Jeunesse d’un gâteau

25 Octobre 2016

Le jury du Favart s’est réuni et il a délibéré. Mais vous avez été suffisamment disponibles et sérieux, bienveillants et joyeux pour que nous ne soyons pas un peu vos obligés. Trêve de suspens. Un juste retour des choses oblige en effet à commencer par l’essentiel, les gagnants. Vous avez été 64 à répondre à notre appel en remplissant le questionnaire sur ce que sera le Favart, ce gâteau que la Maison Lenôtre et l’Opéra Comique lanceront en février prochain à l’occasion de la Saint-Valentin et du lancement de la première saison d’Olivier Mantei.

64 à jouer le jeu à fond. Il y avait à boire et à manger dans votre prose et vos dessins (retrouvez toutes les contributions à la fin de l’article) mais il fallait voir les membres prestigieux du jury penchés sur la copie papier de chacune de vos suggestions pour se rendre compte que vous avez été pris au sérieux. Il fallait les écouter vous citer, faire référence à telle ou telle proposition, telle ou telle piste de travail et d’inspiration pour s’amuser de cette rencontre entre des fans (vous), des chefs pâtissiers et des chefs de musique (pour parler court).

Les gagnants ? Oui. On se souvient que gagnaient ceux qui se rapprocheraient le plus des conclusions du jury. Bien entendu, le gâteau n’est pas encore dans les fours. Il n’est même pas encore sorti de l’imagination des maîtres es pâtisserie de Plaisir (ça ne s’invente pas, la Maison Lenôtre a installé ses cuisines à Plaisir en Région Parisienne). Il n’y a eu ce mardi 25 octobre qu’une discussion de près de trois heures entre deux mondes ; le sucre et la douceur d’un côté (Laurent Le Fur, le DG de Lenôtre,  Guy Krenzer, le chef des chefs, Philippe Soille, Directeur des Activités de Retail, Jean-Christophe Jeanson, le chef pâtissier et Christophe Gaumer, le chef de la création sucrée) et la musique et le chant (Stéphane Degout et Raphael Pichon, qu’on ne présente plus ici, sans parler d’Olivier Mantei. Les deux filles du jury, Sabine Devieilhe et Louise Moaty ayant les meilleures raisons du monde pour suivre l’affaire de loin).

Les gagnants ? Ah oui, on s’égare. Donc les membres du jury se sont penchés sur ce que sera ce gâteau. Laurent Le Fur a parlé « des marqueurs de l’Opéra Comique » et de son identité,  Raphael Pichon a rappelé que « cette tradition française avait toujours eu des envies d’ailleurs et d’exotisme, l’Espagne de Carmen, L’Inde de Lakmé, les mystères de Pélléas », Stéphane Degout a insisté sur « la légèreté, la frivolité »… La parole a tourné et c’était fort agréable d’entendre parler de ce qui fait notre quotidien sous un jour totalement nouveau. Parce qu’à un moment donné, le genre Opéra Comique plutôt bien cerné, on est passé à sa traduction culinaire. Et là les experts de Lenôtre ont pris le relais et comment. Quel bonheur ! Les hommes de l’art et leur technique sans faille quand il s’agit de se projeter sur l’univers du lyrique, la « culture des gâteaux de voyage qu’il faut convoquer à nouveau, un biscuit qui aurait de la tenue», une expression « avec des rythmes et des textures différents, l’odeur de la prise en main, la mise en bouche et l’explosion des saveurs multiples dans la bouche», « un désir d’enfance », «  la surprise sous son plus simple appareil »,…Et de temps en temps, l’un d’entre d’eux revenant à ce que les internautes avaient pu écrire pour fonder la recherche sur telle ou telle voie. Et les ponts entre ce qui avait été écrit par vous et ce qu’ils racontaient, eux. C’est sur cette base que le choix des lauréats s’est fondé. L’adéquation entre les envies et des uns et les envies des autres. On a pu glaner les adjectifs « rouge », les substantifs « rideau », « sein », « culot », « ouverture »…

A ce petit jeu, Pierre-Yves Simonot l’a emporté haut la main. Colombe Courau et Jérémie Pérez suivent. Les trois ont donc gagné. Le premier un stage de pâtisserie chez Lenôtre. Les deux autres des places pour Fantasio et Princesse Légère. Bravo à eux. Nous allons prendre contact avec eux.

Et les autres ? Et bien, les autres aussi vont gagner. Les 58. Ils pourront obtenir gratuitement une place à une répétition générale sur une production. Là encore, nous vous contacterons et l’intendance suivra.

Une vidéo de cette rencontre aussi va suivre. Et puis un verbatim de la rencontre. Vous comprendrez mieux le choix du jury et ce que va être le gâteau.

Merci à tout le monde. De notre côté, cette initiative du gâteau Favart qui clôt notre programme « Favart off » a été un authentique plaisir. Vers la fin de novembre, une première esquisse va sortir des laboratoires de Plaisir. Sabine Devieilhe et Louise Moaty, Raphael Pichon et Stéphane Degout seront nos premiers testeurs. On vous tiendra au courant.

 

Documents: 

Réagir à cet article


Pour réagir connectez-vous ou créez un compte dès maintenant !

Votre compte vous permettra d'accéder gratuitement à des actualités enrichies, intéragir et commenter. Il vous permet également de consulter votre historique d'achat, d’imprimer vos billets, de modifier vos coordonnées et vos préférences.

 


0 commentaire