On a marché sur la scène de Favart

07 Avril 2017

Pour la première fois, les répétitions se déroulent salle Favart. On sent une odeur entêtante de neuf. Le plateau est lisse et pur, vierge comme un sol de Lune sur lequel les hommes n’auraient pas encore marché. Et pour cause, la cage de scène ressemble à une immense cage aux oiseaux où les artistes et les circassiens, soutenus de leurs baudriers, volent et dansent en apesanteur. C’est à peine s’ils foulent au pied le sol, attirés dans les airs grâce aux contrepoids, des gros sacs ou des hommes. Pendant ce temps-là, des héros qui ont pour nom Ceix et Pelée se reposent sur des caisses de bois au milieu des cordes et des manivelles : ils nous indiquent que nous sommes cette fois-ci sur un bateau, et cette fois-ci c’est l’odeur de la mer, les remugles de marée qui remontent dans nos narines et qui restent. Quel voyage, en quelques heures, de se figurer la terre, le vent et la mer, et en si belle compagnie. Et il ne fait que commencer.

En savoir plus sur Alcione

 

Réagir à cet article


Pour réagir connectez-vous ou créez un compte dès maintenant !

Votre compte vous permettra d'accéder gratuitement à des actualités enrichies, intéragir et commenter. Il vous permet également de consulter votre historique d'achat, d’imprimer vos billets, de modifier vos coordonnées et vos préférences.

 


0 commentaire