La Commission de Sécurité émet un avis favorable

22 Mars 2017

« Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné. », disait Viollet le Duc dans son Dictionnaire raisonné de l’architecture française.

Ce fut long, mais nous y sommes. La fin des travaux est arrivée et jamais le mot restauration n’a sonné aussi juste. Un simple coup d’œil suffit à s’en persuader, où que l’on se trouve dans le théâtre à l’exception du foyer qui n’a pas été touché, le monument historique, ce vieux machin, retrouve force et vigueur. Le fracas des marteaux et autres perceuses a cessé depuis plusieurs jours, à peine le chuintement des essais de soufflerie et des excès de voix se font entendre. On se houspille, s’invective, l’état de tension est manifeste, les derniers ouvriers croisent les premiers collaborateurs du Comique. Il y a de l’électricité dans l’air tandis que les derniers fils ont été ensevelis sous la boiserie. Le grand rush commence, et ce sont les équipes techniques qui sont les premières au front. Première étape, vider les caves de la rue du Sentier pour tout remettre en place. Projecteurs, rideaux, micros, tout doit être nettoyé, installé et testé pour le montage du décor d’Alcione. Retrouver les espaces de Favart, découvrir les endroits de rangement qui ont été créés. La circulation dans les couloirs est rythmée, pour ne pas dire effrénée. Ce ne sont pas encore les chants qui se font entendre, mais les bruits du labeur. Manon et Carmen accueillent à visage découvert quiconque fréquente le hall. Elles ont sans doute hâte, nos héroïnes, de ce qui va arriver. Le temps de la peine ne va plus durer très longtemps. Place au lyrique. Et qui sait ?  Ce qui n’a jamais existé depuis l’inauguration de 1898 va peut-être se réaliser par la magie des artistes et des spectateurs. L’état du nouveau Favart 2017 annonce toutes les surprises.

En ce jour historique et joyeux où la commission de sécurité autorise l’ouverture au public, on croit que c’est fini et ce n’est pas vrai. Parce que c’est un autre chantier qui commence : celui de l’ambiance et de l’atmosphère. Cette dimension humaine sans laquelle un lieu aussi chargé d’histoire ne saurait totalement reprendre vie. Tout est à naître. Car une chose n’a jamais constitué l’ « état complet » de la citation, une seule : l’air. Le souffle, pas celui qui va sortir des deux cents bouches qui parsèment le plancher à l’orchestre, celui des artistes, le vôtre. Que va-t-il advenir maintenant que Favart va s’aérer et que vous allez revenir ?

À partir du 26 avril prochain, qui marquera la réouverture en même temps que la première de l’opéra proposé par Moaty, Savall et Boitel, c’est vous et eux qui apporterez la touche finale. Car c’est lorsque vous franchirez les portes de l’Opéra Comique que tout ce travail accompli fera sens. On n'attend plus que vous !

Réouverture de la salle Favart avec Alcione du 26 avril au 7 mai !

En savoir plus sur les travaux

[Photos des travaux © Opéra Comique - Stefan Brion]

Réagir à cet article


Pour réagir connectez-vous ou créez un compte dès maintenant !

Votre compte vous permettra d'accéder à des actualités enrichies, intéragir et commenter. Il vous permet également de consulter votre historique d'achat, d’imprimer vos billets, de modifier vos coordonnées et vos préférences.

 


0 commentaire