Fanny Brouste

Fanny Brouste

COSTUMES DU TIMBRE D'ARGENT

Après un Master d’Histoire de l’Art suivi d’un DMA Costumier-Réalisateur, elle rencontre le metteur en scène Ludovic Lagarde et participe aux créations des opéras The Fairy Queen (2003), Orphée et Eurydice (2004), Actéon et Les Arts florissants, Massacre (W. Mitterer, 2008), puis Il segreto di Susanna (Wolf Ferrari) et La voix humaine (Poulenc) à l’Opéra Comique en 2013. Pour le théâtre et toujours avec Ludovic Lagarde elle crée les costumes d’Un nid pour quoi faire, Un mage en été (O. Cadiot, Festival d’Avignon 2010), Woyzeck, La mort de Danton et Léonce et Léna en 2011, puis Rappelez Roland (F. Boyer), et Lear is in town (O. Cadiot et F. Boyer) en 2013.

Au cours de ces années elle collabore également avec les metteurs en scène : Simon Deletang (Manque) et Mickaël Serre pour son adaptation de La Mouette, ainsi que Constance Larrieu pour La fonction de l’orgasme (W. Reich) et l’opéra Les Indes galantes. Depuis 2011, elle supervise les créations d’Antoine Gindt sur les opéras Ring Saga (Wagner, version de J. Dove et G. Vick), Aliados (S. Rivas, en 2013), Giordano Bruno  (F. Filidei, en 2015), L’Iliade l’Amour (B. Jolas, mars 2016), et La Passion selon Sade (Bussoti, février 2017).

En 2014, elle collabore également aux créations du metteur en scène Jonathan Châtel pour Le chemin de Damas (A. Strinberg, festival d’Avignon 2015). Elle crée en 2014 les costumes D’Alice et autres merveilles (F. Melquiot) puis en mars 2017 de L’état de siège (A. Camus) tous deux mis en scène par Emmanuel Demarcy Mota au Théâtre de la Ville. Avec Guillaume Vincent elle signe les costumes des opéras Second Woman (Prix de la Meilleure Création Musicale 2010/2011) et Mimi, scènes de la vie de Bohème (F. Verrière) puis Curlew River (B. Britten). Elle le retrouvera en juin 2017 à l’Opéra Comique pour la création du Timbre d’argent  (C. Saint Saëns).