vie maritale bien morne avant de présenter l’un à l’autre mari et galant. Ébloui par Jacqueline, Fortunio se résout à devenir clerc de notaire.

Acte II
Quelques jours plus tard, Maître André peine à obtenir des éclaircissements sur l’homme qui est entré nuitamment dans la chambre de sa femme. Jacqueline lui reproche sa jalousie. Sitôt le mari parti, Clavaroche sort de l’armoire. Que faire pour protéger leurs amours ? Clavaroche suggère à Jacqueline de trouver un chandelier, c’est-à-dire d’autoriser moyennant quelques coquetteries un jeune homme à lui faire la cour afin de détourner les soupçons d’André sur cet innocent. Elle retient sur l’avis de sa femme de chambre le rougissant et timide Fortunio.

Acte III
Tandis que les clercs discutent des infidélités supposées de Jacqueline, Clavaroche peut échanger quelques mots avec elle avant l’arrivée de Maître André. Le mari lui présente Fortunio qu’il a agréé comme cavalier de sa femme pour montrer qu’il n’est pas jaloux. Tout va pour le mieux sauf que Jacqueline est rêveuse et troublée par la chanson de Fortunio. Pendant que le mari et l’amant jouent aux cartes, la femme interroge son amoureux et se laisse toucher par sa passion. Clavaroche avertit Jacqueline que le notaire postera des hommes armés le soir même sous sa fenêtre. Il fait partie de la troupe et compte piéger Fortunio. Mais celui-ci a tout entendu…

Acte IV
Fortunio vient annoncer à Jacqueline qu’il se jettera dans le guet-apens. Devant sa résolution, elle lui avoue que lui seul a su lui inspirer un véritable amour. Le jour se lève et Maître André, suivi d’un Clavaroche soupçonneux, vient présenter ses excuses. Puis le mari et l’amant, nantis d’un chandelier, souhaitent une bonne nuit à Jacqueline et la laissent seule… avec Fortunio !


Avec le soutien de :

palazzetto-logo13-14.jpg